Ojós

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ojós
Escudo de Ojós (Murcia).svgBandera de Ojós (Murcia).svg
Image dans Infobox.
Nom officiel
(es) OjósVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Communauté autonome
Comarque
Valle de Ricote (d)
Partie de
Mancomunidad de Municipios del Valle de Ricote (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
45 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
132 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localización de Ojós.svg
Démographie
Population
495 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
11 hab./km2 ()
Gentilé
Ojeren, ojerenaVoir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Chef de l'exécutif
Pablo Melgarejo Moreno (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
30611Voir et modifier les données sur Wikidata
INE
30031Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Ojós est une commune d'Espagne de la communauté autonome de Murcie. Elle s'étend sur 45 km2 et compte 520 habitants en 2020.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située vers 120 m d'altitude[1] au bord du Segura, Ojós fait partie de la comarque Valle de Ricote (es) dans la région de Murcie.

L'agriculture est le principal secteur économique de la commune. Près de la moitié des terres sont irriguées. Les fruits sont la principale production avec des pêches, des abricots et des agrumes dans les zones irriguées tandis que les oliviers et les amandiers sont cultivés dans les zones sèches[2]. Les arbres fruitiers et de grands palmiers contrastent avec les montagnes arides qui entourent la vallée[3].

Municipalités limitrophes d’Ojós
Blanca
Ricote Ojós Ulea
Campos del Río Villanueva del Río Segura

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'occupation sur le territoire communal remontent aux Ibères installés au lieu-dit Salto de la Novia à la limite entre Ulea et Ojós. Ce site, qui donne accès à la vallée de Ricote[à vérifier], est occupé plus tard par les Romains. Dans les années 1970, les archéologues y fouillent les vestiges d'une agglomération des IVe et Ve siècles protégée par une muraille caractéristique de la période d'insécurité au déclin de l'Empire romain d'Occident[4].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le Castillo de Alarbona[2], le Castillo de Peñascales[5] et de nombreux vestiges médiévaux témoignent de l'installation d'une population musulmane bien plus nombreuse que la petite population romaine signalée plus haut[5]. Le nom d'Ojós viendrait d'ailleurs d'un mot en arabe : Oxos signifiant « vergers » ou « hameaux »[2],[5].

La taifa de Murcie passe sous le contrôle du royaume de Castille à la suite du pacte d'Alcaraz de 1243. La population de la vallée pratique alors librement l'islam et bénéficie d'une indépendance juridique et administrative presque totale en tant que mudéjar[5].

Sanche IV de Castille donne la vallée de Ricote à l'ordre de Santiago en 1285.

Les conversions au christianisme commencent dans la vallée de Ricote au XVe siècle[5]. En 1501, toute la population mudéjar d'Ojós se convertit au christianisme[6],[7].

XVIe au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La paroisse d'Ojós est créée en par la bulle Inter caetera du pape Jules II en même temps que toutes les paroisses de la vallée de Ricote[6].

En 1588, Ojós obtient de Philippe II un statut de ville indépendante[6].

L'expulsion des morisques d'Espagne décrétée par Philippe III en 1609 chasse la quasi-totalité de la population d'Ojós hors de la péninsule ibérique. La commune subit ensuite une hausse des impôts, des inondations catastrophiques et la peste de 1649. La crise démographique dure ainsi jusqu'au XVIIIe siècle[6].

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

Les tensions politiques du début du XIXe siècle, qui culminent à Ojós avec les graves incidents de 1838, aboutissent à la confiscation des biens de l'Église et des ordres religieux dans les années 1830-1850[8].

Dans les années 1970, la construction de la retenue Azud de Ojós et le transfert Tage-Segura favorisent l'irrigation de la vallée[8].

Population[modifier | modifier le code]

La population d'Ojós atteint 990 habitants en 1860 et 1 346 habitants dans le premier tiers du XXe siècle[2]. La commune compte environ 1 380 habitants en 1940[réf. souhaitée], 610 habitants en 2011, 494 habitants en 2017 et 520 habitants en 2020[9].

Points d'intérêt[modifier | modifier le code]

Le bourg comprend plusieurs maisons blasonnées, notamment celles des familles Massa, Marín et Melgarejo. L'église paroissiale Saint-Augustin, fondée vers 1500 et reconstruite au XVIIIe siècle, est déclarée bien d'intérêt culturel en 2008. La Pila de la Reina Mora [Quoi ?] est déclarée bien d'intérêt culturel en 1997.

La commune est connue pour ses installations hydrauliques tels que des norias[10] et des retenues alimentant les canaux d'irrigation, notamment l'Azud de Ojós dans les gorges de Solvente[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Ojós » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Ojós », seat of a third-order administrative division c. 124 m 38° 08′ 49″ N, 1° 20′ 33″ O, sur www.geonames.org (consulté le )
  2. a b c et d (es) Ayuntamiento de Ojós, « Historia de Ojós », sur ayuntamientodeojos.es (consulté le )
  3. a et b (es) Región de Murcia Digital, « Naturaleza de Ojós », sur regmurcia.com (consulté le )
  4. (es) Región de Murcia Digital, « Historia de Ojós - Prehistoria y Antigüedad », sur regmurcia.com (consulté le )
  5. a b c d et e (es) Región de Murcia Digital, « Historia de Ojós - Edad Media », sur regmurcia.com (consulté le )
  6. a b c et d (es) Región de Murcia Digital, « Historia de Ojós - Edad Moderna », sur regmurcia.com (consulté le )
  7. 1501 : avant l'édit de 1502 ?
  8. a et b (es) Región de Murcia Digital, « Historia de Ojós - Edad Contemporánea », sur regmurcia.com (consulté le )
  9. (es) « Murcia: Población por municipios y sexo. (2883) », sur INE (consulté le )
  10. (es) Región de Murcia Digital, « Noria de Ojós », sur regmurcia.com (consulté le )