Orel Hershiser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Orel Hershiser Baseball pictogram.svg
20140919 Orel Hershiser (1).JPG
Lanceur
Frappeur droitier  Lanceur droitier
Premier match
1er septembre 1983
Dernier match
26 juin 2000
Statistiques de joueur (1983-2000)
Victoires-défaites 204-150
Moyenne de points mérités 3,48
Retraits sur des prises 2014
Équipes

Orel Leonard Hershiser IV (né le 16 septembre 1958 à Buffalo, New York, États-Unis) est un ancien lanceur droitier des Ligues majeures de baseball ayant joué de 1983 à 2000, notamment pour les Dodgers de Los Angeles et les Indians de Cleveland.

Il est surtout reconnu pour ses performances durant la saison 1988, au cours de laquelle il a remporté 23 victoires, établi le record de 59 manches consécutives sans accorder de point, remporté le trophée Cy Young remis au meilleur lanceur de la Ligue nationale et été nommé joueur par excellence de la Série de championnat et de la Série mondiale, gagnée par les Dodgers.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Joueur des Falcons de l'université d'État de Bowling Green, Orel Hershiser est repêché par les Dodgers de Los Angeles au 17e tour de sélection en 1979[1]. Il bénéficie à ce moment de bien peu de considération des dépisteurs des Dodgers : le rapport des recruteurs indique en effet qu'il n'a « pas de contrôle » sur ses lancers, que sa « balle rapide manque de vélocité pour un homme de cette taille », qu'il ignore comment « lancer correctement une balle courbe », et qu'il « perd facilement son sang-froid[2] ». Ses débuts en ligues mineures, où il est presque exclusivement lanceur de relève[3], sont ponctués de hauts et de bas. En 1981[3], il mène la Ligue du Texas pour les sauvetages et présente une spectaculaire moyenne de points mérités de 0,51 lorsqu'il accorde 20 points en 7 manches lors d'un voyage à l'étranger des Dodgers de San Antonio, ce qui gonfle sa moyenne à 4,72[4]. L'intervention des instructeurs de l'équipe empêche le jeune homme découragé d'abandonner le baseball[4].

En 1982, Hershiser gradue au niveau Triple-A, le plus haut échelon des ligues mineures. Ses performances comme releveur sont suffisamment bonnes pour que les Rangers du Texas s'intéressent à lui et offrent Jim Sundberg en échange de ses services; les Dodgers sont d'accord mais le receveur des Rangers exige une renégociation des termes de son contrat, ce qui fait avorter la transaction[4].

Dodgers de Los Angeles[modifier | modifier le code]

Orel Hershiser lançant pour les Dodgers de Los Angeles en 1993.

Après sa seconde saison en Triple-A avec les Dukes d'Albuquerque, Hershiser est pour la première fois appelé au plus haut niveau et fait ses débuts dans le baseball majeur avec les Dodgers de Los Angeles le 1er septembre 1983 comme lanceur de relève face aux Expos de Montréal.

Le gérant des Dodgers, Tommy Lasorda, est au départ insatisfait de l'attitude du jeune homme, qu'il trouve trop timoré. Au cours d'une sortie difficile de Hershiser, Lasorda se rend au monticule et semonce son lanceur de telle manière que les joueurs des Dodgers surnommeront l'événement « le sermon sur le monticule », en référence au sermon sur la montagne, un jeu de mot avec mount (« montagne » en anglais) et mound (« monticule »)[5]. Hershiser hérite du surnom Bulldog de Lasorda, qui selon la légende lui hurle ce mot de l'abri des joueurs dans l'espoir de compenser pour l'apparence frêle du jeune joueur[6], qui ne fait que 86 kg (190 livres pour 1,90 m (6 pieds et 3 pouces). Le surnom colle au lanceur, réputé dans les années suivantes pour sa ténacité dans ses efforts pour retirer les frappeurs adverses[5].

Honneurs et exploits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) 17th Round of the 1979 MLB June Amateur Draft, baseball-reference.com.
  2. (en) What scouts said ..., Alan Schwarz, ESPN, 2 juin 2004.
  3. a et b (en) Statistiques d'Orel Hershiser en ligues mineures, baseball-reference.com.
  4. a, b et c (en) Deep Roots, Steve Wulf, Sports Illustrated, 19 décembre 1988.
  5. a et b (en) A Big-Name Pitcher, Bruce Newman, Sports Illustrated, 5 mai 1986.
  6. (en) He Made Nickname for Himself, Los Angeles Times, 18 octobre 1988.

Liens externes[modifier | modifier le code]