Parti du peuple algérien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Parti du Peuple Algérien)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PPA.

Le Parti du Peuple Algérien (ou PPA) a été fondé le par Messali Hadj en France[1],[2] après l'interdiction de l'Étoile nord-africaine (ENA). Ce nouveau parti a maintenu la direction, les structures et les objectifs de l'ENA.

L'Étoile nord-africaine venait d'être interdite — sous le Front populaire au pouvoir à l'époque — parce qu’elle était considérée comme une menace pour l'autorité de l'État.

Présentation[modifier | modifier le code]

En 1938, le PPA se positionne en faveur de l'émancipation du peuple algérien[3].

Être algérien et sympathisant du PPA, c'est avant tout revendiquer sa différence. Pas question d'assimilation, ni d'intégration[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Parti du Peuple Algérien (ou PPA) a été fondé le par Messali Hadj en France[1],[2] après l'interdiction de l'Étoile nord-africaine (ENA) par le Front populaire au pouvoir à l'époque, pour le motif qu'elle était une menace pour l'autorité de l'État. Ce nouveau parti a maintenu la direction, les structures et les objectifs de l'ENA.

Le 27 octobre 1938, quatre dirigeants du PPA furent arrêtés sous l'inculpation de «menées antifrançaises» et pour reconstitution de ligue dissoute[4].

Le 2 novembre 1937 à Alger, commence le procès de quatre dirigeants du PPA pour avoir reconstitué une association dissoute en janvier 1937, et pour atteinte à la souveraineté française[5].

A l'occasion de son procès, Messali lit un texte, — qui selon Le Populaire : journal-revue hebdomadaire de propagande socialiste et internationaliste — précise :

« Notre principale revendication politique est la création d'un parlement algérien, mais non pas sur le modèle de celui qui existe déjà sous la forme de délégations financières et qui constitue un parlement antidémocratique. Nous demandons sa transformation en assemblée algérienne élue au suffrage universel sans distinction de race ni de religion. La France ne doit pas ignorer la véritable situation des Nord-Africains, devant les promesses que le fascisme fait miroiter à leurs yeux. La France du « Front Populaire » va-t-elle s'obstiner à maintenir sa politique actuelle ? Laissera-t-elle le Code de l'indigénat et les lois d’exception continuer à servir contre les autochtones ? Refusera-t-elle toujours les libertés démocratiques au peuple algérien ? Nous n'avons aucun goût ni pour le fascisme ni pour l'impérialisme, mais aimons la liberté, la démocratie et repoussons de toutes nos forces toutes servitudes et toutes pressions[6]. »

Pour Messali, l’Étoile nord-africaine se distingue du PPA par sa demande d'indépendance totale de l'Algérie, alors que le parti du « Peuple algérien » demande l'émancipation du peuple algérien avec la reconnaissance de la souveraineté française[6]. A l'accusation d'anti-France, Messali se positionne avec ces paroles:

« Est-ce être anti-français que de demander un Parlement algérien ? Est-ce être anti-français que de demander la même indépendance pour l'Algérie ? Sommes-nous ici chez nous, en Algérie ? Nous travaillons pour notre liberté, avec l'aide de la France. Nous avons notre civilisation, notre religion et nous avons tout pour être un peuple. Nous voulons voir ce pays libre, indépendant, avec le secours de la France. Alors la France pourra compter sur nous et sur l'Islam tout entier[6]. »

En mars 1938, le nombre de leaders du PPA arrêtés est de 10[7].

Accusé de collusion avec l'Allemagne hitlérienne[8], le PPA fut interdit à son tour en septembre 1939 et vingt-huit de ses responsables arrêtés le 4 octobre. Il restera constitué dans la clandestinité, étant réactivé en 1940 à la suite de la défaite de juin 1940[9].

Le 1er mai 1945, le PPA interdit a fait défiler 20 000 manifestants indigènes à Alger[9]. Le parti subit la répression qui suivra le massacre de Sétif en 1945. En 1946, Messali Hadj fut libéré. Il créa le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) dont la fonction fut d’assurer une existence légale au PPA.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Messali Hadj », sur www.algerie-monde.com (consulté le 19 mars 2017)
  2. a, b et c Jacques Simon, Le PPA: le Parti du peuple algérien, 1937-1947, L'Harmattan, (ISBN 9782747585286, lire en ligne)
  3. L'Echo de la presse musulmane. Informations des pays d'Orient, [s.n.?], (lire en ligne)
  4. Parti communiste français Auteur du texte, L'Humanité : journal socialiste quotidien, L'Humanité, (lire en ligne)
  5. Parti socialiste SFIO (France) Auteur du texte et Parti socialiste (France) Fédération (Paris) Auteur du texte, Le Populaire : journal-revue hebdomadaire de propagande socialiste et internationaliste [, Parti socialiste, (lire en ligne)
  6. a, b et c http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k822843n/f2.item
  7. L'Echo d'Alger : journal républicain du matin, [s.n.], (lire en ligne)
  8. « Les préparatifs du 8 mai 45. », sur LE QUOTIDIEN D'ALGERIE (consulté le 19 mars 2017)
  9. a et b MOSTEFAÏ Chawki, « Afin que nul n'oubli l'histoire de l'Algérie - Dr Chawki Mostefaï », Dr Chawki Mostefaï,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mohammed Harbi, Aux origines du FLN : la scission du PPA/MTLD, Nouvelle édition revue et augmentée, Bibliothèque d’histoire du Maghreb.
  • Rahal, Malika. « Du PPA-MTLD au FLN ? » In Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1930-1962), édité par Abderahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Siari Tengour Ouarda, et Sylvie Thénault. Paris - Alger: La Découverte - Barzakh, 2012.
  • Sidi Moussa, Nedjib. Devenirs messalistes (1925-2013) : Sociologie historique d’une aristocratie révolutionnaire. Paris 1, 2013. http://www.theses.fr/2013PA010349.
  • Sidi-Moussa, Nedjib. « Pour une sociologie des trajectoires révolutionnaires. Le cas des membres du CNR (Algérie, 1954) ». In La fabrique biographique, Presses Universitaires de Limoges et du Limousin. Stéphane Chantegros, Sophie Orange, Adrien Pégourdie, Cyrille Rougier, 2012.
  • Jacques Simon, Le PPA (le Parti du peuple algérien), 1937-1947, Cahiers du CREAC - Histoire.
  • Stora, Benjamin. Messali Hadj : Pionnier du nationalisme algérien, 1898-1974. Paris: L’Harmattan, 1986.