Crecchio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crecchio
Crecchio
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région des Abruzzes Abruzzes 
Province Chieti 
Code postal 66014
Code ISTAT 069027
Code cadastral D137
Préfixe tel. 0871
Démographie
Gentilé crecchiesi
Population 2 776 hab. (31-08-2019[1])
Densité 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 18′ 00″ nord, 14° 20′ 00″ est
Altitude Min. 208 m
Max. 208 m
Superficie 1 936 ha = 19,36 km2
Divers
Saint patron San Rocco, Santa Elisabetta
Fête patronale août
Localisation
Localisation de Crecchio
Géolocalisation sur la carte : Abruzzes
Voir sur la carte administrative des Abruzzes
City locator 14.svg
Crecchio
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Crecchio
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Crecchio
Liens
Site web http://www.comune.crecchio.ch.gov.it/

Crecchio est une commune italienne d'environ 2 770 habitants, située dans la province de Chieti, dans la région Abruzzes, en Italie méridionale. Le village conserve l'apparence d'un petit village médiéval dominé par le château ducal. Le village est Jumelé avec Lariano, depuis 1997 San Isidro, depuis 2012.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Territoire[modifier | modifier le code]

La municipalité de Crecchio est incluse dans la zone vallonnée qui s'étend de la côte adriatique à la limite des contreforts de la Maiella. Dans la partie nord-ouest, le territoire est traversé par la rivière Arielli et le ruisseau Rifago qui, à leur tour, ont délimité et isolé la colline sur laquelle se dresse le centre historique. Dans la partie orientale, le terrain descend doucement vers la vallée de Moro. Il y a des zones plates, en particulier près de la route provinciale (ex SS 538) "Marrucina" (localité de Pietra Lata, Casone et Macchie ), dans les zones de Fonte Roberto et Ciaò (entre Villa Mascitti et Casino Vezzani), près de Villa Tucci (Padule, Pozzo et Capo Lemare) et à Santa Maria Cardetola. La pente diminue progressivement de SW à NE. L'altitude varie d'un minimum de 86 m asl, mesuré dans la vallée Arielli à Piano di Morrecine (dans la partie nord de la municipalité), à un maximum de 276 m asl, enregistré près de l'ancienne gare la ville d'Arielli). La maison municipale est située à 209 m d'altitude. L'altitude des fractions est indiquée dans le tableau suivant :

fraction Altitude (m asl)
Casino Vezzani 172
Casone 217
San Polo 258
Santa Maria Cardetola 232
Vassarella 190
Via Piana 250
Villa Baccile 218
Villa Consalvi 241
Villa Formicone 220
Villa Marcone 215
Villa Mascitti 203
Villa Mucchiarelli 218
Villa Selciaroli 244
Villa Tucci 209

Presque toute la zone municipale a des couches de galets polygéniques avec des lentilles de sables jaunâtres et d'argiles gris-verdâtres, originaires du Pléistocène marin. Le long des vallées du torrent Arielli et San Giorgio, il y a des graviers, des sables, des limons torrentiels et fluviaux remontant à l'Holocène. La vallée de Moro est caractérisée par des dépôts de sable jaunâtre et de grès d'origine pléistocène ; répandus sont des débris stratifiés, des couvertures de débris colluviaux du Pléistocène moyen supérieur Holocène, des dépôts alluviaux et des deltistes actuels. Le territoire, dans sa partie centrale et sud-est, est également traversé par quelques terrasses morphologiques qui séparent les zones sablonneuses de celles de matériaux plus grossiers.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La route provinciale de Marrucina divise le territoire municipal sur toute sa longueur en deux zones hydrographiques différentes: une partie nord appartenant au bassin Arielli (14,10 km²)  et une partie sud incluse dans le bassin Moro (3,39 km²). Une fine bande, à la frontière avec la commune d'Ortona, appartient plutôt au bassin du Fosso Riccio (1,87 km²). Les principales rivières qui traversent le territoire de la commune sont :

  • Rivière Arielli : elle naît à environ 390 m d'altitude juste en amont de la ville de Malverno (municipalité d'Orsogna ). La principale vente aux enchères a une longueur d'un peu plus de 18 km et se jette dans la mer Adriatique au sud de la gare de Tollo. Le bassin s'étend sur 41 km² et se situe entre celui du Forum au nord et celui du Moro au sud. A proximité du centre historique de Crecchio, la vallée devient étroite et profonde, avec un couvert boisé remarquable. Sur une courte distance, il sert de frontière entre Crecchio et Canosa Sannita.
  • Rivière Moro : elle prend sa source à 5 km au nord de la ville d'Orsogna à une altitude de 590 m et a une longueur d'environ 23 km. Il reste entre les bassins Arielli au nord et Feltrino au sud et couvre une superficie totale de 73 km². Il représente la frontière entre Crecchio et Frisa.
  • Torrente Rifago : né près de Arielli à 304 m au-dessus du niveau de la mer et, après un tronçon d' environ 5 km, flux nell'Arielli (140 m au-dessus du niveau de la mer), juste au nord de Crecchio. La vallée a une végétation épaisse près de la colline de Crecchio.
  • Torrente San Giorgio : coule entièrement dans la zone municipale. Il est né près de la station de Crecchio à 274 m d'altitude et, après avoir reçu l'apport de quelques fossés, il entre à Arielli dans la localité Parco dei Mulini (148 m d'altitude) et a une longueur d'un peu plus de 5 km.
  • Torrent Sant'Onofrio : né à Portone (221 m d'altitude), à la frontière entre Crecchio et Canosa Sannita. Après avoir parcouru près de 6 km, il rejoint Arielli près de Collesecco (68 m d'altitude), dans la municipalité de Tollo. Le ruisseau marque la frontière entre Crecchio et les municipalités de Canosa et Tollo.

La flore et la faune locale[modifier | modifier le code]

Le territoire, intensément cultivé, a un couvert forestier varié et fragmenté ; en particulier, les endroits où la végétation apparaît plus luxuriante, sont les vallées creusées par les ruisseaux locaux, et formant le système, typique de la colline des Abruzzes, des soi-disant "vallées en peigne". Dans ces zones où les couches de travertin émergent, les espèces végétales riveraines telles que le charme noir, le frêne, le noisetier et en particulier le laurier prédominent. Diverses espèces de saules et de peupliers sont répandues près des cours d'eau, où le crabe de rivière est facilement visible. Au bord du maquis méditerranéen, il est possible de remarquer certaines espèces appartenant aux garrigues telles que l’ampélopsis et les kystes, tandis que dans les zones moins sèches, il y a le roseau Pline. La présence de criquets noirs qui, initialement introduite par l'homme, s'est ensuite propagée spontanément. Sur les collines, la végétation se compose principalement de chêne duveteux, accompagné de sorbiers, d'érables, d'ormes, de charmes et de chênes verts. Parmi les lisières boisées, il est facile de croiser le cyclamen de printemps, la primevère, l'oeillet, la campanule et l'anémone des Apennins ; rare est la présence de l'orchidée sauvage. Les noyaux forestiers représentent également un refuge et un habitat très importants pour de nombreuses espèces de faune. Parmi les oiseaux, il existe deux espèces d'oiseaux de proie: la buse variable et le faucon moineau ; communs sont également le roitelet, le merle, le pic rouge et vert; il est facile de tomber sur une mésange charbonnière, pinsons, grives, rossignols, huppes, tourterelles et coucous. Parmi les mammifères, il est possible de trouver les habitants classiques des sous-bois : la martre, le blaireau, la belette, le renard et la mouffette, ainsi que d'autres petits rongeurs de la forêt.

Climat[modifier | modifier le code]

La présence du massif de la Maiella arrête partiellement les vents occidentaux, humides et tempérés de l'Atlantique; par conséquent, le territoire est particulièrement soumis aux vents orientaux, y compris les vents continentaux provenant de NNE frais et secs (parfois accompagnés de chutes de neige considérables) et les vents marins provenant de SSE très chaudes et très humides. Le climat de Crecchio peut donc être considéré comme tempéré méditerranéen, avec des hivers souvent froids et des étés assez chauds. Les précipitations se concentrent principalement au printemps et en automne.

Histoire[modifier | modifier le code]

La tradition veut que dans les temps anciens, les habitants de Crecchio étaient stationnés dans le hameau de Santa Maria Cardetola, non loin du centre habité actuel. Des découvertes sporadiques, dont celle d'une déesse mère du Paléolithique supérieur, des fragments d' obsidienne et de silex travaillés, confirment la présence de l'homme sur les collines de Crecchio depuis la préhistoire. La découverte de fondations de huttes de l'âge du fer témoigne également d'une production céramique modérée autour du IXe siècle av. J.-C.

Alifonso II d'Aragón.jpg

En 1846, le savant et archéologue lancianais A. Carabba, a trouvé à Santa Maria in Cardetola, une épigraphe italique du VIe siècle av. J.-C. (conservée au Musée National de Naples ) dans laquelle selon des interprétations récentes il y a la première référence à Crecchio, appelé à l'époque archaïque Ok (r) ikam  ; la découverte de quelques objets funéraires d'origine frentana suggère que la ville était leur bastion gardant la frontière avec les Marrucini ou les pistes de moutons qui passaient à proximité. Devenue une municipalité romaine, le nom a été transformé en Ocriculum, et l'ensemble du territoire était divisé en grandes villas rustiques (fermes) dédiées à la culture des céréales , des vignes et des oliviers. Les hameaux et quartiers actuels sont situés juste à côté de ces villas. Des anciennes colonies, il ne reste aujourd'hui que les vestiges de la Villa di Vassarella-Casino Vezzani, mis au jour lors des fouilles effectuées entre 1988 et 1991 par la Surintendance archéologique des Abruzzes, en collaboration avec le Club archéologique d'Italie à Crecchio. Les villas sont restées actives jusqu'aux VIe – VIIe siècles, exportant du vin et de l'huile grâce au port voisin d'Ortona. Après la dévastation de la guerre gréco-gothique (535-553 après JC), de nombreux villages ont été abandonnés et les habitants se sont installés sur la colline où se trouve le centre historique actuel. À une époque d'invasions et de raids, c'était le meilleur endroit défendable, grâce aux deux profondes vallées d'Arielli et de Rifago. Selon la tradition, le site abritait déjà un temple païen (le site de Santa Maria da Piedi) et un fort romain.

La colonie est tombée entre les mains de Lombard probablement vers la fin du VIIe siècle et a suivi les événements historiques du duché de Spolète, passant d'abord entre les mains des Francs puis dans celles des Normands. Au XIe siècle, la nouvelle colonie était encore sans murs : la bulle du pape Nicolas II, datée de 1059, le confirme, se référant à un "Plebem Occrecle", sans toutefois la qualification de Castellum. Pendant la domination normande, l'appareil défensif du village a été amélioré avec la construction de murs, le long desquels deux grandes portes se sont ouvertes, appelées Da Capo (entrée sud près du château) et Da Piedi (dans la partie nord-est du pays), ce dernier est encore visible aujourd'hui. En 1189-92, Guglielmo Monaco, appartenant à la noble famille de Crecchio, participe à la troisième croisade.


Napoléon Orsini.jpg

Au début du XIIe siècle, l'imposante Torre dell'Ulivo a été érigée et tout le château a été construit autour d'elle au cours des années suivantes. La tour faisait partie d'un système d'observation complexe et ramifié qui touchait tous les centres de l'arrière-pays depuis la mer et surveillait les terribles incursions des pirates hongrois et sarrasins. En 1279, le fief de Crecchio fut inclus dans la "Revue des seigneurs féodaux des Abruzzes" voulue par Charles I d'Anjou : de ce dernier il ressort que le fief au château était sous la juridiction de Guglielmo Morello. Ce fief appelé «di un Milite» a été formé non seulement par Crecchio mais aussi par Arielliavec son château (complètement détruit au début du XXe siècle), Castel di Mucchia et la moitié du fief de Pizzo Inferiore (sur la commune d'Ortona). Au XIVe siècle, le village s'enrichit de quelques palais, dont le Palazzo Monaco émerge, équipé d'une élégante tour.

En 1406, Crecchio était un fief de Napoléon du comte Orsini de Manoppello et Guardiagrele. Ce dernier, rebelle contre le tribunal de Naples, a été privé du fief qui a été donné à la communauté de Lanciano par le roi Ladislao. Le 23 août 1406, Giovanni Di Masio, mastrogiurato de Lanciano, entra dans la «forteresse et la tour d'Ocrecchio». La possession par Lanciano représentait pour Crecchio l'occasion de vendre facilement le blé produit dans la région, étant donné que Lanciano, avec ses foires, était un point de passage important pour les commerçants revenant de Venise. En 1627, Crecchio passa à Giovanni Bonanni dell'Aquila, qui le revendit en 1633 à Andrea Brancaccio de Naples. A l'occasion de cette vente, un certain «tableau napolitain» de Scipione Paternò a été appelé pour estimer la valeur du fief, donnant une image très nette du village au XVIIe siècle :

«Pour une distance de cinq miles dans environ ladite ville de Lanciano, il a un autre château appelé Crecchio di fuochi  150 qui se trouve dans une épine de montagne douce et fruitée placée entre deux vallées profondes appelées Lariella  et lo Rofare, qui sont tous deux irrigués avec de l'eau, dont l'un fonctionne pour l'ordinaire et détient une plus grande force pour être de l'eau vive, et précisément celle de la Riella dont je parle en référence à VS que sept moulins sont placés dans son cours par ligne avec une distance proportionnelle. Et revenant au corps de cette terre je rappelle à VS combien il était digne de voir que son site est plat, et en ce que l'on entre par deux portes, l'une appelée de Capo et l'autre de Piedi pour laquelle, à l'intérieur, nous parlons et marchons pour plusieurs rues à travers sa maison, et de tous côtés il y a une vue sur la marina qui est accompagnée par le site et sa vue sur la montagne, il devient un air parfait car il est confiné par les nombreux vieux et leur santé, la fécondité des femmes et la vivacité des enfants, et bien que cette terre soit placée au bout de cette montagne, elle est bien entretenue et bien entourée de il a été dit que deux vallées hautes et profondes leur étaient conformes, leurs premiers habitants n'ont pas restreint leurs bâtiments avec des murs qui sont actuellement raides et en partie ruinés. Le territoire de cette terre est en partie plat et en partie vallonné et cher, qui borde le territoire d'Ariella, Canosa, Tollo, Urtona la Villa Callara et la rivière Moro divisant le territoire de Frisa dont le circuit du territoire tel que décrit sera à neuf miles de dans environ qui comprend les territoires seminatorj, herbes, vignobles, bois, oliveraies, cannittera, potagers et autres fruits à partir desquels on perçoit de bonne qualité des céréales, orgies, légumineuses, vins, lui, linge de maison. Les habitants de cette terre sont en général les homini rustici foresi et fatigatori, qui sont pratiqués dans la culture et le gouvernement des territoires étrangers et propij. Les femmes d'Habitat restent en rang et tissent un tissu et en temps de suif et de moisson ils mènent dehors pour tourmenter leur vie selon les saisons et les temps. Contigu, il atterrit à partir d'un tir d'arbalète est une source d'eau parfaite avec des conserves d'usine où l'eau est prise pour boire, mais pour l'usage du lavage, ils vont dans la vallée. Ce terrain susmentionné est gouverné et gouverné par deux maires et un mastrogiurato dont nous tenons ensemble compte de la bonne gouvernance et de l'administration du terrain. Et au milieu du terrain susmentionné se trouve la place publique au milieu de laquelle l'église matrice est fondée sous le nom de Santo Salvatore où il y a deux prêtres inclus avec l'archiprêtre. Il y a aussi une autre église appelée "Santa Maria di Piedi" juste sur les murs de cette terre où elle est célébrée et vit avec l'aumône. »
( Scipione Paternò, 1633 )


La famille Brancaccio conserve la possession de Crecchio jusqu'en 1702. Le 15 octobre 1705, le fief est acheté par Gaetano Antonio D'Ambrosio, prince de Marzano. Cependant, la vente n'est pas valide et le fief est alors attribué à Vincenzo Frascone, nommé marquis de Crecchio. Le D'Ambrosio revint à la querelle le 11 août 1734, la conservant jusqu'en 1785, date à laquelle il passa aux De Riseis, ducs de Bovino et barons de Crecchio. Ce dernier conserva les marchandises qui lui étaient associées jusqu'au 15 novembre 1958. Dans les années 1870-1879, la nouvelle route provinciale vers Canosa a été construite et la porte de Capo a été démolie avec le reste des murs.

Une description passionnée du village est fournie par Don Ermenegildo Blasioli, révérend curé de Crecchio, qui dans la neuvaine de Sant Elisabetta, patronne de Crecchio, datée de 1901, a écrit ce qui suit :

«Qui regarde la région des Abruzzes Teatina dans cette légère pente, qui s'étend de la majestueuse Majella à la mer, reste extatique, la regardant déchiquetée par des collines et des collines, couverte de vignobles luxuriants, d'oliviers verdoyants, d'arbres fruitiers de toutes sortes; avec des ruisseaux et des ruisseaux qui, labourant cette terre des Frentani, formant de pittoresques vallées ombragées, ondulent dans l'extase de la contemplation, le spectateur s'exclame Oh ! beau paysage ou terre chanceuse, où Dieu a prodigué les biens de la nature ! Au milieu de cette pente entre la montagne et la mer, au bord d'une colline, bordée par deux ruisseaux, le Rifago à l'est et l'Arielli à l'ouest, il y a un petit mais charmant village appelé Crecchio, en latin Oppidum Ocreclii, et dans les temps anciens appelé avec le surnom Granaio di Lanciano. L'âge du village est attesté par quelques dalles de pierre sur les linteaux des portes, avec des inscriptions et avec les dates des années 863, 1110 et 1263. Je suis remarquable de mention; le clocher de l'église paroissiale de San Salvatore dans le style du XVIe siècle et le palais du Baron De Riseis avec des tours crénelées de style médiéval. Dans les collines environnantes, vous pouvez voir des ruines de maisons détruites par l'invasion des barbares, restant un petit vestige de nombreuses ruines de ce pays, qui était autrefois bien fortifié avec des murs. "

( Don Ermenegildo Blasioli, 1901 )

Victor Emmanuel III of Italy from The Graphic detail.jpg

Le 9 septembre 1943, Crecchio et le château sont le théâtre d'événements importants de l'histoire de l'Italie: lors de leur transfert à Brindisi, le roi Vittorio Emanuele III, la reine, le prince Umberto, Badoglio et l'ensemble de l'état-major s'arrêtent dans le château. Ici, le sort de la monarchie savoyarde est décidé. Le prince Umberto avait précédemment été l'invité des ducs de Riseis, à Crecchio, dans les années 1926, 1928 et en 1932 avec Maria Josè. De l'hiver 1943 à l'été 1944, Crecchio, sur la ligne Gustav, a subi la dévastation des bombardements: l'église de San Rocco (Saint-Roch) à l'entrée du village a été rasée (et jamais reconstruite), le château et la Torre dell'Ulivo gravement endommagés, la façade du XVIIIe siècle de l'église de San Salvatore à moitié détruite ainsi que de nombreuses maisons. L'après-guerre a représenté la période d'abandon du centre historique, la commune est passée de 3765 habitants en 1951 à 3139 en 1971. Le château en ruine a été transformé en atelier de menuiserie et les reconstructions de cette époque et les travaux de construction ont été dévastateurs. La situation a commencé à changer en 1976, lorsque les travaux ont commencé pour sa restauration. Dans les années 80 et 90, l'Archéoclub entreprend une véritable campagne de redécouverte du patrimoine ancien du pays, également grâce à la restauration de nombreux bâtiments, rendus à leur physionomie médiévale. Depuis 1995, le château abrite le musée des Abruzzes byzantins et médiévaux primitif, contribuant à la vocation touristique de la ville.

Monuments et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

  • Église de Santa Maria da Piedi (également connue sous le nom de Sant Antonio  ) ; il est situé près de la Porta da Piedi, d'où il tire son nom. L'église, construite en 1581  sur les plus anciens murs défensifs du pays, a une façade rectangulaire en pierre et en brique. Le portail, en grès, date de 1584 et est surmontée d'un fronton. Au-dessus, il y a une fenêtre circulaire. Le clocher, sous une seule lumière, est situé à l'arrière de l'église. L'intérieur se compose d'une seule nef avecPlafond à truss en bois. Actuellement l'église est déconsacrée et est utilisée comme un auditorium.
  • Église du Santissimo Salvatore; il est situé à mi-chemin entre le château et l'église de Santa Maria da Piedi. Devant elle s'ouvre la Piazza Santissimo Salvatore. La façade, de style baroque sobre, est en brique. Le portail a un coronoment de tympan cassé et, au-dessus, entre deux cadres horizontaux, une fenêtre rectangulaire s'ouvre. La façade se termine par un tympan circulaire, à l'intérieur duquel se trouve un oculus. Le toit est à double pente tandis que l'intérieur a une seule salle. Le clocher également en maçonnerie, il a une base carrée et positionné d'un côté de la façade. Orné aux angles de pilastres, il est équipé d'une cloche (avec un concert de cinq cloches) qui s'ouvre de chaque côté avec une arche ronde. Immédiatement au-dessus, il y a un grenier, avec des rampes et des colonnes aux coins, et un écrou. Sur ce dernier, il y a une horloge, composée de quatre cadrans lumineux. Le clocher se termine par un toit en croupe. La date exacte de construction de l'église est inconnue, mais il est probable que le premier noyau remonte à l'époque où les premiers habitants se sont déplacés de Santa Maria Cardetola vers la colline actuelle. Jusqu'au XVIIIe siècle, l'église avait une façade du XVe siècle, puis détruite par un tremblement de terre et reconstruite dans le style baroque. Dans la période de guerre 1943-1944, l'église subit de graves dommages: la façade et l'intérieur gravement endommagés, le clocher complètement démoli (une grande tour en pierre du XVIe siècle). Dans la reconstruction, les lignes architecturales d'origine ont été presque fidèlement conservées.
  • Sanctuaire de Santa Elisabetta ; il est situé à une courte distance du centre historique. La façade est saillante, divisée en trois parties par quatre pilastres. À mi-hauteur, il y a un cadre de cours de cordes au-dessus duquel la rosace est placée. Le portail est dominé par un tympan circulaire. Le clocher navigue. L'église a des origines très anciennes, ainsi que la vénération des habitants pour le Saint. Fortement endommagé dans les années 1943-1944, il a été reconstruit en 1955 par l'ingénieur civil, mais avec des modifications importantes. A l'intérieur, vous pourrez admirer une statue du Saint du XVe siècle et quelques ex-voto XIXe siècle.

Dans la zone municipale, il y a d'autres églises, situées dans les différents hameaux:

  • Église de San Giuseppe ; il est situé à Villa Tucci et est l'un des plus anciens. Rappelée dans un décret de visite pastorale de 1894, elle conserve encore l'ancienne structure. Avec la reconstruction de la deuxième période d'après-guerre, un mince clocher a été ajouté.
  • Église de la Madonna dei Sette Dolori ; elle s'élève au casino Vezzani et elle aussi est mentionnée dans le décret pastoral de 1894. L'édifice actuel a été reconstruit sur les ruines d'une ancienne église, démolie parce qu'elle était basse et délabrée.
  • Église de Sant'Antonio da Padova ; construit en 1926 à Villa Consalvi. La structure est en pierre apparente.
  • Église de San Rocco ; après la destruction de l'ancienne église de Saint-Roch, à Crecchio, il a été décidé de la reconstruire non plus dans la capitale mais à la Villa Selciaroli. L'église a été ouverte au culte en 1975.

L'architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Palazzo Monaco ; fait de pierres, il est placé devant l'église de Santa Maria da Piedi, à côté de la Porta da Piedi. Le noyau d'origine du bâtiment remonte au XIVe siècle. Appartenant autrefois à la famille Monaco, il possédait également une tour majestueuse.
  • Pont du XIIIe siècle ; en maçonnerie, il est constitué d'une arche pointue. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, il servait de lien entre le château et son parc.
  • Porte des pieds ; seule porte encore existante par laquelle on entrait dans le village au Moyen Âge.
  • Moulins de la vallée d'Arielli ; les moulins sont tous situés sur la rive droite de la rivière Arielli, au-dessous de la colline de Crecchio, et s'étalent sur un tronçon d'environ 3 km. Ce sont des moulins à eau, de type palmenti, à roues en pierre et roue à eau à pales souterraines. L'abandon de l'activité meunière, florissante au Moyen Âge, a entraîné une dégradation inévitable des moulins, accompagnée de la croissance d'une végétation luxuriante. Aujourd'hui, les moulins, en partant du plus en amont, sont identifiés comme suit: Mulino di Grogne, Mulino del Barone, Mulino del Santissimo Sacramento, Primo Mulino di Cillarille, Secondo Mulino di Cillarille, Mulino di Valle Cannella, Mulino di Casino Vezzani. Grâce à une restructuration minutieuse menée par l'administration municipale dans les années 90, il a été possible de créer le Parco dei Mulini, une zone équipée d'une valeur naturaliste particulière dans laquelle les moulins renaissent en tant que structures multifonctionnelles.


Architecture militaire[modifier | modifier le code]

Le Château Ducal.

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de la villa romaine de Vassarella ; le complexe a été découvert en 1973 suite à des travaux de plantation d'un vignoble. Entre 1988 et 1991, une campagne de fouilles réalisée en collaboration entre le Club Archéologique de Crecchio et la Surintendance Archéologique des Abruzzes a permis de reconnaître les vestiges d'une grande villa rustique, se référant à l'époque républicaine tardive. Les ruines des structures murales délimitaient un portique d'au moins 75 mètres de long, avec diverses pièces situées le long du couloir défini par le portique lui-même. De nombreux dol et une grande citerne en béton ont été trouvés à l'intérieur des chambres survivantes, presque complètement remplis d'eau et de boue. Le vidage de la citerne a permis d'identifier diverses trouvailles (en particulier des fragments de bois et des poteries) qui témoignent de contacts avec des régions comme l'Afrique, l'Égypte, la Palestine, la Syrie et l'Asie Mineure. Au VIe siècle, le système était probablement utilisé par les Byzantins pour alimenter le port voisin d'Ortona. En effet, le site archéologique de la citerne, utilisé comme véritable «dépotoir», peut être attribué à cette période.

Galerie[modifier | modifier le code]

Education[modifier | modifier le code]

Écoles[modifier | modifier le code]

Dans la zone municipale, il y a une première année et une école secondaire primaire. Il existe également trois jardins d'enfants.

Culture[modifier | modifier le code]

Musée byzantin et époque médiévale des Abruzzes.

Fête médiévale tous les ans au mois d'août.

Économie[modifier | modifier le code]

La municipalité de Crecchio fait partie du district industriel (système de travail local) d'Ortona, avec les municipalités d'Ari, Arielli, Canosa Sannita, Filetto, Giuliano Teatino, Orsogna, Ortona, Poggiofiorito et Tollo. Ce quartier est caractérisé par une forte concentration d'entreprises spécialisées dans le secteur du textile et de l'habillement. Le nombre d'unités locales présentes dans la zone municipale est de 619 ; la densité entrepreneuriale est de 20, 20 ul pour 100 habitants, une valeur qui place Crecchio à la sixième place parmi les communes de la province avec la densité la plus élevée. Cependant, l'activité principale reste l'agriculture. Les exploitations présentes sont caractérisées pour la plupart par la gestion directe de l'agriculteur avec uniquement du travail familial et une SAU par exploitation de moins de 10 ha ; caractéristiques qui peuvent également être reconnues dans une grande partie de la région. En 2000, la SAU correspondait à 1458,36 ha, soit environ 75% de la superficie municipale. La superficie consacrée à la viticulture était de 1 277,77 ha, 114,34 ha pour l'oléiculture et 34,88 ha pour les cultures arables. La vocation agricole du territoire est également attestée par la présence de deux caves où sont produits les vins DOC des Abruzzes (Montepulcianoet Trebbiano) et quatre moulins pour la production d' huile d'olive extra vierge de qualité supérieure. La municipalité est également membre de l'Association nationale des villes viticoles. Le territoire de Crecchio n'échappe pas au développement industriel considérable de la région d'Ortona autour de l'axe Marrucino ( SP 538) mais, en même temps, une attention égale est accordée à la conservation du paysage agricole.

Infrastructures et transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication est la route provinciale de Marrucina (ex SS 538) qui relie Ortona à Orsogna. La route provinciale sert également de lien avec l'autoroute A14 (sortie Ortona).

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1982, la municipalité était desservie par le chemin de fer Sangritana, avec la section Ortona Marina-Crocetta. Le service de fret, suspendu en 1984, s'était révélé être un outil valable pour la commercialisation des vins de la cave de Crecchio et des vins voisins. Le chemin de fer a également permis la connexion à la ligne Adriatique, étant donné la présence d'un lien dans la gare d'Ortona. Les bâtiments de la gare de Crecchio (près de la cave) et de l'arrêt Villa Selciaroli sont toujours présents. Actuellement, la gare la plus proche est Ortona.

Ports[modifier | modifier le code]

Les principaux ports les plus proches sont ceux d'Ortona, Vasto et Pescara.

Mobilité urbaine[modifier | modifier le code]

Dans la municipalité, plusieurs lignes de voitures (gérées par les sociétés Arpa, Sangritana et Napoleone) assurent des liaisons avec Chieti, Lanciano, Ortona et les municipalités voisines.

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 juin 2004 En cours Franco Scarinci    
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Cardetola, Casino Vezzani, Consalvi, Contrada Marcone, Mucchiarelli, San Polo, San Polo Stazione, Vassarella, Via Piana, Villa Baccile, Villa Consalvi, Villa Formicone, Villa Mascitti, Villa Selciaroli, Villa Tucci, Villavalentini

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Arielli, Canosa Sannita, Frisa, Ortona, Poggiofiorito, Tollo

Notes et références[modifier | modifier le code]