Ortona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ortona
Blason de Ortona
Armoiries
Ortona
Chateau de Ortona
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Abruzzes Abruzzes 
Province Chieti 
Code postal 66026
Code ISTAT 069058
Code cadastral G141
Préfixe tel. 085
Démographie
Gentilé ortonesi (fr) ortonais/e
Population 22 193 hab. (31-05-2022[1])
Densité 317 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 21′ 00″ nord, 14° 24′ 00″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 72 m
Superficie 7 000 ha = 70 km2
Divers
Saint patron Saint Thomas
Fête patronale Premier dimanche de mai
Localisation
Localisation de Ortona
Localisation dans la province de Chieti.
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
Ortona
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
Ortona
Géolocalisation sur la carte : Abruzzes
Voir sur la carte administrative des Abruzzes
Ortona
Liens
Site web Site officiel

Ortona est une commune italienne de la province de Chieti dans les Abruzzes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village (Hortòn epineiòn frentanòn, Ortona porto dei Frentani) est bâti en balcon sur la mer, ce qui lui donne du charme, d'autant qu'il possède un riche patrimoine. Le bourg concilie vieille ville perchée, petit port et plages de sable.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une ancienne orthographe était Ortona a mare.

La ville a probablement été fondée par le peuple italien des Frentani. À l'époque romaine, elle est devenue une ville importante.

Après la chute de l'Empire romain, Ortona a été successivement gouvernée par les Lombards, les Francs (elle se livre à Charlemagne en 802) et les Normands. En 1075, elle fut finalement annexée par le Royaume de Sicile.

En 1258, les reliques de l'apôtre Thomas furent ramenées à Ortona par le marin Leone Acciaiuoli.

En 1302, le seigneur croate George Šubić (en) pilla Ortona et tira tribut de ses habitants.

Dans la première moitié du XVe siècle des murs de défense furent construits et durant cette période, la ville s'opposa violemment à celle toute proche de Lanciano dans une guerre qui ne s'acheva qu'en 1427.

Le , des vaisseaux vénessiens détruisirent le port d'Ortona; en conséquence le roi de Sicile ordonna la construction d'un château qui surplombait le nouveau port pour sa défense.

En 1582, Marguerite de Parme, la gouverneure des Pays-Bas de l'époque, y acheta la seigneurie et y fit construire le palais Farnèse par l'architecte Giacomo della Porta, avec un vignoble. Le vin tiré de ce dernier s'appelait "Farnese" et est encore mis en bouteille aujourd'hui. Cependant le palais ne sera pas achevé en raison du décès de la duchesse.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la famille royale italienne a fui en septembre 1943, via le port d'Ortona vers la ville plus méridionale, déjà libérée, de Brindisi. Deux mois plus tard, en décembre 1943, Ortona est le théâtre de violents combats entre les troupes allemandes et canadiennes. La ville a été gravement endommagée.

Située sur la ligne Gustave établie par les Allemands et donnant sur la mer Adriatique, la ville fut le théâtre d'une bataille acharnée en entre troupes canadiennes et allemandes pour son contrôle et fut surnommée ainsi le « Petit Stalingrad » par la presse. Plus de 1 000 soldats alliés tombèrent au cours de sa prise.

C'est dans la ville d'Ortona que repose la dépouille de saint Thomas[2], appelé Didyme (qui veut dire jumeau en grec), l'un des douze apôtre de Jésus-Christ

Économie[modifier | modifier le code]

L'industrie agroalimentaire des pâtes, farines, huiles De Cecco ont leur siège à Ortona.

Culture[modifier | modifier le code]

La Basilique San Tommaso où se trouvent les reliques du saint apôtre.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
20 mai 2013 En cours Enzo d'Ottavio Centro-Sinistra  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Alboreto, Aquilano, Bardella,Bavi, Caldari, Civitarese, Colombo, Cucullo, Feudo, Fontegrande, Foro, Fossato, Gagliarda, Iubatti, Iurisci, Lazzaretto, Lido Riccio, Madonna delle Grazie, Ranchini, Riccio, Ripari Bardella, Rogatti, Ruscitti, San Donato, San Leonardo, San Marco, San Pietro, Santa Lucia, Savini, Tamarete, Vaccari, Villa Deo, Villa Grande, Villa Iubatti, Villa Pincione, Villa San Leonardo, Villa San Nicola, Villa San Tommaso, Villa Sarchese, Villa Torre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Crecchio, Francavilla al Mare, Frisa, Miglianico, San Vito Chietino, Tollo

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. « Saint Thomas - Infos sur le saint du jour - Vatican News », sur www.vaticannews.va (consulté le )