Patricia Urquiola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patricia Urquiola

Patricia Urquiola née en 1961 à Oviedo en Espagne, est une architecte et designer espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une formation d’architecture à l’Université de Madrid, Patricia Urquiola, amoureuse d'un italien, s'installe à Milan. Elle y choisit de s'orienter vers le design et étudie à l’École polytechnique de Milan où elle soutient sa thèse sous la direction d’Achille Castiglioni[1]. Elle devient assistante de conférences d’Achille Castiglioni de 1990 à 1992. Elle enseigne à la même époque à l’ENSCI de Paris[2].

De 1990 à 1996, elle est responsable du développement chez De Padova[2]. De 1993 à 1996, elle conçoit l’aménagement intérieur de showrooms, de restaurants et de boutiques, que ce soit en Italie, en Espagne, en France ou au Japon.

En 1996, elle dirige le groupe de design associé Lissoni et travaille notamment pour Alessi, Antares-Flos, Artelano, Boffi, Cappellini, Cassina et Kartell. Parallèlement, elle poursuit son activité de designer indépendant et signe des produits pour B & B, Bosa, De Vecchi, Fasem, Kartell, Liv’it, MDF, Molteni & C., Moroso et Tronconi.

Patricia Urquiola fonde son propre studio en 2001 à Milan, où elle est impliquée dans des projets de design, de décoration et d'architecture[3]. Plusieurs de ses œuvres font partie des collections du MoMA[4].

En 2008, elle est élue créatrice de l’année 2008 à l’occasion du salon français «Now ! Design à vivre»[1],[5]. En 2010, elle reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports[6].

Réalisations marquantes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fèvre 2008, Libération.
  2. a, b et c Quéheillard et al. 2013, p. 4425.
  3. a et b Fèvre 2004, Libération.
  4. Site du MoMA
  5. Quéheillard et al. 2013, p. 4426.
  6. Site du Ministère espagnol de la culture
  7. a et b Cauhapé 2002, Le Monde.
  8. Fèvre 2005, Libération.
  9. a et b Cauhapé 2007, Le Monde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Webographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]