Paul Albarel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Albarel
Fonction
Majoral du Félibrige
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
MontpellierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

Paul Albarel, né le à Saint-André-de-Roquelongue, mort le à Montpellier, est un félibre et un écrivain occitan, auteur de nombreuses poésies et pièces de théâtre. Il a utilisé les pseudonymes suivants : Jan de la Roco, Balin Balan, Jan de la Pineda, Ravaillant, Lou Bascalaire, Lou Piuletaire[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au petit séminaire de Narbonne, Paul Albarel fait des études de médecine à Montpellier. Il s'installe à Carcassonne puis à Névian. En 1902, ses premiers poèmes sont édités par La Terra d'oc à Toulouse. En 1911, il figure parmi les fondateurs de la revue occitane La Cigalo Narbouneso. Il est nommé maistre en Gai Savoir en 1911 et syndic de la Maintenance de Languedoc en 1912. Pendant la Première Guerre mondiale, il est médecin-major à Salonique. Il signe des articles dans L'Ecò dou bousquetoun, journal de tranchée de la Grande Guerre[2] La guerre terminée, il s'installe à Narbonne et est élu majoral du félibrige au consistoire de Marseille en 1918.

Il est enterré à Névian.

Source[modifier | modifier le code]

  • Joseph Salvat, Le docteur Paul Albarel, majoral du félibrige, Société d’Éditions Occitanes, 1929

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Viva lo vin !, farcejada en un acte, illustrations de Pierre Dantoine, Institut d'estudis occitans, 1996

Œuvre en ligne[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Pic, Dictionnaire des pseudonymes de la littérature occitane, Béziers, SIDO, 1981, non paginé
  2. Simón Calamel, Dominique Javel, La langue d'oc pour étendard : les félibres (1854-2002), Privat, 2002, p. 173

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Fourié, « Paul Albarel et le théâtre languedocien de son temps », Gai Saber no 396, 1979, p. 464-467
  • Paul Carbonel, Histoire de Narbonne, P. Caillard, 1956, p. 524

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]