Pascal Bonetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pascal Bonetti
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Plaque Jardin des Poètes, Paris 16.jpg
plaque commémorative

Pascal Bonetti, né à Saint-Martin-Vésubie le et mort à Paris le , est un poète et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né près de Nice, mais d'origine corse, il participe à Paris, en 1909, avec son ami Roger Dévigne, aux réunions mensuelles (les Hurle-aux-Loups) du groupe d'Action d'Art Les Loups, animées par Anatole Belval-Delahaye. Il participe aussi aux groupes poétiques de l'Abbaye, des Lions, et des Fantaisistes.

En 1910, à l'âge de 22 ans, il publie ses premiers contes et poèmes, Les Orgueils, dont la parution est saluée par Émile Verhaeren, Henri de Régnier, et René Ghil. Il crée son école littéraire, l'harmonisme.

Il collabore à de nombreux journaux : Le Figaro, le Gil Blas, Le Matin (rubrique des « Contes des mille et un matins », avec Jean Giraudoux), La Petite République (à la direction des services littéraires jusqu'en 1914), ainsi qu'à la plupart des jeunes revues de l'époque.

En 1911, il participe à l'organisation à Mons du premier congrès international des Amitiés françaises, association internationale qu'il a fondée en 1909 avec des amis de Belgique et d'Italie. Il fait la guerre de 14-18 comme officier d'artillerie. Vingt ans plus tard, il est le délégué général du second congrès international des Amitiés françaises à Liège. En 1931, il représente la France en Californie au congrès de l'Institut des relations internationales.

À partir de 1952, il est président, puis président d'honneur, de la Société des Poètes français. C'est lui qui est à l'origine du Jardin des Poètes, en bordure du jardin des serres d'Auteuil, à Paris. Il succède à Vincent Muselli comme membre de la Maison de Poésie.

L'ensemble de son œuvre poétique a reçu en 1961 le Prix d’Académie de l'Académie française[1].

Jugement[modifier | modifier le code]

« Œuvre solaire entre toutes, pure de forme, exaltante de pensée, œuvre de la maturité, pourtant si imprégnée de grâce et pour tout dire de jeunesse immuable... somme, synthèse, harmonie... qu'anime la spiritualité la plus haute et qui exalte les deux vertus tantôt conjuguées, tantôt contradictoires du génie occidental. »

— Yves-Gérard Le Dantec, Revue des deux Mondes

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Orgueils, Éditions Sansot, Paris, 1910
  • La Chanson de France, Paris, Éditions des Amitiés françaises, 1912
  • La Marche au soleil, Paris, R. Chiberre, 1923
  • Les Ailes, Éditions Per Orbem, Paris, 1928
  • Chant d'exil, New-York, 1942
  • La Suite royale, Paris, Firmin-Didot, 1955 (Grand Prix des Poètes français, 1958)
  • Anthologie des poètes français contemporains de 1866 à nos jours, t. 4-5, morceaux choisis, accompagnés de notices bio-bibliographiques et de nombreux autographes, 2. vol., Paris, Delagrave, 1958-1959
  • Choix de poésies, Paris, Firmin-Didot, 1960 (Grand Prix de poésie de l'Académie française, 1961)
  • L'Or des naufrages, Paris, Firmin-Didot, 1968
  • La Symphonie du soir, Paris, Firmin-Didot, 1976
  • Les Hauts-Lieux, Paris, J. Grassin, 1979
  • Poèmes choisis, dessins de Pierre Fleury, Blainville-sur-Mer, L'Amitié par le livre, s. d.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pascal Bonetti (dir.), Anthologie des poètes français contemporains, t. 4, Paris, Delagrave, 1958
  • Poètes contemporains, anthologie de 1900 à nos jours, p. 497-506, Firmin-Didot et Cie, 1946

Références[modifier | modifier le code]