Saint-André-de-Roquelongue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-André-de-Roquelongue
Saint-André-de-Roquelongue
Le village vu du château de Roquelongue, au fond le château de Saint Martin de Toques.
Blason de Saint-André-de-Roquelongue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Narbonne
Intercommunalité Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois
Maire
Mandat
Jean-Michel Folch
2020-2026
Code postal 11200
Code commune 11332
Démographie
Population
municipale
1 390 hab. (2017 en augmentation de 11,92 % par rapport à 2012)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 06′ 53″ nord, 2° 50′ 16″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 291 m
Superficie 30,81 km2
Élections
Départementales Canton des Corbières
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Saint-André-de-Roquelongue
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Saint-André-de-Roquelongue
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Roquelongue
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Roquelongue

Saint-André-de-Roquelongue est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Andréens et Saint-Andréennes.

L'église du XIIe siècle de Saint-André-de-Roquelongue.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Narbonne située dans les Corbières.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-André-de-Roquelongue est limitrophe de neuf autres communes.

Carte de la commune de Saint-André-de-Roquelongue et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Aussou conflue avec son affluent le Ruisseau de la Caminade sur la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 081 hectares ; son altitude varie de 48 à 291 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec l'ancienne route nationale 613.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Lorsque, par un édit de 1696, Louis XIV veut remédier aux abus héraldiques, ses conseillers n'oublient pas de faire créer de nouveaux offices et d'imposer l'enregistrement des armoiries. Il est probable que la communauté de Saint-André ne pouvait financer un tel projet dont elle ne voyait pas l'utilité puisqu'elle n'hébergeait pas un seigneur particulier, et qu'elle partageait les affaires communales avec celle de Montséret.

Voici quelques années, un spécialiste en héraldique a imaginé un blason pour la commune en utilisant les armes de Fontfroide.

Blason de Saint-André-de-Roquelongue Blason
D’argent au sautoir ancrée de gueules, à l’écusson d’or chargé d’une croix cléchée et pommetée de douze pièces aussi de gueules, brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 2014 Roger Dupuy[5] PS  
mars 2014 En cours Jean-Michel Folch PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2017, la commune comptait 1 390 habitants[Note 1], en augmentation de 11,92 % par rapport à 2012 (Aude : +2,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200320368363368403405397448
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4254174935236249581 1111 2281 190
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1941 1231 0231 1251 1031 1251 092903903
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8668137566807558289591 0921 354
2017 - - - - - - - -
1 390--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 55 70 87 76 74 65 61 47
Nombre de communes du département 439 436 435 437 438 438 438 438

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Languedoc (AOC), Coteaux-de-narbonne

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-André-de-Roquelongue fait partie de l'académie de Montpellier.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Randonnée pédestre, chasse,

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Forêt de Fontfroide

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 5 octobre 2020).
  5. Site officiel de la préfecture de l‘Aude - liste des maires (doc pdf)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  14. Site du club