Patrice Queneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Queneau.

Patrice Queneau, né le , est un médecin français, doyen honoraire de la faculté de médecine de Saint-Étienne.

Il est membre de l'Académie nationale de médecine depuis 2003, membre correspondant de l'Académie nationale de pharmacie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrice Queneau est le fils de Jean Queneau, polytechnicien et chef d'entreprise, et de Jeanine Thuasne, elle-même fille de Suzanne et Maurice Thuasne, fondateur de l'entreprise Thuasne.

Carrière[modifier | modifier le code]

Interne des Hospices civils de Lyon (1963-1968), puis chef de clinique-assistant à la Faculté de médecine de Lyon, université Claude-Bernard-Lyon-I (1968-1978).

Spécialiste en médecine interne, rhumatologie et thérapeutique, P. Queneau a consacré de nombreux travaux à la prise en charge des malades douloureux et à la prévention des accidents médicamenteux.

Titulaire d'une bourse du Conseil de l'Europe pour ses travaux de rechercher sur les douleurs rebelles et les infections des os et des articulations, Londres (1973)

Professeur des universités en thérapeutique à l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne (1976-2007), médecin des hôpitaux au CHU de Saint-Étienne (1976-2007), chef du Service de médecine interne et de thérapeutique du CHU (1979-2003).

Vice-président de l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne (1978-1979), puis doyen de la Faculté de médecine de l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne (de 1979 à 1997 : 4 mandats consécutifs).

Président de l'Association pédagogique nationale pour l'enseignement de la thérapeutique (APNET) (1985-2005)

Président-fondateur de l'European Association of therapeutics teachers (Réseau européen des enseignants de thérapeutique) (1993-2004)

Président du conseil scientifique et pédagogique du Centre national des concours d'internat (1994-1999)

Membre des Sociétés françaises de rhumatologie (1971), de thérapeutique et de pharmacologie clinique (1975), de la Société nationale française de médecine interne.

Membre de la Commission de la transparence à l'Agence nationale du médicament (1992-1997)

Médecin médiateur du CHU de Saint-Étienne (depuis 2002).

Président du comité d'éthique du CHU de Saint-Étienne (2002-2009).

Membre du collège de l'Agence française de lutte contre le dopage (depuis 2011)

Institutions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Rapports et articles[modifier | modifier le code]

Rapports à l'Académie nationale de médecine[modifier | modifier le code]

Patrice Queneau est l’auteur de 9 rapports :

  • « Place des nouvelles méthodes basées sur l’apport des preuves dans la prise en charge des patients" (2003)
  • « Place des eaux minérales dans l’alimentation » avec Jacques Hubert (2006)
  • « Bases méthodologiques de l’évaluation clinique thermale - Recommandations de l’Académie nationale de médecine pour servir de critères à l’égard des demandes d’avis en matière de thermalisme » avec Claude Boudène et Bernard-Graber-Duvernay (2006)                                                                                        
  • « Sécurisation du circuit du médicament dans les établissements de soins » avec Jacques Hureau (2009) :
  • « Adapter et consolider les enseignements de pharmacologie et de thérapeutique dans les études médicales » avec Jean-Paul Tillement (2009)
  • « Sécurité du médicament et Pharmacovigilance » avec Jean-Paul Tillement (2011)`
  • « La lutte contre le dopage : un enjeu de santé publique » avec Michel Rieu (2012)
  • « Mort subite au cours des activités physiques et sportives. Recommandations pour des mesures préventives » avec Michel Rieu, Dominique Lecomte, Jean-Pierre Goullé, Vincent Probst, Xavier Jouven et André Vacheron (2014).
  • "Thermalisme : nouveaux critères 2016 de l'Académie" avec Jean-Pierre Nicolas, Richard Trèves et Christian Roques (2016) 

Communications à l'Académie nationale de médecine[modifier | modifier le code]

  • Doucet J ., Queneau P. - Effets indésirables des médicaments chez les sujets âgés  - Bull. Acad. Natle Méd., 2005, 189, n°8,1693-1709
  • Queneau P., Accidents médicamenteux : comment les prévenir ? - Bull. Acad. Natle Méd., 2005, 189, n°8, 1751-7
  • Queneau P., Uzan A. – Recommandations synthétiques pour la prévention des accidents médicamenteux évitables - Bull. Acad. Natle Méd., 2005, 189,  n°8, 1875-6
  • Queneau P., Doucet J., Paille F. – Quand « déprescrire » les médicaments chez les personnes âgées pour améliorer leur santé ? -  Bull. Acad. Natle Méd., 2007, n°2, 271-285, séance du 6 février 2007
  • Roques C-F, de Boissezon X., Queneau P., - Médecine thermale : actualités médicales et scientifiques – Bull. Acad. Natle Med., 2009, 193, no 5, 1165-1180, séance du 12 mai 2009
  • Queneau P., Hureau J. - Sécurisation du circuit du médicament dans les établissements de soins, Bull. Acad. Natle Méd. 2009, 193, no 8, 1921-1924,
  • Queneau P., Tillement J-P. - Sécurité du médicament et pharmacovigilance, Bull. Acad. Natle Méd. 2011, 195, no 6, 1369-1376
  • Rieu M., Queneau P. - La lutte contre le dopage : un enjeu de santé publique, Bull. Acad. Natle Méd. 2012, 196, no 6, 1169-1172
  • Rieu M., Lecomte D., Queneau P. - Mort subite au cours des activités physiques et sportives. Recommandations pour des mesures préventives, Bull. Acad. Natle Méd. 2013, 197, n° 7, 1419-1435
  • P. Queneau, A. Serrie, B. Laurent et R. Trèves - Communiqué : A propos de la disparition du DESC douleur. Une formation spécialisée transversale de la douleur chronique est nécessaire – Bull. Acad. Natle méd., 2016n°3, 597-599, séance du 1er mars 2016
  • Queneau P., Bringer J et Brunelle F. - Accès aux fonctions d’interne (3e cycle des études médicales) : avant de classer, contrôler le niveau des connaissances - séance du 27/06/2017

Communications dans d'autres académies européennes[modifier | modifier le code]

  • Queneau P., Doucet J., Paille F.  – Complications de la polymédication, notamment chez les personnes âgées. Communication à l’Académie Royale de Médecine de Belgique (Séance publique du 24 juin 2006) -  Bulletins et Mémoires de l’Académie Royale de Médecine de Belgique volume 161, année 2006, n°6, 408-424
  • Queneau P. - Douleurs et représentations dans l'art - Communication à l'Académie des Beaux-Arts, Institut de France, Paris, le 7 novembre 2012 - Lettre de l'Académie des Beaux-Arts, n°71, hiver 2012-2013, 30

Rapport ministériel[modifier | modifier le code]

  • Queneau P. - Rapport de mission ministériel sur "La iatrogénie médicamenteuse et sa prévention", mission confiée par M. Jacques Barrot, ministre des affaires sociales et de la santé et M. Hervé Gaymard, secrétaire d'état à la santé et à la sécurité sociale, mission confirmée par M. Bernard Kouchner, secrétaire d'état à la santé - La documentation française, 1998

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

De nombreuses autres publications, en langues françaises et anglaises (Drug Safety), personnelles et collectives, en association avec les enseignants de thérapeutique réunis au sein de l'Association pédagogique nationale pour l'enseignement de la thérapeutique (APNET) ont conduit à souligner l'importance des effets indésirables médicamenteux ainsi que leur prévention et leur prise en charge.

  • P. Queneau « La thérapeutique est aussi la science et l'art de "dé-prescrire" » Presse Med. 2004;33(9):583-5. (première mention du mot « déprescrire » dans le titre d’un article indexé en langue française[1],[2],[3]).
  • P. Queneau - Douleurs et représentation dans l'Art : « La douleur transcendée par les artistes » Communication à l'Académie des Beaux-Arts, Institut de France (7 novembre 2012).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Ouvrages scientifiques et pédagogiques de médecine[modifier | modifier le code]

Patrice Queneau est le premier auteur ou le co-auteur de 70 ouvrages de médecine, consacrés aux accidents médicamenteux et à leur prévention, à la prise en charge des malades douloureux, à l'humanisme médical ainsi qu'à la formation pratique initiale et continue des médecins, parmi lesquels :

  • Pathologie médicale, 6 tomes, avec Gilles Bouvenot, Bernard Devulder, Loïc Guillevin et Annette Schaeffer, Masson Ed. 1996
  • Manuel de thérapeutique médicale, avec Gilles Bouvenot, 1997 ; EAN 9782225823947
  • Ethique et thérapeutique: témoignages européens, par Jean-Marie Mantz, Patrice Queneau et Pierre Grandmottet, Presses Universitaires de Strasbourg, 1998
  • Automédication, autoprescription, autoconsommation, John Libbey Eurotext, 2000
  • Médecine thermale -Faits et preuves, Masson Ed., Paris, 2000
  •  Lire et critiquer un article médical – Principes de lecture et exercices pratiques corrigés, coordinateurs : Bergmann J.-F., Chassany O., Fauvel J.-P., Queneau P. – Expansion Scientifique Française Ed., 268 pages, Paris, 2003
  • L’essentiel en médecine d’urgence et en thérapeutique – De la plainte du patient à la décision thérapeutique, coordinateurs : Dequin P.-F., Pateron D., Queneau P. – Med-Line Ed., 575 pages, Paris, 2003
  • Guide pratique de la décision médicale – L’éthique en clinique, sous la direction de Guy Llorca – Med-Line Ed. Paris, 2003
  • Le médecin, le malade et la douleur : P. Queneau, G. Ostermann et APNET Eds. : 4e édition : Masson 2004, 648 p.
  • Guide pratique d'éthique clinique - L'éthique au secours de la science avec Guy Llorca et Nathalie Brion - Med-Line, Paris, 2004
  • Livre Blanc des Etats Généraux de la Douleur -Synthèse des travaux réalisés par le Comité d’Organisation des Etats Généraux de la Douleur, 2005
  • La thérapeutique en médecine générale, ouvrage écrit sous la double responsabilité de l’APNET (Association pédagogique nationale pour l’enseignement de la thérapeutique) et du CNGE (Collège national des généralistes enseignants), Huveaux  Ed. Paris, 2010
  • L'expertise médicale en responsabilité médicale et en réparation du préjudice corporel, 3e édition sos la direction de Jacques Hureau et Dominique G. Poitout- Masson, 2010

Ouvrages littéraires[modifier | modifier le code]

Recueils de poésies[modifier | modifier le code]

  • S'il te plaît, décroche-moi la lune ! (prix André-Séveyrat de la Sélyre, 2010, remis à l'Hôtel de ville de Lyon par Michel Le Royer, sociétaire de la Comédie Française).
  • Des coquelicots sur la falaise publié aux éditions L’Harmattan, 2011
  • La douceur du piano de ma mère L'harmattan janvier 2011
  • Ce soir je téléphone à la Grande Ourse, auto-édition, mars 2016

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Du latin :  scribere, écrire ; prae-, avant ; de-, marque l’éloignement.
  2. Auteur de la première publication indexé sur le mot « déprescrire » défini en 2004 (Presse Médicale 2004,33(9):583-5.)
    déprescrire v. (to deprescribe) : Arrêter de façon volontariste une prescription.
    Extrait de l'article « La thérapeutique est aussi la science et l'art de "dé-prescrire" » : « Bien prescrire pour le médecin, c’est aussi savoir proscrire un traitement contre-indiqué ou arrêter la prescription d’un médicament inutile ou devenu tel, a fortiori inutilement dangereux en termes de bénéfice/risque. Le prescripteur doit toujours entreprendre une explication avec son patient. Cet arrêt volontariste d'une prescription s'impose comme une démarche parfois négligée, à tort, par le médecin. » (P. Queneau – Presse Médicale 2004;33(9):583-5.)
  3. Lien vers le dictionnaire de l'Académie nationale de médecine, « déprescrire » : http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=d%C3%A9prescrire

Liens externes[modifier | modifier le code]