Paul Dakeyo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Dakeyo, né le à Bafoussam, est un poète et éditeur camerounais qui vit en France depuis 1969[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le poète camerounais Paul Dakeyo, sociologue de formation, est également éditeur. En 1980, il fonde les Éditions Silex à Paris où il vit. Poète engagé, Dakeyo a réalisé une œuvre poétique forte de plusieurs recueils. Il mène un combat militant sur plusieurs fronts, aussi bien en Afrique qu’en Amérique latine. Il est perçu comme celui qui s'est élevé avec sa plume contre ceux qui ont tué Patrice Lumumba, Amílcar Cabral, Salvador Allende ou Steve Biko.

Dakeyo a publié plusieurs titres dont Les Barbelés du Matin (1973), Chant d'accusation (1976), Soweto! Soleils Fusillés (1977), et La Femme Où J'ai Mal (1989), Les ombres de la nuit et Moroni, cet exil, dernier titre de cette trilogie. Il a édité, en collaboration avec d'autres auteurs, trois anthologies de la poésie africaine : l 'Aube d'un jour nouveau (1981), consacré aux poètes sud-africains, Poèmes de demain, anthologie de la poésie camerounaise et Poésie d'un continent, anthologie de poésie africaine.

La maison d'édition Panafrika / Silex / Nouvelles du Sud est aujourd'hui basée à Dakar et publie une quinzaine d'ouvrages par an.

Œuvre poétique[modifier | modifier le code]

  • Les Barbelés du matin, Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1973
  • Le Cri pluriel, Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1976
  • Chant d’accusation, Saint- Germain-des-Prés, Paris, 1976
  • Espace carcéral, Saint- Germain-des-Prés, Paris, 1976
  • Soweto Soleils fusillés, Droit et Liberté, Paris, 1977
  • J’appartiens au grand jour, Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1979
  • La Femme où j’ai mal, Silex, Paris, 1989
  • Les Ombres de la nuit, Paris, Nouvelles du Sud, 1994
  • Moroni, cet exil, Silex/Nouvelles du Sud, Yaoundé, 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Dokam, « La poésie de Paul Dakeyo : au-delà de la migritude  », Mondes francophones, [lire en ligne], consulté le 14 août 2016

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Dokam, « La poésie de Paul Dakeyo : au-delà de la migritude  », Mondes francophones, [lire en ligne], consulté le 14 août 2016
  • Paulin Joachim, « Paul Dakeyo et les Éditions Silex », in Éthiopiques, Revue trimestrielle de culture négro-africaine, Numéro spécial : les métiers du livre ; nouvelle série 1er trimestre 1988, [lire en ligne]
  • Lilyan Kesteloot, « Paul Dakeyo », in Anthologie négro-africaine. Histoire et textes de 1918 à nos jours, EDICEF, Vanves, 2001 (nouvelle éd.), p. 429-430

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]