Paroisse Notre-Dame-Joie-des-Affligés-et-Sainte-Geneviève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paroisse Notre-Dame-Joie-des-Affligés-et-Sainte-Geneviève
Présentation
Culte Orthodoxe russe
Site web ndjasg.club.fr/intro.htmlVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 50′ 53″ nord, 2° 21′ 06″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Paroisse Notre-Dame-Joie-des-Affligés-et-Sainte-Geneviève
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Paroisse Notre-Dame-Joie-des-Affligés-et-Sainte-Geneviève
La châsse de sainte Geneviève
Icône de la Mère de Dieu Joie de tous les Affligés (1710)

La paroisse Notre-Dame-Joie-des-Affligés-et-Sainte-Geneviève est une paroisse orthodoxe situé à Paris en France.

Fondation de la Paroisse[modifier | modifier le code]

Dès 1928 il existait une paroisse russe Sainte-Geneviève qui comprenait surtout des jeunes gens russes qui vénéraient la sainte patronne de Paris. Geneviève est aussi la sainte patronne du cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. La paroisse parisienne Notre-Dame-Joie-des-Affligés et Sainte-Geneviève de l’Église orthodoxe russe (Patriarcat de Moscou et de toute la Russie) fut fondée en 1935 par le père Mikhaïl Belsky à la suite d'un rêve dans lequel sainte Geneviève demandait à une de ses filles spirituelles de s’installer précisément près de son tombeau : -« Pourquoi, vous, les exilés de Russie, vous qui peinez et êtes dans la misère, ne vous adressez vous pas à moi ? Je peux vous aider. Je suis Geneviève, la patronne de Paris ») et un petit groupe de personnes de la Confrérie Saint-Photius[1]. Située en 1936 dans un petit local, au 36, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève tout près de l’église Saint-Étienne-du-Mont, où se trouve son tombeau et ses reliques, elle fut transférée en 1966 au 4,rue Saint-Victor dans le 5e arrondissement de Paris, d’où son surnom de paroisse « Saint-Victor ». Il reste néanmoins au 11, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, la librairie russe des Éditeurs-Réunis et la maison d’édition YMCA Press.

Son nom vient de l’icône russe de la Mère de Dieu Joie de tous les Affligés (Богоматери "Всех скорбящих Радость"), fêtée le 24 octobre et très vénérée en Russie. La langue des offices liturgiques était le slavon, mais une fois par mois, la messe était célébrée en français, la paroisse ayant été fondée dans le but de devenir francophone, ce qu’elle est aujourd’hui, les russophones étant devenus minoritaires par rapport aux francophones. Un long travail de traduction des textes liturgiques et théologiques en français fut accompli ainsi qu’une adaptation de la musique liturgique russe à la langue française par le compositeur Maxime Kovalevsky[2].

Une fois par an la paroisse fait le pèlerinage sur la tombe de sainte Geneviève située en l’église Saint-Étienne-du-Mont durant la neuvaine de sainte Geneviève (du 3 au 11 janvier) à la suite d'une demande du Père Belsky en 1941, et le Te Deum orthodoxe y est chanté chaque année.

Parmi ses paroissiens les plus connus : Vladimir et Madeleine Lossky, Eugraphe (paroissien occasionnel) et Maxime Kovalevsky, Irène Kedrov-Kovalevsky, Vera-Alexandra Reschikov, Alexandre Tourintsev (devenu plus tard recteur de la paroisse des Trois-Saints-Docteurs), le docteur André Bloom (métropolite Antoine de Souroge), de Londres), qui fut marguillier de la paroisse, le père Vsevolod Palachkovsky, Léonide et Lydia Ouspensky, Nicolas Mechtchersky, et à partir de 1937, le jeune Gabriel Henry, Élisabeth Behr-Sigel[3].

Les fresques de l’iconostase et l’icône de sainte Geneviève sont de Léonide Ouspensky, lui aussi membre de la confrérie de Saint Photius. La première icône fut d’Eugraphe Kovalesky, futur évêque de l’église Saint-Irénée de Paris.

Liturgie pascale[modifier | modifier le code]

Première ode des Matines

Le Christ est ressuscité des morts
Gloire à Toi Seigneur, Gloire à Toi !
Le Christ est ressuscité des morts.
Par la mort, il a vaincu la mort.
A ceux qui sont dans tombeaux, il a donné la vie.
C'est le jour de la Résurrection, Peuples, rayonnons de joie !
C'est la Pâque du Seigneur.
De la mort à la vie et de la terre aux cieux,
Christ Dieu nous a menés
Chantons l'hymne de la victoire.
Le Christ est ressuscité des morts, purifions nos sens
et nous verrons le Christ resplendissant,
dans l'innacessible lumière de la Résurrection.
Et nous l'entendrons nous crier :
"Réjouissez-vous" en chantant l'hymne de la victoire.
Le Christ est ressuscité des morts.
Que le ciel se réjouisse, que la terre soit dans l'allégresse.
Que le monde soit en fête, le monde visible et invisible,
car le Christ est ressuscité, Lui l'éternelle allégresse.
Christ est ressuscité des morts.
Par la mort, il vaincu la mort.
A ceux qui sont dans le tombeau, il a donné la vie. (trois fois)

Texte liturgique français de la communauté orthodoxe russe francophone Notre-Dame Joie des affligés - Sainte Geneviève

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 1925, Eugraph Kovalevsky, le futur évêque Jean de Saint-Denis, fonde avec ses frères et quelques amis la Confrérie Saint-Photius dont le but est de travailler à l’indépendance et à l’universalité de l’Orthodoxie.
  2. [1] Article historique
  3. F. Bauchpas, L’émigration blanche, Paris, 1968{{Référence insuffisante}}

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]