Phédon d'Élis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phédon.
Phédon d'Élis
Biographie
Naissance
Activité
Statut
Esclave (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement
Maître
Élève

Phédon d'Élis (en grec ancien Φαίδων) est un philosophe grec du IVe siècle av. J.-C.

Selon la tradition, il aurait appartenu à une noble famille avant d'être fait esclave pendant la guerre entre Élis et Sparte. Vendu par des pirates, c'est Socrate qui à Athènes aurait remarqué ses qualités aussi bien physiques que spirituelles, et aurait demandé à son ami Criton d'Athènes de le racheter. Sa beauté l'avait conduit à travailler dans un lupanar ; Socrate en fit un philosophe : Phédon devint un élève régulier et inséparable de Socrate, jusqu'à ses derniers moments en prison.

Il a fondé une école philosophique, l'École d'Élis, qui se confond par la suite avec l'école mégarique : les deux semblent avoir proposé un usage intempérant de la dialectique. Timon de Phlionte dans Les Silles[1] rapprochait ainsi Phédon d'Euclide, l'un bavard, l'autre disputeur.

Il aurait écrit deux dialogues : Zopyros et Simon ; les auteurs antiques disent qu'il écrivait dans une élégance maniérée, comme en témoigne le fragment conservé par Sénèque[2] :

« Il y a, dit Phédon, de menus insectes dont la morsure ne se sent point, tant le dard est imperceptible et nous trompe pour mieux nous blesser ; la tumeur indique une morsure, et sur la tumeur même nulle lésion ne parait. Semblable chose arrive dans le commerce des sages ; on ne reconnaît ni quand, ni comment il profite ; on reconnaît qu'il a profité. »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. cfr. 28, Diels
  2. Ép. 94, 41

Sources[modifier | modifier le code]