Parti congolais du travail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parti congolais du travail
Image illustrative de l’article Parti congolais du travail
Logotype officiel.
Présentation
Président Denis Sassou-Nguesso
Fondation
Siège Brazzaville
Secrétaire général Pierre Moussa
Positionnement Actuellement :
Gauche
Historiquement :
Extrême gauche
Idéologie Actuellement :
Social-démocratie (doctrine officielle)[1]
Nationalisme de gauche
Historiquement :
Communisme
Marxisme-léninisme
Couleurs Rouge
Site web pct.cg
Représentation
Députés
89  /  151
Drapeau du Parti congolais du travail.

Le Parti congolais du travail (PCT) est un parti politique congolais fondé en 1969 par Marien Ngouabi. D'obédience marxiste-léniniste à l’origine, et parti unique sous le régime de la République populaire du Congo, l'idéologie communiste a été abandonnée à la chute de l'URSS, pour adopter une ligne officiellement proche du socialisme démocratique.

Il est le parti unique au pouvoir à partir de 1968 sous le régime de la République populaire du Congo, dirigée successivement par Marien Ngouabi, Joachim Yhombi-Opango puis Denis Sassou-Nguesso. Il perd le pouvoir lors de la transition démocratique (passage de la République populaire du Congo communiste à la République du Congo multipartite en 1992), mais reprend les rênes du pays après avoir gagné la guerre civile du Congo-Brazzaville en 1997. Il est reconduit au pouvoir suprême par les élections de 2002, 2009, 2016, et 2021.

Alice Mahoungou y siège au comité central entre 1972 et 1991[2]. Il en est de même pour Jean-François Obembé dans les années 1980.

Denis Sassou-Nguesso, membre historique du PCT, est président de la République de 1979 à 1992, puis de nouveau à partir de 1997 et réélu à chaque élection depuis lors.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 1973, 1979, 1984, et 1989, son statut de seul parti politique autorisé lui permet de remporter 100 % des sièges de l'Assemblée nationale.

En 1992, le parti passe dans l'opposition pour la première fois de son histoire en ne remportant que 18 des 125 sièges (14 % environ) de l'Assemblée nationale, ce qui le place en troisième position des forces politiques du pays. Cette chute fait suite à l'ouverture démocratique du pays.

En 1993, moins d'un an plus tard, il obtient des résultats similaires en remportant 15 des 101 sièges (15 % environ).

En 2002 (en), le parti remporte 53 des 137 sièges de l'Assemblée nationale, soit environ 35 %, et forme une coalition gouvernementale.

En 2007, le parti remporte 47 des 137 sièges de l'Assemblée nationale, soit environ 34 %, et forme une coalition gouvernementale.

En 2012, le parti remporte 89 des 139 sièges de l'Assemblée nationale, soit environ 64 % (majorité absolue).

En 2017, le parti remporte 90 des 151 sièges de l'Assemblée nationale, soit environ 60 % (majorité absolue).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Parti congolais du travail, Statuts du Parti congolais du travail (PCT), Kintélé, , 21 p., PDF (lire en ligne), p. 2.
  2. Rémy Bazenguissa-Ganga, Les voies du politique au Congo : essai de sociologie historique, KARTHALA Editions, , 459 p. (ISBN 978-2-86537-739-8, lire en ligne).