Paul Archambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Archambault
Image dans Infobox.
Paul Archambault à Sainte-Croix de Neuilly en 1912.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
VersaillesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Distinction

Paul Archambault, né le à Orléans et mort le à Versailles, est un écrivain essayiste et philosophe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille chrétienne de l'Orléanais touchée par les idées démocrates. En 1906, il écrit un article dans la revue du mouvement chrétien progressiste Le Sillon. En 1911, il obtient un poste de professeur de philosophie au lycée Sainte-Croix de Neuilly[1].; il aura Henry de Montherlant parmi ses élèves en 1912.

Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, il sera blessé et plusieurs fois cité. Avec le grade de capitaine, il obtient la Légion d'honneur. Il finit son activité au ministère des finances tout en continuant d'écrire.

Disciple de Maurice Blondel, il entretient avec lui une longue correspondance. Il collabore à de nombreuses publications du catholicisme libéral et est considéré comme le philosophe officiel du Parti Démocrate populaire[2].

Retraité, il habite la propriété familiale de Saint-Jean-de-Braye, près d'Orléans. Il avait épousé Pauline Le Cormier avec qui il a eu cinq enfants, elle-même écrivain et membre de l'Union spirituelle des femmes, un groupe féministe chrétien. Il est inhumé dans cette commune[3].

Œuvres (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

  • Essai sur l'individualisme, éd. Librairie Bloud & Gay, 1913, prix Montyon et couronné par l’Académie française.
  • Jeunes Maitres, états d'âmes d'aujourd'hui, éd. Librairie Bloud & Gay, 1925.
  • Vers un réalisme intégral, L'œuvre philosophique de Maurice Blondel, éd. Librairie Bloud & Gay, 1928.
  • Témoins du spirituel, éd. Librairie Bloud & Gay, 1933.
  • Péguy, la patrie charnelle et la cité de Dieu, Paris, éd. Librairie Bloud et Gay, 1939.
  • Cahiers de la nouvelle journée , fondés et rédigés par Archambault, revue affiliée au Parti Démocrate populaire.
  • Initiation à la philosophie blondélienne en forme de court traité de métaphysique, Paris, éd. Librairie Bloud & Gay, 1941.
  • Charles Péguy, images d'une vie héroïque, éd. Librairie Bloud & Gay, 1942.
  • Chevalerie 1830, éd. Librairie Bloud & Gay, 1942.
  • La Famille, œuvre d’Amour, éditions Familiales de France, 1950
  • Humanité d'André Gide, essai de biographie et de critique , éd. Librairie Bloud & Gay, 1950.

Il écrit aussi, entre 1910 et 1928, une série de petits livres destinés aux lycéens exposant la biographie et l'œuvre de nombreux philosophes, Montesquieu, Émile Boutroux, Leibniz, Hegel, Pascal, Guyau, etc. publiés aux éditions Vald. Rasmussen et plusieurs fois réimprims.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lacombe Jacques, L'itinéraire politique de Paul Archambault  : 1883-1950 / / S.l : s.n , 1972
  • Palau Yves, Contribution à l'étude du catholicisme social  : le cas de la revue "Politique", 1927-1940, thèse de doctorat de sciences politiques, I.E.P. Paris, 1994
  • Palau Yves, Blondel Maurice. "La crise de l'Action française (1926-1929) à travers la correspondance Blondel-Archambault", In: Mil neuf cent, No 13, 1995 : Les intellectuels catholiques [Histoire et débats] p. 113–169.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. crise de l'Action française (1926-1929) à travers la correspondance Blondel-Archambault.
  2. Jean-Claude Delbreil, Centrisme et démocratie chrétienne en France : Le parti démocrate populaire des origines au M.R.P. 1919-1944, Paris, Publications de la Sorbonne, , 481 p. (ISBN 2-85944-182-4, lire en ligne), p. 112-114 - (notice BnF no FRBNF35105484)
  3. Les personnages illustres de Saint-Jean-de-Braye sur le site officiel de la commune.

Liens externes[modifier | modifier le code]