Nikolaï Chtchors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nikolaï Chtchors
Nikolaï Chtchors

Naissance
Snovsk, Gouvernement de Tchernigov
Décès (à 24 ans)
Biloșîți, Gouvernement de Volhynie
Origine Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Flag of Ukrainian People's Republic (non-official, 1917).svg République populaire ukrainienne
Flag of the Ukrainian Soviet Socialist Republic (1919-1929).svg République socialiste soviétique d'Ukraine
Arme Infanterie
Grade Natchdiv
Années de service 1914-1919
Conflits Première Guerre mondiale, Guerre civile russe
Signature de Nikolaï Chtchors

Nikolaï Aleksandrovitch Chtchors (en russe : Никола́й Алекса́ндрович Щорс; ukrainien : Микола Олександрович Щорс), né le à Snovsk et mort le à Biloșîți (Gouvernement de Volhynie) est un militaire de l'Armée impériale russe devenu commandant dans l'Armée rouge lors de la Guerre civile russe. Membre du PCUS depuis 1918[1].

Il n'est pas vraiment connu de son vivant. Un article de la Pravda du 23 février 1935 parle de ses faits militaires pour la première fois en les amplifiant. En février 1935, Joseph Staline en remettant l'ordre de Lénine au cinéaste Alexandre Dovjenko, suggère à ce dernier de créer un film mettant en scène un Tchapaïev ukrainien en évoquant le nom de Nikolaï Chtchors. Dans les mois qui suivent les périodiques comme la Pravda, Izvestia et Krasnaïa zvezda continuent de lui forger une réputation de grande figure de la Guerre civile. Le film de Dovjenko sort en 1939, avec Evgueni Samoïlov dans le rôle titre[2],[3]. Plus tard on écrit plusieurs livres, chansons et même un opéra le glorifiant, on appelle en son nom des écoles, des rues, des villages et même une ville. En 1936, Matveï Blanter (musique) et Mikhaïl Golodny (paroles) écrivent la très populaire Pesnia o Chtchorse [Chanson sur Chtchors][1],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Par la décision du Comité central révolutionnaire militaire-ukrainien (VTSVRK) du 22 septembre 1918, Nikolaï Chtchors est nommé commandant du régiment révolutionnaire ukrainien du nom de camarade Bogoun, puis au mois d'octobre de la même année - commandant de la 2e brigade des régiments Bogounski et Tarachtchanski de la 1re division soviétique d'Ukraine, qui dans des batailles avec l'armée de la République populaire ukrainienne occupe Tchernihiv, Kiev et Fastiv.

Après la prise de Kiev le 5 février 1919, Chtchors est nommé commandant de Kiev et à la décision du gouvernement provisoire des travailleurs et paysans de l'Ukraine, reçoit une arme d'or.

Le 15 août 1919, lors de la réorganisation des divisions soviétiques ukrainiennes en unités et formations régulières de l'Armée rouge unifiée, la première division soviétique ukrainienne sous le commandement de Nikolaï Chtchors fusionne avec la 3e division frontalière sous le commandement de Ivan Doubovoï (en), devenant la 44e division d'infanterie de l'Armée Rouge composée en tout de quatre brigades. Le 21 août, Nikolaï Chtchors est nommé commandant de cette formation, alors que Ivan Doubovoï y devient le commandant adjoint.

Le 30 août 1919, lors de la bataille avec la 7e brigade du 2e corps de l'Armée ukrainienne de Galicie près du village de Biloșîți (maintenant district de Korosten de la région de Jytomyr, Ukraine), Nikolaï Chtchors est tué dans des circonstances obscures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jonathan D. Smele, Historical Dictionary of the Russian Civil Wars, 1916-1926, vol. 2, Rowman & Littlefield, coll. « Historical Dictionaries of War, Revolution, and Civil Unrest », (ISBN 9781442252813, lire en ligne), p. 1023
  2. Natacha Laurent, Le cinéma stalinien, questions d'histoire, Presses Univ. du Mirail, (ISBN 9782858165995, lire en ligne), p. 168
  3. (en) Ian Christie, Richard Taylor, The Film Factory: Russian and Soviet Cinema in Documents 1896-1939, Routledge, (ISBN 9781135082512, lire en ligne), p. 384
  4. (en) Katharine Hodgson, Written with the Bayonet: Soviet Russian Poetry of World War Two, Liverpool University Press, (ISBN 9780853237105, lire en ligne), p. 33

Lien externe[modifier | modifier le code]