Pentalogie de Cantrell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pentalogie de Cantrell
Syndrome thoraco-abdominal

Spécialité Génétique médicaleVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 Q89.7Voir et modifier les données sur Wikidata
OMIM 313850
DiseasesDB 32984
MeSH D058502
Symptômes Omphalocèle, hernie diaphragmatique, Ectopie cardiaque et fente sternale (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La pentalogie de Cantrell (ou syndrome thoraco-abdominal) est un syndrome rare qui provoque des malformations impliquant le diaphragme, la paroi abdominale, le péricarde, le cœur et la partie inférieure du sternum[1].

Le syndrome a été caractérisé en 1958.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le syndrome est plus précisément lié à cinq constatations caractéristiques :

  • omphalocèle ;
  • hernie diaphragmatique antérieure ;
  • fente sternale ;
  • déplacement du cœur (ectopie) ;
  • défaut intracardiaque (soit un défaut septal ventriculaire, soit un diverticule du ventricule gauche).

Certaines formes sont d'origine génétique.

Cas célèbres[modifier | modifier le code]

Selon une étude publiée dans The Lancet en [2], sainte Rose de Viterbe, « sainte patronne des peuples en exil » serait décédée entre 18 et 19 ans de cette maladie. Des études précédentes de sa momie avaient imputé son décès (1251) à la tuberculose. Mais des analyses d'éléments de tissu des poumons ont infirmé cette hypothèse. Une radiographie du cœur a en revanche révélé « un défaut structurel dans le ventricule gauche » caractéristique de pentalogie de Cantrell. Une thrombose cardiaque consécutive à ce défaut est « la cause la plus probable de la mort » selon les chercheurs. Le diagnostic a toutefois été contesté en [3] par un chercheur français, selon qui rien ne prouve que le défaut structurel soit bien anté-mortem.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pentalogie de Cantrell : le cœur hors du corps », sur Allo docteurs (consulté le 3 novembre 2015)
  2. Ruggero D'Anastasio, Gianpaolo Di Silvestro, Paolo Versacci et Luigi Capasso, « The Heart of Santa Rosa », Lancet, vol. 375,‎ (DOI 10.1016/s0140-6736(09)60729-7, lire en ligne, consulté le 3 novembre 2015)
  3. Philippe Charlier, « No proof that Santa Rosa heart thrombus was antemortem », Lancet, vol. 376,‎ (DOI 10.1016/s0140-6736(10)61483-3, lire en ligne, consulté le 3 novembre 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]