Parti travailliste australien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti travailliste et ALP.
Parti travailliste australien
(en) Australian Labor Party
Image illustrative de l'article Parti travailliste australien
Logo officiel
Présentation
Chef Bill Shorten
Fondation 8 mai 1901
Siège Canberra, Territoire de la capitale australienne
Président Jenny McAllister
Chef adjoint Tanya Plibersek
Idéologie Social-démocratie
Troisième voie
Progressisme
Affiliation internationale Alliance progressiste
Site web http://www.alp.org.au
Représentation
Représentants
54 / 150
Sénateurs
31 / 76

Le Parti travailliste australien (Australian Labor Party en anglais, souvent abrégé en ALP) est un parti politique social-démocrate en Australie issu du mouvement syndicaliste.

Le parti travailliste australien tire son origine des mouvements travaillistes fondés au début des années 1890 dans les colonies qui allaient ensuite former la fédération australienne, et notamment en Nouvelle-Galles du Sud et au Queensland. C’est d’ailleurs dans cette dernière colonie qu’Anderson Dawson, chef de file des travaillistes locaux, constitua le premier gouvernement social-démocrate de l’Histoire. Celui-ci, cependant, ne dura qu’une semaine, car il était minoritaire.

On peut cependant considérer que la date de création de l’ALP est celle du , date de la première réunion du « parti parlementaire » fédéral (i.e. les députés travaillistes au parlement fédéral australien).

Histoire[modifier | modifier le code]

Très rapidement, après sa création de fait le , l’ALP prit une place de tout premier plan dans la vie politique australienne. En 1904, Chris Watson forma le premier gouvernement fédéral travailliste en s’appuyant sur une majorité relative. En 1910, le Premier ministre Andrew Fisher put, lui, s’appuyer sur une majorité absolue. Cette même année, l’ALP devint majoritaire dans les chambres des États d’Australie-Méridionale et de Nouvelle-Galles du Sud; l’année suivante en Australie-Occidentale et en 1915 au Queensland.

Ces succès ont fait de l’ALP le premier parti social-démocrate à atteindre le statut de parti de gouvernement. Il le doit sans doute à une base militante très populaire et syndicale, mais aussi très pragmatique, éloignée des débats idéologiques qui pouvaient diviser les socialistes européens. Sans se réclamer du marxisme, l’ALP du début du XXe siècle se fixait tout de même comme objectif la construction du socialisme, mais n’entreprit pas de grandes réformes qui aurait remis en cause le capitalisme. S’il crée un système de protection sociale très en avance sur son temps et bâtit une législation sociale accordant des droits importants aux travailleurs, ils ne s’attaque pas à la propriété privée et délaisse d’éventuelles nationalisations.

Cela n’empêche pas l’ALP d'avoir vécu des moments difficiles et de graves crises internes pendant son histoire.

En 1916, le Premier ministre travailliste, Billy Hughes, est désavoué par la majorité de ses députés sur la question de la conscription. En pleine guerre mondiale, il y est favorable alors que son parti la désapprouve. Hughes, qui refuse de se soumettre à cette décision, est exclu du parti. Avec 24 des 67 députés travaillistes, il fonde alors le Parti travailliste national (National Labor Party), qui fusionnera avec les libéraux pour créer, en 1917, le Parti nationaliste d'Australie (Nationalist Party of Australia).

En 1931, c’est la branche de Nouvelle-Galles-du-Sud qui fait sécession du parti fédéral. À l’origine, un désaccord de fond entre le premier ministre de cet état, Jack Lang et le premier ministre fédéral au sujet de la politique à mener face à la crise économique. Cette cacophonie interne au parti ne fut pas sans conséquences sur les élections fédérales de cette même année, où l’ALP perdit les deux tiers de ses députés. Lang et trois de ses proches furent élus. La scission perdura jusqu’en 1937, année où l’ALP se donna John Curtin comme chef de file et présenta des candidats unitaires en Nouvelle-Galles-du-Sud. Jack Lang provoqua cependant une nouvelle scission en 1940. Après avoir perdu la direction des travaillistes de Nouvelle-Galles-du-Sud au profit de l’aile gauche du parti, il s’impatienta face aux atermoiements de la direction fédérale à condamner ses successeurs, qui s’étaient notamment prononcés contre toute implication de l’Australie dans la guerre, approuvant tacitement le Pacte germano-soviétique. Il créa alors le Parti travailliste australien (non-communiste), ALP(NC), qui obtint 4 députés aux élections de cette année-là. La scission fut réglée l’année suivante, avec la réadmission de tous les élus de l’ALP(NC), à l’exception de Lang lui-même, au sein du parti fédéral. L’ALP(NC), limité au cercle le plus restreint des proches de Lang, perdura cependant jusqu’en 1951.

La dernière scission importante eut lieu en 1955. Plusieurs élus de l’État de Victoria, dont 7 députés fédéraux, tous catholiques et très influencés par la doctrine sociale de l’Église, constituèrent le Parti travailliste australien anti-communiste (ALP-AC), après avoir été exclus de l’ALP pour activités fractionnistes. Ce parti n’eut aucun élu aux élections de 1955, et changea son nom en Parti travailliste démocrate (Democratic Labor Party, DLP), qui n'eut jamais une grande influence sur la vie politique australienne.

L'ALP fut exclu du pouvoir fédéral de 1949 à 1972.

l’ALP remporta les élections de décembre 1972, avec Gough Whitlam comme Premier ministre, mais retourna dans l’opposition de 1975 à 1983. Il fut ensuite au pouvoir de 1983 jusqu’en 1996 avec Bob Hawke (1983-91), puis Paul Keating. Pendant cette période (de 1974 à 1984), se développa une conscience accrue de la spécificité australienne qui se traduisit notamment par le référendum de 1977 sur la sortie du Commonwealth et l'adoption de l'hymne national australien Advance Australia Fair, distinct du traditionnel God Save the Queen.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections fédérales[modifier | modifier le code]

Année Sièges Voix  % Leader
1901
14 / 75
79 736 15,76 Chris Watson
1903
22 / 75
223 163 30,95 Chris Watson
1906
26 / 75
348 711 36,64 Chris Watson
1910
42 / 75
660 864 49,90 Andrew Fisher
1913
37 / 75
921 099 48,47 Andrew Fisher
1914
42 / 75
858 451 50,89 Andrew Fisher
1917
22 / 75
827 541 43,94 Frank Tudor
1919
26 / 75
811 244 42,49 Frank Tudor
1922
29 / 75
665 145 42,30 Matthew Charlton
1925
23 / 75
1 313 627 45,04 Matthew Charlton
1928
31 / 75
1 158 505 44,64 James Scullin
1929
46 / 75
1 406 327 48,84 James Scullin
1931
14 / 75
859 513 27,10 James Scullin
1934
18 / 74
952 251 26,81 James Scullin
1937
29 / 74
1 555 737 43,17 John Curtin
1940
32 / 74
1 556 941 40,16 John Curtin
1943
49 / 74
2 058 578 49,94 John Curtin
1946
43 / 75
2 159 953 49,71 Ben Chifley
1949
47 / 121
2 117 088 45,98 Ben Chifley
1951
52 / 121
2 174 840 47,63 Ben Chifley
1954
57 / 121
2 280 098 50,03 H,V, Evatt
1955
47 / 122
1 961 829 44,63 H,V, Evatt
1958
45 / 122
2 137 890 42,81 H,V, Evatt
1961
60 / 122
2 512 929 47,90 Arthur Calwell
1963
50 / 122
2 489 184 45,47 Arthur Calwell
1966
41 / 124
2 282 834 39,98 Arthur Calwell
1969
59 / 125
2 870 792 46,95 Gough Whitlam
1972
67 / 125
3 273 549 49,59 Gough Whitlam
1974
66 / 127
3 644 110 49,30 Gough Whitlam
1975
36 / 127
3 313 004 42,84 Gough Whitlam
1977
38 / 124
3 141 051 39,65 Gough Whitlam
1980
51 / 125
3 749 565 45,15 Bill Hayden
1983
75 / 125
4 297 392 49,48 Bob Hawke
1984
82 / 148
4 120 130 47,55 Bob Hawke
1987
86 / 148
4 222 431 45,76 Bob Hawke
1990
78 / 148
3 904 138 39,44 Bob Hawke
1993
80 / 148
4 751 390 44,92 Paul Keating
1996
49 / 148
4 217 765 38,69 Paul Keating
1998
67 / 148
4 454 306 40,10 Kim Beazley
2001
65 / 150
4 341 420 37,84 Kim Beazley
2004
60 / 150
4 408 820 37,63 Mark Latham
2007
83 / 150
5 388 184 43,38 Kevin Rudd
2010
72 / 150
4 711 363 37,99 Julia Gillard
2013
55 / 150
4 311 365 33,38 Kevin Rudd

Personnalités notables[modifier | modifier le code]

Premier Ministres d'Australie[1][modifier | modifier le code]

Premiers Ministres des États et Ministres en chef des Territoires[2][modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]