Philippe Danfrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour son fils, voir Philippe Danfrie (le jeune).
Philippe Danfrie
Naissance
Années 1530Voir et modifier les données sur Wikidata
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
GraveurVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Philippe Danfrie, né en 1504 d'après Philippe Renouard qui le dit breton, ou vers 1534 d'après Auguste Jal, mort à Paris en juin 1606[1], est un graveur sur métal français, graveur général des monnaies de France, graveur de caractères et de fers de reliure, et, à l'occasion, libraire. Il est l'inventeur du graphomètre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est actif dans la gravure des monnaies, dans la taille des fers de reliure, et dans la taille de quelques caractères typographiques. Il a une boutique dans le faubourg Saint-Jacques.

Il s'est marié avant 1555 à Jehanne Champagne. Un fille, Rebecca, est baptisée à l'église Saint-Benoît le 1er novembre 1556. Le 29 octobre 1558, Nicolas Danfrie est baptisé. Philippe Danfrie fils a l'âge d'environ 23 ans en 1596. Il est probablement né vers 1572. Le 24 juillet 1573, Philippe Danfrie père a eu son dernier enfant, Claude. Ce sont les seuls actes retrouvés par Auguste Jal concernant les enfants de Philippe Danfrie, père.

En 1558 et 1559, il s'est associé à Richard Breton pour l'impression de quelques livres en caractères cursifs[2]. Robert Granjon, fondeur de caractères et imprimeur, lui avait cédé l'usage des lettres de civilité ou lettres cursives, en 1557, avant son départ pour Lyon[3].

En 1582, Thomas Brumen[4] garantit l'orthodoxie et la capacités professionnelles de Philippe Danfrie. Il déclare que ce dernier lui fournit « des fers à marquer la couverture des livres ». Philippe Danfrie a fourni des fers à graver aux armes royales et d'autres pour marquer les reliures des ordonnances, statuts et livres d'heure de l'ordre du Saint-Esprit entre 1579 et 1584[5].

Il a succèdé à Claude de Héry (1557-1582) comme graveur général des monnaies[6]. Claude de Héry avait eu des difficultés pour se faire reconnaître ses droits par la Cour des Monnaies. Il en a été de même pour Philippe Danfrie père. Il avait reçu du roi des lettres de provision en 1581. Il les fait renouveler le 2 janvier 1582. La Cour lui demanda de prover sa compétence en faisant des épruves puis a ouvert ces épreuves à d'autres prétendants. C'est finalement le roi Charles IX qui a imposé Philippe Danfrie par lettres de jussion du 8 mai 1582. Il est reçu à l'office de tailleur général par arrêtés du 16 mai et 1er juin 1582[7]. Germain Pilon, avait été nommé par Charles IX contrôleur général des monnaies en juillet 1573 malgré l'opposition de la Cour des Monnaies. Il s'est opposé fermement à cette survivance. Germain Pilon meurt en 1590, pendant les troubles de la Ligue. Sa veuve a demandé le transfert sa charge à son fils aîné, Gervais Pilon, bien qu'elle ait été donnée à titre viager. Le duc de Mayenne l'a accordé au nom du roi Charles X le 8 février 1590, malgré un nouveau refus de la Cour des Monnaies.

La fortune de Philippe Danfrie père a été possible grâce sa fidélité au roi légitime, Henri IV. Pendant les troubles de la Ligue, il a quitté Paris et s'est retiré à Tours[8]. Philippe Danfrie était protestant bien que ses enfants aient été baptisés dans la religion catholique comme le montre son testament[9]. Il revient à Paris avec le roi, en 1594. À son retour, Gervais Pilon a fait valider par Henri IV sa charge de contrôleur général des monnaies, mais il est mort peu après, le 19 octobre 1595.

Philippe Danfrie, le père et le fils, qui ont été tous les deux tailleurs généraux des monnaies de France, ont repris à la fin du XVIe siècle l'art de la céroplastique[10].

Philippe Danfrie père a cédé la charge de tailleur général des monnaies à son fils en 1592. Cependant son fils n'a pas repris de titre de tailleur général des monnaies dans son contrat de mariage du 22 août 1602. La Cour des Monnaies lui reconnaît ce titre en 1596. Philippe Danfrie père a cédé à son fils la charge de graveur général des monnaies en janvier 1598.

En 1597 paraît un livre sur l'usage du graphomètre pour mesurer les distances et faire de l'arpentage. Il est probablement l'inventeur du graphomètre, avant 1597, bien que dans le texte de présentation de l'appareil, il est dit qu'il a été inventé par Philippe Danfrie, tailleur général des monnaies de France, et que ce soit à cette date son fils, Philippe Danfrie fils, qui a cette charge. Cependant, en 1606, le roi Henri IV lui reconnaît d'être l'auteur de plusieurs inventions de géographie. C'est aussi ce qui est écrit dans son testament quand il lègue les planches et exemplaires du graphomètre qu'il a inventé à Jehan Auvray[11]

En 1601, il est en procès avec Alexandre Olivier, successeur de son père, Aubin Olivier, conducteur des engins de la monnaie du moulin des Étuves du Palais de la Cité et graveur particulier de la Monnaie de Paris. Il est le dernier d'une série de procès entre les différents possesseurs d'offices de la Monnaie qui cherchaient à protéger ce qu'ils considéraient être leurs droits.

Son fils étant mort en 1604, dix-huit mois après son mariage, son père reprend la charge de graveur général des monnaies dont il s'était réservé la survivance. Il a cédé peu après cette charge de tailleur général des monnaies de France à Nicolas Briot. Le roi a accepté ce transfert le 5 mars 1606[12],[13].

Dans les lettres patentes accordées le 5 mars 1606 par Henri IV à Philippe Danfrie père, graveur de Sa Majesté et contrôleur général des monnaies de France, il est écrit ayant esgard aux bons, fidelles et agréables services que ... Danfrye ... a faicts au feu roi dernier décédé ... et comme depuis nostre advenement à la couronne, tant en l'exercice de sond art qu'en plusieurs belles inventions de geograffye[14].

Il signe son testament le 27 juin 1606 « n'ayant pu faire autre chose pour avoir la main fort tremblante ». Il est probablement mort peu après même si les états de la Maison du roi a conservé son nom parmi les valets de chambre jusqu'en 1609. Le 1er juillet 1606, dans le procès-verbal de visite de Jacques Cartais, général de la Cour des Monnaies, il est déclaré qu'il est mort[15].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Publications[modifier | modifier le code]

  • Declaration de l'usage du graphometre, par la pratigue du quell'on peut mesurer toutes distances des choses de remargue qui se pourront voir & discerner du lieu ou il sera posé: et pour arpenter terres, bois, prez, & faire plans de villes et forteresses, cartes geographiques, et generalement toutes mesures visibles: & ce sans reigle d'arithmetique : Inuenté nouuellement, et mis en lumiere par Philippe Danfrie tailleur general des monnoies de France / A la fin de ceste declaration est adiousté par le dict Danfrie un Traicté de l'usage du trigometre (lire en ligne), (illustrations).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il est mort entre le 27 juin 1606, date à laquelle il signe son testament, et le 1er juillet 1606, date d'installation de Nicolas Briot comme son successeur
  2. Voir Philippe Renouard, p. 45.
  3. Voir Philippe Renouard, p. 161-162.
  4. data BnF : Thomas Brumen (1532?-1588)
  5. Philippe Renouard, Imprimeurs et libraires du XVIe siècle, p. 31, 34, 43, Bibliothèque nationale, Paris, 1984 (lire en ligne)
  6. Voir : Auguste Jal, p. 680-681, 973.
  7. Natalis Rondot, Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France, p. 33-34, A. Leroux, Paris, 1904 (lire en ligne)
  8. Voir Auguste Jal, p. 974.
  9. Thomas Brumen a cependant témoigné de sa catholicité en 1582. Les troubles à Paris ont probablement conduit Philippe Danfrie à avoir une position prudente.
  10. Voir Natalis Rondot, p. 114.
  11. Fernand Mazerolle, tome 1, p. 210 (voir)
  12. Voir Auguste Jal, p. 285.
  13. Voir Natalis Rondot, p. 261.
  14. Voir Auguste Jal, p. 342. Il a lu cergrafie au lieu de géograffye comme le note Jules Guiffrey (voir Jules Guiffey, p. 298). Il en a déduit qu'il avait fait des médaillons en cire. Ces inventions en géographie revoient aux instuments mentionnés dans son testament, tels que boussoles marines, globes et astrolabes.
  15. Fernand Mazerolle, tome 1, p. 211.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Guiffrey, Documents inédits sur Philippe Danfrie père et Philippe Danfrie fils, p. 295-331, Nouvelles archives de l'art français, 1892, 9e année (lire en ligne)
  • Jules Guiffrey, Philippe Danfrie et Alexandre Olivier (1601) , p.|146-171, Nouvelles archives de l'art français : recueil de documents inédits, 1878 (lire en ligne)
  • Auguste Jal, Dictionnaire critique de biographie et d'histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques d'après des documents authentiques inédits, p. 466-468, 519, 973, Henri Plon imprimeur-éditeur, Paris, 1867 (lire en ligne)
  • Philippe Renouard, Imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d'imprimerie, depuis l'introduction de l'imprimerie à Paris (1470) jusqu'à la fin du XVIe siècle : leurs adresses, marques, enseignes, dates d'exercice, notes sur leurs familles, leurs alliances et leur descendance, d'après les renseignements biographiques et les documents inédits, p. 91, Librairie A. Claudin, Paris, 1898 (lire en ligne)
  • Natalis Rondot, Les médailleurs et les graveurs de monnaies, jetons et médailles en France, p. 34-35, 40, 114, 213-215, 240-241, 248-249, 252, 261, A. Leroux, Paris, 1904 (lire en ligne)
  • Fernand Mazerolle, Les médailleurs français du XVe siècle au milieu du XVIIe', tome 1, Introduction et documents, p. 139-215, 609-616, Imprimerie nationale, Paris, 1902 (lire en ligne)
  • Fernand Mazerolle, Les médailleurs français du XVe siècle au milieu du XVIIe', tome 3, Album - Catalogue des médailles et des jetons, p. XVII, Imprimerie nationale, Paris, 1904 (voir)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]