Pauline Oliveros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pauline Oliveros
POliveros2010.JPG

Pauline Oliveros en 2010.

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Distinction

Pauline Oliveros (née le à Houston (Texas) et morte le à Kingston (État de New York)[1]) est une accordéoniste et compositrice américaine qui participa au développement de la musique minimaliste dans les années 1970 et des musiques électroniques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pauline Oliveros a été l'un des membres fondateurs du San Francisco Tape Music Center dans les années 1960 et en devint la directrice par la suite. Elle a enseigné également au Mills College, à l'université de Californie à San Diego et au Rensselaer Polytechnic Institute où elle donne des cours théoriques de musique électroacoustique.

Elle est à l'origine du concept de Deep Listening qui vise à différencier l'entendu de l'écouté, deux façons de traiter la même information sonore. Cette pratique permet une conscience accrue de la musique et des sons et a ouvert de nombreuses voies de recherche à la musique contemporaine.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Pauline Oliveros est ouvertement lesbienne[2].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Sonic Meditations: "Teach Yourself to Fly", etc.
  • Sound Patterns (en) pour chœur mixte (1961), Prix international Gaudeamus des compositeurs 1962[3], disponible sur Extended Voices (Odyssey 32 16) 0156 and 20th Century Choral Music (Ars Nova AN-1005)
  • Musique pour The Sluts and Goddesses Video Workshop—Or How To Be A Sex Goddess in 101 Easy Steps d'Annie Sprinkle (1992)
  • Theater of Substitution series (1975–?). Oliveros est photographiée incarnant différents personnages, dont une « señora » espagnole, une femme au foyer vêtue de polyester et un professeur en robes académiques. Jackson Mac Low (en) a joué Oliveros au concert de l'Orchestre philharmonique de New York du 10 novembre 1975, A Celebration of Women composers, tandis qu'Oliveros jouait Mac Low (cf Mac Low's "being Pauline: narrative of a substitution", Big Deal, automne 1976). (ibid, p. 141)
  • Crone Music (1989)
  • "the Space Between with Matthew Sperry", (2003) 482Music[4]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Pauline Oliveros, Initiation Dream, Los Angeles, Astro Artz, (ISBN 978-0-937122-07-5)
  • (en) Pauline Oliveros, Software for People: Collected Writings 1963–80, Baltimore, Printed Editions, (ISBN 978-0-914162-59-9)
  • (en) Pauline Oliveros, Roots of the Moment, New York, Drogue Press, (ISBN 978-0-9628456-4-2)
  • (en) Pauline Oliveros, Deep Listening: A Composer's Sound Practice, New York, iUniverse, Inc., (ISBN 978-0-595-34365-2)
  • (en) Pauline Oliveros, Sounding the Margins: Collected Writings 1992–2009, Kingston, New York, Deep Listening Publications, (ISBN 978-1-889471-16-7)
  • (en) Pauline Oliveros, Anthology of Text Scores by Pauline Oliveros 1971–2013, Kingston, New York, Deep Listening Publications, (ISBN 9781889471228)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Pauline Oliveros, Composer Who Championed 'Deep Listening,' Dies at 84 », sur The New York Times, (consulté le 27 novembre 2016)
  2. (en) Sounding Out: Pauline Oliveros and Lesbian Musicality
  3. Von Gunden 1983, p. 26–27
  4. « Pauline Oliveros :: Foundation for Contemporary Arts », sur www.foundationforcontemporaryarts.org (consulté le 20 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]