Paul Adolphe Kauffmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaufmann.
Paul Adolphe Kauffmann
Nom de naissance Paul Kauffmann
Alias
Peka
Naissance
Belfort, dans le Territoire de Belfort
Décès
Grimault, Yonne
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession
Famille
Époux de Louise Baudry
Père de deux enfants

Paul Adolphe Kauffmann dit aussi Peka (1849-1940) est un illustrateur français.

Il signait « P. Kauffmann » ou « P.K. ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Costumes traditionnels des femmes alsaciennes de Schleithal et de Bitschhoffen

Paul Adolphe Kauffmann naît à Belfort, dans l'actuel Territoire de Belfort (Haut-Rhin jusqu'en 1871), le [1]. Il est le fils de Jean-Pierre Kauffmann (1803, Saint-Louis[2] - avant 1870) et de son épouse[3] Madeleine Clara Sentupéry (1817, Mulhouse[2] - après 1879).

Il fait toutes ses études à Colmar où sa famille vient habiter en 1849 peu après sa naissance, puis il débute sa vie professionnelle dans le dessin industriel à Mulhouse avant de se rendre à Paris[4].

Après un début de carrière de peintre régionaliste (sujets typiques d'Alsace), il choisit la voie de l'illustration et travaille pour de nombreuses maisons d'édition ainsi que pour la presse : L'Écolier illustré, Le Monde illustré (en 1869).

Engagé dans la guerre de 1870, il devient un témoin de son temps. En 1872, le magazine L'Illustration publie plusieurs de ses dessins sur l’occupation prussienne à Belfort. Il devient correspondant artistique pour L’Illustration, le Journal illustré, Le Monde illustré, The Graphic, et The Illustrated London News. En 1877-1878, il suit la campagne russo-turque comme correspondant au Monde illustré et livre des dessins à l'hebdomadaire populaire Les Faits-Divers illustrés. Il s'adonne avec bonheur à l'aquarelle[5].

Il épouse en 1879 à Paris[6] Louise Baudry (1861-1941) qui lui donne deux enfants ; ils vécurent en Île-de-France.

Il participe à l’exposition des amateurs alsaciens à Mulhouse en 1884. Il présente des paysages à l’Exposition de l’Union artistique, à Paris en 1889. Il expose à la vitrine des Beaux-arts (École des Beaux-arts de Besançon) en 1891 et 1892. Il expose à la Galerie G. Petit à Paris en 1908. Il participe à plusieurs expositions organisées par la Société des Arts de Mulhouse entre 1914 et 1930. Il travaille également pour l'Imagerie d'Épinal[7].

Il couvre pour la presse la guerre russo-japonaise de 1904-1905.

Il a édité à compte d’auteur Les Noces alsaciennes en 1914, et L'Alsace traditionaliste en 1930. Ses œuvres personnelles ont principalement pour sujet l'Alsace et les Alsaciens. Un certain nombre ont été éditées sous forme de cartes postales. Il fut l'illustrateur d'une centaine d'ouvrages. Il mit également son talent au service de la publicité : il est notamment l'auteur de l'affiche La Bretagne pittoresque, en route pour le pardon, pour les Chemins de fer de l'Etat (un exemplaire dans les collections du Musée départemental breton, Quimper).

Il meurt à l'âge de 90 ans le à Grimault (Yonne) [8], où se trouve sa sépulture.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Affiche publicitaire (1910)

Paul Kauffmann est surtout reconnu pour avoir croqué les scènes de la vie quotidienne des Alsaciens sur des séries de cartes postales (il participe d'ailleurs à la collection des cent). Cependant, l’artiste possède de nombreux autres talents, qui lui apporteront reconnaissance et succès.

Observateur attentif et passionné de son Alsace natale, il réalise grand nombre de dessins, abordant autant les aspects traditionnels que politiques. L’Alsace traditionaliste (1931) sera le plus célèbre des livres qu’il a publiés – ou dont il a signé l’illustration.

Liste des œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Drak le farfadet (Imagerie d'Épinal[9]
  • Les noces alsaciennes en 1914
  • L'Alsace traditionaliste. Première partie : types et costumes. Deuxième partie : l'habitation rurale, 30 aquarelles en couleurs, 84 planches de dessins en noir, texte explicatif et détaillé par l'auteur - Libr. Union, Strasbourg, 1930[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales du Territoire de Belfort, cote 5 Mi 19, Belfort N 1831-1863, N1849, 09 juillet 1849
  2. a et b Centre Départemental d'Histoire des Familles (CDHF) de Guebwiller (Haut-Rhin)
  3. Archives départementales du Territoire de Belfort, cote 5 Mi 21, Belfort M, M1840, 7 mai 1840
  4. Lotz, François. Artistes peintres alsaciens de jadis et de naguère. Kaysersberg : Éditions Printek, 1987
  5. André Larger, dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg : Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace
  6. Archives de Paris, cote V4E Mi3/142
  7. Archives départementales des Vosges, cote 48 J 116, fonds de l'Imagerie d'Épinal : correspondance avec les artistes G à L
  8. Mairie de Grimault, Décès 1940, 20 février 1940
  9. Base de données Joconde du Ministère de la Culture
  10. 240 pages, 30 planches hors texte, (réédité en 1970 par les éditions Alsatia à Colmar)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]