Paul Valet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Valet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Georges SchwartzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Paul Valet, pseudonyme de Georges Schwartz (1905-1987), est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Médecin dont la famille s'est installée en France en 1924 après avoir quitté la Russie puis la Pologne[1], Paul Valet a publié de nombreux recueils chez divers éditeurs. Il est également peintre et auteur de traductions du russe.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Pointes de feu', Horizon, 1948
  • Sans muselière, GLM, 1949
  • Poésie mutilée, GLM, 1951
  • Comme ça, GLM, 1952
  • Matière grise, GLM, 1953
  • Poings sur les i, Julliard, 1955
  • Lacunes, Mercure de France, 1955
  • Table rase, Mercure de France, 1963
  • La parole qui me porte, Mercure de France, 1965
  • Paroles d’assaut, Minuit, 1968
  • Que pourrais-je vous donner de plus grand que mon gouffre, Mai hors-saison, 1983
  • Solstices terrassés, Mai hors-saison, 1983
  • Mémoire seconde, Mai hors-saison, 1984
  • Vertiges, Granit, 1987
  • Multiphages, José Corti, 1988
  • Soubresauts, Calligrammes, 1988
  • Paroxysmes, précédé de L’Ermite de Vitry de E.M. Cioran, Le Dilettante, 1988
  • Le double attaquant, Mai hors-saison, 1995

Traductions[modifier | modifier le code]

Sur Paul Valet[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]