Palais de Luppé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Palais de Luppé
hôtel de Miollis, hôtel de Romieu
Image dans Infobox.
Façade de style sur les arènes
Présentation
Type
Destination actuelle
Fondation Van Gogh
Style
néo-renaissance florentine
Architecte
Construction
Propriétaire
Gaston de Luppé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte des Bouches-du-Rhône
voir sur la carte des Bouches-du-Rhône
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Palais de Luppé est un hôtel particulier situé au n°26 du Rond-Point des Arènes à Arles. Edifiéau XVIIe siècle, il abrita une usine avant d'être racheté et rénové au début du XXe siècle par Jean-Amédée Gibert, pour le compte de l'acquéreur, le sculpteur Gaston de Luppé (1872-1939). Le bâtiment appartient toujours aux descendants de Gaston de <<<luppé après le décès de ce dernier, a été occupé pendant 21 ans dpar la fondation Van Gogh.

Architecture[modifier | modifier le code]

Cet hôtel particulier a appartenu successivement aux familles Romieu, Cornillon de Lédenon, au général de Miollis et enfin au Vicomte de Bouillé.

Transformé en usine de torréfaction de chicorée puis inoccupé, il est racheté en 1905 par le sculpteur Gaston de Luppé. Ce dernier décidera d'une restauration de fond, exception faite de la façade, et qui donnera au bâtiment son flair florentin actuel. le mérite en revient à Jean-Amédée Gibert, prix de Rome de peinture en 1898, ainsi chargé de sa première réalisation en tant qu'architecte. La collaboration entre les deux artistes se prolongera avec la réalisation du monument aux morts d'Arles.

Jean-Amédée Gibert dessine les plans du palais entre 1908 et 1912, l'année suivante les travaux sont entamés. Ils seront finis en 1927. Cette réalisation témoigne du goût prononcé de Gaston de Luppé et de Jean-Amédée Gibert pour l'académisme italien, certainement issue de leurs visites respectives de la villa Médicis. Cette influence conduit notamment à l'installation d'une loggia au dernier niveau de la façade, dont le fronton porte la dvise du vicomte : "Deo duce ferro comte"[2]

Décors[modifier | modifier le code]

Décors de la salle à manger du palais de Luppé (Arles) peint entre 1913 et 1920

Jean-Amédée Gibert réalise un décor peint en trompe-l'œil à l'intérieur de l’hôtel encore influencé par la renaissance italienne . Ce décor nous est connu par une série de dessins préparatoire conservés au musée Grobet-Labadié à Marseille[3], ainsi que par quelques rares photographies. Ce même musée conserve aussi quelques dessins d’aménagement de l'hôtel [4] Il installa entre autres un oratoire en marbre antique, abritant une sculpture de la bienheureuse Jeanne-Marie de Maillé, parente des Caumont La Force. Les différentes cours intérieures sont aménagées dans le style pompéien avec des jardins en terrasses[5].

La grille[modifier | modifier le code]

Grille du Palais par Gibert

Gibert dessine pour l'entrée du palais sur la rue Diderotainsi que l'entrée sur les Arènes une magnifique grille de ferronnerie, réalisée par Cyrille Rougier. Le dessin est toujours conservé au musée Grobet-Labadié[6].
Elles sont ornées des armes de la famille de Luppé "d'azur à trois bandes d'or" sur la porte de gauche, et de la famille Caumont La Force : "D'azur à trois léopards d'or" sur la porte de droite, ainsi que la devise des Luppé : "E lupis Vasconiae" (Des loups de Gascogne)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :

Sur les autres projets Wikimedia :