Nikolaï Kononov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nikolaï Mikhaïlovitch Kononov
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
SaratovVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Николай ТатаренкоVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Genres artistiques
Distinction

Nikolaï Kononov (en russe : Николай Михайлович Кононов) (nom actuel Tatarenko)[1] né le , à Saratov en Russie est un poète et prosateur russe, critique d'art et éditeur. Il vit aujourd'hui à Saint-Pétersbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kononov est né à Saratov dans une famille de militaires. Son père est officier en Allemagne de l'Est et il fait un long séjour dans ce pays avec sa famille. Puis il s'inscrit et achève ses études à l'institut de physique de l'université d'État N. Tchernychevski (1980), et poursuit ensuite ses études universitaires à Léningrad en entrant à la faculté de philosophie de l'Université de Léningrad. Il n'a toutefois pas présenté sa thèse. Il travaille ensuite comme professeur de mathématique dans une école secondaire. Pendant quelque temps il rencontre le poète Alexander Kushner (en). Lui-même débute en poésie en 1981. Au début des années 1980, il est membre du métagroupe de poètes de Saratov Kokon (V. Bokoukhov, Svetlana Kekova, Sergueï Nadeev, А. Ptchelintsev )[2],[3].

En 1992—1993 il est rédacteur en chef de la section de Leningrad de la maison d'édition Écrivain soviétique. L'un des fondateurs (ensemble avec l'écrivain Alexandre Pokrovski) et le rédacteur en chef de la maison d'édition pétersbourgeoise INAPRESS (1993), spécialisés dans l'édition de littérature intellectuelle, ont publié les poètes Elena Schwarz, Aleksandr Mironov, Boris Bojnev et Sophia Parnok, ainsi que Moï vremennik de Boris Eichenbaum, les mémoires d' Emma Gerschtein , Boris Kousine, les amis Ossip Mandelstam et Nadejda Mandelstam.

Kononon a reçu le prix Apollon Grigoriev pour son roman Les Funérailles d'une sauterelle (2000), le Prix Andreï Biély pour ses poèmes regroupés dans Pilote (2009), le prix Iouria Kazakova pour son roman Amestisty (2011). Il a remporté le deuxième prix lors du concours de littérature en ligne Oulov (2000, avec son récit L'Incarnation de Léonid). Il est nominé au prix André Biely (en 2000, pour un recueil de poèmes de 1998—1999 ; en 2004, pour le roman Nejny théâtre), au Prix Booker russe (2001, pour Les Funérailles d'une sauterelle), au prix Iouria Kazakova (2001, pour le récit Mikecha)[4], au prix NOC (2011, pour le roman Le Flâneur).

En décembre 2013 il signe un appel collectif pour soutenir l'Euromaïdan en Ukraine[5].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Noisetier / Орешник: Poèmes. Léningrad}: Сов. писатель, 1987. (Dans une collection collective/В составе коллективного сборника: Дебют:/Début: Il faut être poète jusque trente... Поэтом нужно быть до тридцати... — Л.: écrivain sov., 1987. — 382 pages.)
  • Le Petit nageur /Маленький пловец: Livre de poèmes/Книга стихов. — Leningrad, 1989. Tirage. 46 ex.
  • Le Nageur/ Пловец: Poèmes. — Saint-Pétersbourg : écrivian sov./Сов. писатель, 1992. — 128 pages.
  • Le Murmure/ Лепет: Poèmes. — Saint-Pétersbourg.: Fond Pouchkine, 1995. — 56 pages.
  • Le Serpent: Poèmes. — СПб.: ИНАПРЕСС, 1998. — 72 pages.
  • Les Funérailles d'une sauterelle Roman en 37 épisodes avec prologue et épilogue /Похороны кузнечика: Роман в 37 эпизодах с прологом и эпилогом. СПб.: ИНАПРЕСС, 2000. — 286 pages; Saint-Pétersbourg/СПб.: édition Amphora, 2003. — 219 pages.

L'édition de ce roman existe en français depuis 2003 par l'éditeur Cherche-Midi, traduction de Hélène Henry.

  • Parole/Пароль: Recueil d'hiver. Préface de Viatcheslav Kourynine. — Moscou.: НЛО, 2001. — 112 pages — (Série Prix André Biely.)
  • Le bestiaire magique: Prose. — Moscou. : édition Bagrious/[Вагриус], 2002. — 304 pages.
  • Le livre des protocoles — Saint-Pétersbourg. : édition MODERN, 2002. — 208 pages. (co-auteur Mikhaïl Zolotonossov)
  • Nejny théâtre : roman — Moscou.: éd Bagrious, 2004. — 384 pages.
  • Les champs : poèmes. — Saint-Pétersbourg : INAPRESS, 2005. — 80 pages.
  • Critique de la couleur. — Saint-Pétersbourg.: édition Nouveau Mir Iskousstvo, 2007. — 320 pages.
  • Alphabet visuel : dessin, lithographie, peinture: Album. — Saint-Pétersbourg.: édition INAPRESS, 2008. — 159 pages. — Tirage. 750 ex.
  • Pilote : Poèmes. — Moscou: éditeur ARGO-RISKC; Revue , 2009. — 112 pages. — (Projet de livre de la revue Bozdoukh, ) — Tirage. 300 ex.
  • 80: Livre de poésie de 1980 à 1991: Commentaires de Zolotonossov et de Konokov. — Saint-Pétersbourg : INAPRESS, 2011. — 472 pages. — Tirage. 500 ex.
  • Le Flaneur : Roman. — Moscou.: édition Galeev-Galereia/ Галеев-Галерея, 2011. — 424 pages.
  • Saratov : Récits. — Moscou.: édition Galeev-Galereia Галеев-Галерея, 2012. — 568 pages.
  • Parade : Roman — Moscou.: édition Galeev-Galereia Галеев-Галерея, 2015. — 368 pages.

Ouvrage en français[modifier | modifier le code]

  • douze écrivains russes, L'incarnation de Léonid, Paris, Actes Sud, , 145 à 160 p., L'incarnation de Léonid.
  • Les Funérailles d'une sauterelle édition Cherche-Midi en 2003, traduction de Hélène Henri.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru)Sergueï Tchouprinine/[Чупринин, Сергей Иванович, La littérature russe d'aujourd'hui : petite encyclopédie de la littérature/Русская литература сегодня: Малая литературная энциклопедия., Moscou, Vremia [Время (издательство),‎ , p. 425)
  2. (ru) V. V. Ogrysko. Écrivains russes de l'époque actuelle. Lexique: Esquisse d'une future encyclopédie. Moscou: Russie littéraire /[Литературная Россия], année 2004. page 249
  3. (ru) N. M. Kokonov/Кононов Н. М. 80:, Livre des poèmes /Книга стихов 1980-1991: Комментарии М. Золотоносова при участии Н. Кононова:, Saint Pétersbourg/СПб.: ООО, «ИНАПРЕСС»,,‎ , p. 11
  4. (ru)Koutcherskaïa Maïa/[Кучерская, Майя Александровна|Кучерская, М]. По тропкам русской преисподней // Ведомости. 3.02.2012.
  5. (ru)Российские писатели — Евромайдану // Colta.ru, 1 декабря 2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]