Olam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olam

Création 1989
Siège social Singapour
Drapeau de Singapour Singapour
Direction Sunny Verghese
Effectif 23 000 (2013)
Site web olamonline.com

Chiffre d’affaires 11 milliards de dollars

Olam est une entreprise singapourienne de négoce et de courtage de denrées alimentaires. Bien que basée à Singapour, une large partie des activités du groupe sont basées en Afrique. Il est notamment très présent dans le cacao, le café, le coton et l'huile de palme[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe est fondée en 1989 au Nigéria, puis son siège social est déplacé à Londres, l'entreprise a pour nom alors Chanrai International.

En 1995, son siège social est déplacé de Londres à Singapour, et le groupe est renommé en Olam International. En 2003, Temasek Holdings prend une participation dans Olam, qui est aujourd'hui de 16 %. En 2010, le Groupe Louis-Dreyfus contacte Olam en vue d'une fusion, sans résultat.

En mars 2014, Temasek Holdings offre 2,1 milliards de dollars pour acquérir les participations dans Olam qu'il ne détient pas[2].

En décembre 2014, Olam acquiert McCleskey Mills, une entreprise américaine de décorticage d'arachide pour 176 millions de dollars[3].

Le même mois, Olam acquiert les activités de transformation de cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars, devenant l'un des plus importants acteurs dans le secteur[4]

L’huile de palme liée à la déforestation[modifier | modifier le code]

De 2011 à 2015, le volume commercial d'Olam a été multiplié par vingt – passant de 71 000 à 1,53 millions de tonnes d’huile de palme. [5]

Un rapport [6]lancé par l’ONG américaine Mighty et l’ONG gabonaise Brainforest, le 12 décembre, 2016, révèle qu’Olam gère ses opérations pour l’huile de palme de manière opaque. Les vidéos obtenues pendant l’enquête infiltrée de Brainforest montrent clairement comment Olam déboise les forêts du Gabon pour y établir la plus grande plantation d’huile de palme d’Afrique et d’hévéa culture. L’analyse de données satellite a permis d’estimer que depuis 2012 Olam a déboisé environ 20 000 hectares de forêts dans quatre concessions au Gabon[7],[8],[9]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pourquoi le Singapourien Olam n'a pas repris Necotrans, Challenges, 13 juillet 2017
  2. Temasek-led group offers $2.1 billion for remaining Olam shares, Rachel Armstrong et Michael Flaherty, Reuters, 14 mars 2014
  3. Olam International says to buy U.S. peanut sheller for $176 million, Reuters, 4 décembre 2014
  4. Olam to become top-tier cocoa processor with $1.3 bln ADM deal, Josephine Mason et Rujun Shen, Reuters, 16 décembre 2014
  5. RSPO Annual Communications of Progress 2015http://www.rspo.org/file/acop2015/submissions/olam%20international%20limited-ACOP2015.pdf
  6. Palm Oil's Black Box, December 2016, Mighty Earth and Brainforest http://www.mightyearth.org/wp-content/uploads/2016/12/Palm-Oil-Black-Box-PrintApproval4.pdf
  7. « Olam Linked to Palm Oil Related Deforestation in Scathing New Report », sur foodingredientsfirst.com/ (consulté le 28 juin 2017)
  8. (en) hermes, « Olam denies charges of destroying Gabon forest », The Straits Times,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Eco-Business, « Green groups and Olam at loggerheads over deforestation », Eco-Business,‎ 12 decembre, 2016 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]