Parti du peuple algérien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Parti du Peuple Algérien)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la vie politique algérienne image illustrant l’histoire de l'Algérie
Cet article est une ébauche concernant la vie politique algérienne et l’histoire de l'Algérie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PPA.

Le Parti du Peuple Algérien (ou PPA) a été fondé le par Messali Hadj en France[1],[2] après l'interdiction de l'Étoile nord-africaine (ENA) par le Front populaire au pouvoir à l'époque, pour le motif qu'elle était une menace pour l'autorité de l'État. Ce nouveau parti a maintenu la direction, les structures et les objectifs de l'ENA.

Présentation[modifier | modifier le code]

Être algérien et sympathisant du PPA, c'est avant tout revendiquer sa différence. Pas question d'assimilation, ni d'intégration[précision nécessaire].

En 1938, après les Accords de Munich, une fraction importante du Parti du peuple algérien offre ses services au Reich allemand pour obtenir son aide[3].

Soupçonné de collusion avec l'Allemagne hitlérienne[4], le PPA fut interdit à son tour en septembre 1939 et vingt-huit de ses responsables arrêtés le 4 octobre. Il restera constitué dans la clandestinité, étant réactivé en 1940 à la suite de la défaite de juin 1940[5].

Le 1er mai 1945, le PPA interdit a fait défiler 20 000 manifestants indigènes[Qui ?] à Alger. Le parti subit la répression qui suivra le massacre de Sétif en 1945. En 1946, Messali Hadj fut libéré. Il créa le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) dont la fonction fut d’assurer une existence légale au PPA.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mohammed Harbi, Aux origines du FLN : la scission du PPA/MTLD, Nouvelle édition revue et augmentée, Bibliothèque d’histoire du Maghreb.
  • Rahal, Malika. « Du PPA-MTLD au FLN ? » In Histoire de l’Algérie à la période coloniale (1930-1962), édité par Abderahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Siari Tengour Ouarda, et Sylvie Thénault. Paris - Alger: La Découverte - Barzakh, 2012.
  • Sidi Moussa, Nedjib. Devenirs messalistes (1925-2013) : Sociologie historique d’une aristocratie révolutionnaire. Paris 1, 2013. http://www.theses.fr/2013PA010349.
  • Sidi-Moussa, Nedjib. « Pour une sociologie des trajectoires révolutionnaires. Le cas des membres du CNR (Algérie, 1954) ». In La fabrique biographique, Presses Universitaires de Limoges et du Limousin. Stéphane Chantegros, Sophie Orange, Adrien Pégourdie, Cyrille Rougier, 2012.
  • Jacques Simon, Le PPA (le Parti du peuple algérien), 1937-1947, Cahiers du CREAC - Histoire.
  • Stora, Benjamin. Messali Hadj : Pionnier du nationalisme algérien, 1898-1974. Paris: L’Harmattan, 1986.