Oubykh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oubykh
tʷaχəbza
Extinction 1992
Pays Turquie, Géorgie
Typologie agglutinante, ergative
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 uby
Type éteinte
IETF uby

L’oubykh (autonyme tʷaχəbza) est une langue caucasienne de la famille des langues abkhazo-adygiennes parlée autrefois en Turquie et en Géorgie.

C’est une langue agglutinante comprenant quatre cas (oblique-ergatif, absolutif, instrumental et locatif). Sa morphologie verbale est étonnamment complexe, d'autant plus que la langue est ergative. Les règles d'accord du verbe prévoient que celui-ci porte la trace du sujet, de l'objet direct (accusatif), de l'objet indirect (datif) et, le cas échéant, du bénéfactif. Ainsi :

a-wæ-s-χʲa-n-tʷæ-n
3sg:accus-2sg:datif-1sg-bénéf-3sg:sujet-donner-présent 
« Il te le donne pour moi. »

L'oubykh possède 83 consonnes, dont trois ne sont utilisées que dans des mots d'emprunt, et seulement deux voyelles phonologiques. La langue n'a cependant pas les vélaires simples /g/, /k/ ou /k'/, lesquelles sont présentes seulement dans des emprunts à l'abkhaze, au turc ou encore au tcherkesse.

L'oubykh, dont Tevfik Esenç (mort à 88 ans) était le dernier locuteur, est de fait une langue morte depuis son décès en 1992. Cette langue a été sauvée de la disparition par le linguiste Georges Dumézil qui en a publié une grammaire et un dictionnaire avec Tevfik Esenç.

En 2005, cette langue n'est plus parlée mais des personnes dans quelques villages turcs s'appellent encore oubykh, et leur dialecte tcherkesse — le parler hakuchi (en) qu'ils utilisent actuellement — possède de nombreux traits empruntés à l'oubykh.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Dumézil, La Langue des Oubykhs (I, Grammaire ; II, Textes traduits et commentés ; III, Notes de vocabulaire), 220 p. grand format, Paris, Honoré Champion, 1931.
  • Georges Dumézil, Introduction à la grammaire comparée des langues caucasiennes du nord, 152 p. grand format, Paris, Honoré Champion, 1931.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]