Paul Louis Gaultier de Kervéguen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gaultier de Kervéguen
Paul Louis Gaultier de Kervéguen

Naissance
Brest (Finistère)
Décès (à 77 ans)
Paris
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1807
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis
Guerres de la Révolution et de l'Empire
Distinctions Chevalier de Saint-Louis
Ordre de Cincinnatus
Officier de la Légion d'honneur
Autres fonctions Ingénieur-géographe

Paul Louis Gaultier de Kervéguen, né le à Brest (Finistère) et mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

Élève ingénieur de la marine, il fut employé aux travaux du port de Rochefort et aux fortifications de l'île d'Aix jusqu'en 1762.

Embarqué à Brest en 1763 pour l'expédition de Rio de Janeiro, il passa à Saint-Domingue l'année suivante et devint aide-de-camp du comte d'Estaing.

En 1763, le gouvernement l'attacha comme ingénieur-géographe militaire à la légion dite « de Saint-Victor ».

Rentré en France en 1768, il reçut l'ordre de se rendre en Corse. Il y obtint, le , le brevet de capitaine d'infanterie, et fut chargé en 1778 de la carte topographique des côtes de l'Océan, jusqu'au 13 avril de cette année.

Envoyé en Amérique avec le titre de maréchal-général-des-logis des troupes de débarquement, il se trouva à l'attaque du fort Sainte-Lucie en 1779, et à l'assaut du fort de l'île de la Grenade, fut blessé d'un coup de feu à la cuisse, et devint la même année chevalier de Saint-Louis.

De retour sur le continent à la fin de cette campagne, et nommé lieutenant-colonel le , il continua de diriger la carte topographique des côtes de l'Océan jusqu'en 1785, et en 1786 on l'admit dans l'Ordre de Cincinnatus.

Promu le au grade d'adjudant-général colonel, il devint chef d'état-major général à l'armée des Pyrénées occidentales.

Général de brigade le , il passa l'année suivante à l'armée d'Italie avec les mêmes fonctions, et établit un rapport sur le combat de Gilette. Reçut du représentant du peuple attaché à cette armée le 7 ventôse an II (le ), le brevet de général de division, et fut confirmé dans ce grade le 25 prairial an III.

De l'an VI à l'an VIII, il eut l'inspection générale de l'infanterie de l'armée d'Italie, et il commanda par intérim cette armée pendant les premiers mois de l'an VII.

Inspecteur en chef aux revues le 18 pluviôse, membre de la Légion d'honneur le 4 germinal an XII, officier de l'Ordre le 27 nivôse an XIII, et électeur dans le département de la Seine, il obtint sa retraite le .

Il est mort à Paris le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]