Pembrolizumab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le pembrolizumab (anciennement lambrolizumab, nom commercial : Keytruda) (Merck) est un anticorps monoclonal dirigé contre la protéine PD-1 et utilisé comme médicament anticancéreux.

Efficacité[modifier | modifier le code]

Il a été testé dans un premier temps dans les mélanomes réfractaires à l'ipilimumab[1]. Il permet la régression de certaines lésions avec une amélioration de la durée de rémission[2] et s'avère meilleur que l'ipilimumab, tant en termes de tolérance que de durée de survie sans aggravation[3]. En tant que traitement adjuvant des mélanomes stade III réséqués, il permet une augmentation du taux de rémission[4].

Dans le carcinome à cellules de Merkel, le taux de réponse dépasse 50% dans les formes avancées[5]. Il a également une certaine efficacité dans le cancer bronchique non à petites cellules[6], en particulier pour les tumeurs exprimant le PD-L1[7] ou dans le carcinome urothélial résistant[8]. Il est actif dans les formes récidivantes ou métastatiques des cancers des voies aérodigestives supérieures[9]. Ce traitement concerne aussi des malades atteints d’un cancer colorectal qui a continué de progresser après une chimiothérapie.[10].

En dehors des cancers, il a une certaine activité dans la Leucoencéphalopathie multifocale progressive[11].

Indications[modifier | modifier le code]

Le pembrolizumab dispose d'une autorisation de mise sur le marche (AMM) pour le traitement du mélanome, du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) et du lymphome de Hodgkin classique (LHc).

Le 23 mai 2017, l'agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) a autorisé la mise sur le marché du pembrolizumab afin de traiter des tumeurs qui sont inopérables et porteuses de traits génétiques particuliers (MSI-H et dMMR) détectables par des bio-marqueurs[12].

Le , le pembrolizumab obtient une extension d’indication en monothérapie dans le traitement des patients adultes atteints d’un carcinome urothélial localement avancé ou métastatique ayant reçu une chimiothérapie antérieure à base de sels de platine ou inéligibles à une chimiothérapie à base de cisplatine[13].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le nivolumab (BMS) est un autre anticorps monoclonal ciblant le PD1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert C, Ribas A, Wolchok JD et al. « Anti-programmed-death-receptor-1 treatment with pembrolizumab in ipilimumab-refractory advanced melanoma: a randomised dose-comparison cohort of a phase 1 trial » Lancet. 2014;384:1109-1117.
  2. (en) Hamid O, Robert C, Daud A et al. « Safety and tumor responses with lambrolizumab (anti-PD-1) in melanoma » N Engl J Med. 2013;369:134-144.
  3. (en) Robert C, Schachter J, Long GV et al. « Pembrolizumab versus ipilimumab in advanced melanoma » N Engl J Med. 2015;372:2521-2532.
  4. Eggermont AM, Blank CU, Mandala M et al. Adjuvant pembrolizumab versus placebo in sesected Stage III melanoma, N Engl J Med, 2018;378:1789-1801
  5. Nghiem PT, Bhatia S, Lipson EJ et al. PD-1 blockade with pembrolizumab in advanced Merkel-cell carcinoma, N Engl J Med, 2016;374:2542-2552
  6. Garon EB, Rizvi NA, Hui R et al. Pembrolizumab for the treatment of non–small-cell lung cancer, N Engl J Med, 2015;372:2018-2028
  7. Reck M, Rodríguez-Abreu D, Robinson AG et al. Pembrolizumab versus chemotherapy for PD-L1–positive non–small-cell lung cancer, N Engl J Med, 2016;375:1823-1833
  8. Bellmunt J, de Wit R, Vaughn DJ et al. Pembrolizumab as second-line therapy for advanced urothelial carcinoma, N Engl J Med, 2017;376:1015-1026
  9. Cohen EEW, Soulières D, Le Tourneau C et al. Pembrolizumab versus methotrexate, docetaxel, or cetuximab for recurrent or metastatic head-and-neck squamous cell carcinoma (KEYNOTE-040): a randomised, open-label, phase 3 study, Lancet, 2019;393:156-167 (2018)
  10. « Feu vert pour un nouveau traitement anti-cancer », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. Cortese I, Muranski P, Enose-Akahata Y et al. Pembrolizumab treatment for progressive multifocal leukoencephalopathy, N Engl J Med, 2019;380:1597-1605
  12. (en) « FDA approves first cancer treatment for any solid tumor with a specific genetic feature », FDA News,‎ (lire en ligne)
  13. [PDF]« Résumé des caractéristiques du produit », sur http://www.ema.europa.eu, Agence européenne des médicaments, (consulté le 20 septembre 2018).