Peter Mutharika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Peter Mutharika
Illustration.
Peter Mutharika en 2014.
Fonctions
Président de la République du Malawi

(6 ans et 28 jours)
Élection 20 mai 2014
Vice-président Saulos Chilima
Everton Chimulirenji
Saulos Chilima
Prédécesseur Joyce Banda
Successeur Lazarus Chakwera
Ministre des Affaires étrangères

(5 mois et 18 jours)
Président Bingu wa Mutharika
Prédécesseur Etta Banda
Successeur Ephraim Chiume
Biographie
Nom de naissance Arthur Peter Mutharika
Date de naissance (82 ans)
Lieu de naissance Zomba (Nyassaland)
Nationalité Malawite
Parti politique Front uni démocratique (avant 2004)
Parti démocrate-progressiste (depuis 2004)
Fratrie Bingu wa Mutharika
Conjoint Gertrude Maseko
Diplômé de Université de Londres
Université Yale
Profession Professeur de droit

Peter Mutharika
Présidents de la République du Malawi

Peter Mutharika, né le à Zomba, est un homme politique malawite. Frère du président Bingu wa Mutharika, mort en 2012, il est le président de la République de 2014 à 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Mutharika est professeur de droit, expert en droit économique international, en droit international et en droit constitutionnel comparé. Il vit durant une trentaine d'années aux États-Unis[1],[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Conseiller puis ministre[modifier | modifier le code]

À partir de 2004, il sert de conseiller à son frère aîné, le président Bingu wa Mutharika, sur les questions de politique étrangère et intérieure depuis le début de sa campagne électorale jusqu'à la mort de ce président le . Il devient son bras droit[3],[2]. Il occupe les postes de ministre de la Justice, puis de ministre de l'Éducation, de la Science et de la Technologie[3]. Il sert également en tant que ministre des Affaires étrangères[2].

Dans l'opposition[modifier | modifier le code]

Après la mort de son frère en 2012, il est soupçonné d’avoir tenté de cacher cette dernière, puis d’avoir intrigué pour empêcher la vice-présidente Joyce Banda d’hériter, comme le veut la Constitution, de la présidence[4]. il devient en 2014 le chef de file du Parti démocrate progressiste (PDP) pour l'élection présidentielle[5].

Élection présidentielle de 2014[modifier | modifier le code]

Le , la présidente Joyce Banda annule l'élection qui s'est tenue le , et à laquelle elle était candidate contre Peter Mutharika. Invoquant des irrégularités dont son adversaire serait responsable, il est également avancé que les premiers résultats sortis des urnes la donnaient largement distancée. Si la Constitution lui permet d'user de ce pouvoir, elle a l'obligation d'organiser un nouveau scrutin dans les 90 jours. La Cour suprême du Malawi lui demande le même jour de ne pas interférer avec ces élections[5],[6]. Le , elle accepte sa défaite[7].

Président de la République[modifier | modifier le code]

Le , Mutharika est investi président de la République lors d'une brève cérémonie à la Haute Cour de la capitale économique, Blantyre.

Le , il épouse Gertrude Maseko. Ils entretenaient une relation amicale de longue date, depuis le retour de Peter Mutharika des États-Unis, et elle était considérée comme sa confidente. Ils ont une différence d'âge d'une vingtaine d'années. Peter Mutharika a deux filles, et un fils, issus de son mariage avec sa première épouse, décédée 30 ans auparavant. La nouvelle Première dame a également un fils de son mariage précédent, rompu par divorce une dizaine d'années auparavant[8],[9],[10].

Son premier mandat est marqué par un fort mécontentement populaire, dû à la corruption, aux pénuries alimentaires et aux coupures d’électricité. En 2018, des milliers de personnes sont descendues dans la rue de plusieurs villes du pays pour dénoncer les scandales de corruption[4]. Lui-même est impliqué dans une affaire de pots-de-vin, soupçonné d’avoir reçu plus de 200 000 dollars d’un homme d’affaires qui avait décroché un contrat de plusieurs millions de dollars auprès de la police[4].

Lors de l’élection présidentielle de 2019, il est réélu pour un second mandat avec 38,6 %, contre 35,4 % pour Lazarus Chakwera. Celui-ci dénonce des résultats frauduleux[11].

Le , la Cour constitutionnelle annule le scrutin et ordonne que de nouvelles élections soient convoquées dans un délai de 150 jours[12],[13]. Le président sortant, annonce le qu'il participerait au nouveau scrutin[14]. Le , il décide finalement de faire appel du jugement devant la Cour suprême (rejeté le [15]), alors qu'il avait un temps envisagé de ne pas le contester, tandis que la commission électorale, pointée du doigt par la Cour constitutionnelle pour ses dysfonctionnements, demande à cette dernière de suspendre sa mesure[16]. Ces évènements du scrutin de 2019 conduisent Peter Mutharika à se voir affublé du sobriquet de « président Tipp-Ex » par ses opposants[17],[18].

La commission électorale, évoquant un manque de temps, propose la date du pour la tenue du scrutin[19]. La date du nouveau scrutin est finalement fixée au [20], au puis au . À l’issue du vote Peter Mutharika (39,9 %) est largement battu par Lazarus Chakwera (59,3 %).

Après la présidence[modifier | modifier le code]

Peu après son départ de la présidence, plusieurs enquêtes sont ouvertes pour corruption et abus de pouvoir. La police réclame en de l'auditionner au sujet d'une affaire de corruption[21].

En août 2021, la Cour constitutionnelle examine un recours déposé par le Parti démocrate progressiste de Peter Mutharika. Il demande l'annulation de l'élection présidentielle de 2020 car quatre de ses représentants avaient été interdits de faire partie de la Commission électorale[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Succession crisis looms in DPP », Nyasa Times,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  2. a b et c Clémence Njanjo, « Malawi : l'alternance fonctionne finalement, Peter Mutharika succède à Joyce Banda », Le Point,‎ (lire en ligne).
  3. a et b (en) « Building up Malawi », Mutharika, .
  4. a b et c « Malawi : Peter Mutharika, le président anticorruption, pris la main dans le sac », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Rédaction Le Monde et Reuters, « Peter Mutharika remporte la présidentielle au Malawi », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. « La présidente du Malawi, au bord de la défaite, annule les élections », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  7. « Élections au Malawi : la présidente Joyce Banda reconnaît sa défaite », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  8. (en) « ’Til death do us part!’…Malawi President weds », Bnl Times,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  9. « Malawi : le président Mutharika se marie lors d'une cérémonie haut en couleur », Panapress,‎ (lire en ligne).
  10. (en) Queen Nhlema, « Malawi's Mutharika to marry Gertrude Maseko », Capital Fm,‎ (lire en ligne).
  11. « Présidentielle au Malawi : l’opposition rejette la victoire de Peter Mutharika », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  12. « Malawi: la Cour constitutionnelle annule la présidentielle de 2019 », Le Point,‎ (lire en ligne)
  13. « La Cour constitutionnelle du Malawi annule la réélection, en mai 2019, du président Peter Mutharika », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  14. « Annulation de la présidentielle au Malawi : « une grave subversion de la justice » pour Peter Mutharika – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, jeuneafrique1, (consulté le ).
  15. Rulers
  16. « Malawi : Peter Mutharika fait appel de l'annulation de sa réélection - Le Point », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  17. « Au Malawi, une décision historique fait chuter « le président Tipp-Ex » », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  18. « Malawi - Une décision historique fait chuter « le président Tipp-Ex » », sur www.africactu.com (consulté le ).
  19. (en) « Malawi electoral commission seeks to suspend annulment of vote - France 24 », sur France 24, FRANCE24.English, (consulté le ).
  20. (en) « Elections May 19 – The Nation Online », sur mwnation.com (consulté le ).
  21. Koi Gouahinga, « La police du Malawi veut interroger l'ex-président Peter Mutharika », sur VOA, VOAAfrique (consulté le ).
  22. rfi, « Malawi: recours de l’ancien parti au pouvoir contre les résultats de la présidentielle de 2020 », sur rfi, www.rfi.fr (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]