Graveur général des monnaies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En France, le Graveur général des monnaies dirigeait le service de la gravure et la création des principaux instruments monétaires, des poinçons, des coins et viroles pour la fabrication des monnaies et médailles et des poinçons et bigornes de la garantie[1].

Pour décrire cette fonction dans le passé, on peut reprendre les termes de Désiré-Albert Barre qui écrit ainsi à son confrère de Turin en 1864 :

« Les fonctions de Graveur général des monnaies de France créés par Henri II impliquent la reproduction et la fourniture de tous les coins de monnaies employés dans les ateliers monétaires de l’Empire. Ces ateliers monétaires au nombre de 13 sous Napoléon Ier sont réduits aujourd’hui à 3 : Paris, Strasbourg et Bordeaux… Le Graveur général est logé dans l’hôtel central des Monnaies à Paris.
Il ne jouit d’aucun appointements, le local de ses ateliers lui est fourni par l’État, le matériel de ces ateliers lui appartient, les frais de personnel, contremaitre et ouvriers sont à sa charge… »[2]

À l’époque où la frappe des monnaies était réalisée dans de nombreux ateliers, à Paris et en province, le Graveur général avait pour rôle de créer le dessin original des monnaies ainsi que les poinçons servant à réaliser les coins permettant de frapper les monnaies. Il transmettait ces poinçons aux graveurs de chaque atelier.

C’est Henri II qui institua en 1547, dès la première année de règne, l’office de Graveur général. Le premier des Graveurs généraux fut Marc Béchot[3].

La fonction de Graveur général a été supprimée au 1er mars 2001. La fonction de graveur en chef de la monnaie est dorénavant assurée au titre de Chef du Service de la gravure[4].

Liste des graveurs généraux des monnaies[5][modifier | modifier le code]

Liste des chefs du Service de la gravure[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 68-270 du 19 mars 1968 relatif au statut particulier des fonctionnaires techniques des Monnaies et médailles
  2. Le site du Musée de La Poste, http://www.museedelaposte.fr/Chercheurs/Dossiers_Historiques/Registres_Barre.htm
  3. Voir sous ce titre, outre les conditions de sa nomination par le Roi Henri II, la création de l’office de Graveur général.
  4. Voir notamment : Le Franc, Éditions les Chevau-légers, éditions postérieures à 2001. Par ex. : Le Franc VII, 2007, p. 16-18.
  5. Pour les Graveurs généraux d'avant la Révolution : Graveurs généraux et particuliers des monnaies de France, Contrôleurs généraux des effigies, Noms de quelques graveurs en médailles de la Renaissance française par M. Albert Barre, Graveur général des monnaies, Paris 1867
  6. À la mort de son fils Charles-Norbert, il reprend possession de la charge avant de la céder à Duvivier.
  7. Communiqué de presse de la Monnaie de Paris du 19 janvier 2011