Paradis pour tous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paradis pour tous
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de l'affiche de 1982

Réalisation Alain Jessua
Scénario Alain Jessua
André Ruellan
Acteurs principaux
Sociétés de production A.J. Films
Films A2
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie dramatique
Durée 110 minutes
Sortie 1982


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Paradis pour tous est un film français réalisé par Alain Jessua sorti en 1982.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Alain Durieux est dépressif. Il consulte le docteur Valois qui lui prescrit une nouvelle thérapie née de ses recherches : le « flashage ». Il s'agit, pour tout résumer, de « couper le nerf de l'émotion ». Durieux renaît à la vie, une vie édenique dont il ne perçoit définitivement plus la moindre grisaille. Un monstre est né autour duquel le malheur fait la ronde. On apprend bientôt que les « flashés » sont assez pour former une communauté, leur bonheur radieux fait des envieux. Les postulants sont désormais innombrables. Valois mesure l'horreur de son invention. Lâchement, et pour ne pas se désavouer, il choisit de se flasher lui aussi. Une forme de suicide, puisque le Dr Valois connaît les effets désastreux de son traitement. L'épouse de Durieux devait être flashée à son tour, mais dans un premier temps refuse : « Je ne veux pas être heureuse. » Durieux, victime d'une grave chute dans l’escalier alors qu’il est repoussé par Jeanne, ne quitte plus son fauteuil roulant ultra-perfectionné mais se complaît encore plus de leur ménage à trois dans une totale béatitude, la tête vide de toute angoisse, de tout doute, de toute sensibilité. À la demande d’Alain accidenté et paralysé, Jeanne accepte finalement que Pierre s’occupe d’elle, et acquiesce mutatis mutandis le fait d'être flashée. Le Dr Valois accepte les honneurs, la Légion d’honneur, son cobaye Alain, paralysé, reçoit l'ordre national du Mérite, sans révéler que Pierre est devenu un monstre insensible, tandis que les singes, sujets de ses expériences, apparaissent subitement agressifs. Rares sont ceux qui sont conscients du désastre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Paradis pour tous, tourné en [2], est le dernier film de Patrick Dewaere, qui met fin à ses jours le , soit un mois avant la sortie du film (le film lui est également dédié). En France, le film totalise 558 557 entrées, dont 149 413 entrées sur Paris et sa périphérie[3]. Le film recevra dès sa sortie une « volée de bois vert comme jamais n'en a connu un long-métrage avec Dewaere »[4]. Jessua s'est également vu accuser par les médias d'avoir profité de l'état dépressif de Dewaere[5].

Stéphane Audran a été nommée aux Césars pour ce film, dans la catégorie du César de la meilleure actrice dans un second rôle en 1983.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour le magazine Télé 7 jours, Paradis pour tous est « outré, racoleur, un film qui crée un malaise, d'autant plus que c'était le dernier tourné par Patrick Dewaere »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Visas et Classifications de PARADIS POUR TOUS », sur CNC, (consulté le 23 août 2020).
  2. « Mort d'Alain Jessua, réalisateur de "Paradis pour tous" et des "Chiens" », culturebox.francetvinfo.fr, 1 décembre 2017.
  3. « Paradis pour tous », sur jpbox-office.com (consulté le 29 novembre 2014)
  4. Patrick Deware, l'écorché, Christophe Carrière, juin 2017, Éditions Broché. IBAN 2749932564
  5. Olivier Père, « Paradis pour tous de Alain Jessua », sur arte.tv, (consulté le 5 septembre 2020).
  6. immeuble 8-10 rue du Renard Paris 4ème
  7. Télé 7 jours no 1404, du 25 avril au 1er mai 1987, p. 71

Liens externes[modifier | modifier le code]