Nicolas Martiau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Medaillon représentant Nicolas Martiau (1591-1657).
Statue de George Washington, avec un médaillon de son ancêtre de l'Île de Ré, Nicolas Martiau (Jardin du Musée Ernest Cognacq, Saint Martin de Ré).

Nicolas Martiau (1591 sur l'île de Ré[1] - 1657) est un noble français de religion huguenote qui a dû fuir en Angleterre puis en Virginie à cause de sa religion.

Il est l'arrière-arrière-arrière-grand-père du premier président américain George Washington, et un ascendant de l'actuelle souveraine britannique Élisabeth II.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il est né vingt ans après la Saint-Barthélemy et sept ans avant l'édit de Nantes; on ne sait rien de sa jeunesse à part qu'il a appris à lire par l’étude des Evangiles et de la Bible.

En même temps qu’il s’imprégnait de la doctrine de Calvin, il apprit à parler l’anglais comme la plupart des membres des familles aisées[2].

Mais il est probable que, du fait du contexte politico-religieux du temps, il dût s'exiler en Angleterre car on y retrouve sa signature sur un registre d'une église huguenote et, le 11 janvier 1619, il fut naturalisé anglais.

Le cinquième comte de Huntington-Hastings[3] le nomma fondé de pouvoir de ses plantations en Virginie avec la mission d'y construire des palissades pour défendre les implantations des colons contre les Indiens.

Son départ vers la Virginie[modifier | modifier le code]

Le 16 mai 1620 Martiau, âgé de 29 ans, quitta l'Angleterre sur le Francis Bonaventure et arriva en août 1620 à Jamestown dont il construisit les palissades de défense, ce qui permit à la cité d'être épargnée lors d'un massacre par les Indiens en 1622.

Le succès de cette mesure lui valut le titre de « capitaine ingénieur en palissades »[2],[4].

Sa descendance : George Washington et Elisabeth II du Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Voici le lien entre Nicolas Martiau et George Washington[2],[5] :

  • en février 1623, Nicolas Martiau épouse Jane Berkeley et a d'elle quatre enfants ; l'aînée s'appelle Elisabeth se marie en 1641 avec le colonel Read ; ils ont une fille, Mildred Reade arrière-grand-mère de George Washington ;
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nicolas Martiau
(1591-1657)
 
Jane Berkeley
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lawrence Washington
(1602–1655)
 
Nathaniel Pope
 
 
 
colonel
George Reade
(1608 -1674)
 
Elisabeth Martiau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
John Washington
(1631-1677)
 
Anne Pope
 
colonel
Augustine Warner
(1642-1684)
 
Mildred Reade
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lawrence Washington
(1659-1698)
 
 
 
Mildred Warner
(1671–1701)
 
Mary Warner
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Augustine Washington
(1694-1743)
 
Mary Ball
(1708-1789)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
George Washington
(1732-1799)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
George VI du Royaume-Uni
(1895-1952)
 
Elizabeth Bowes-Lyon
(1900-2002)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Élisabeth II du Royaume-Uni

Nicolas Martiau est donc l'arrière arrière arrière-grand-père du premier Président des États-Unis.

Signalons aussi qu'une autre fille de Mildred Reade, Mary Warner, arrière-grand-tante de George Washington, est l'ancêtre d'Elizabeth Bowes-Lyon épouse du roi d'Angleterre George VI et mère de l'actuelle reine Elisabeth II[2].

Sa vie en Virginie[modifier | modifier le code]

En 1630, sur recommandation de Martiau, débarquèrent en Virginie de nombreux huguenots venus de France pour la vigne, l'élevage du ver à soie et le traitement du sel.

En octobre 1631 Martiau s'installa à Yorktown, fut élu à la Maison des Bourgeois (l’assemblée qui votait les lois de la colonie de Virginie) de la ville et le Gouverneur lui alloua 600 ha à l’emplacement même où 150 ans plus tard son arrière-arrière-petit-fils George Washington obtint la capitulation de l’armée anglaise de Lord Cornvallis[6].

Il fut nommé commissaire et juge de paix en 1633.

Le 28 avril 1635, il se révolta contre le Gouverneur, Sir John Harvey, qui avait autorisé le débarquement de colons catholiques : Harvey fit arrêter Martiau dans l'intention de le pendre, mais le colonel Read, secrétaire de la colonie et qui deviendra le gendre de Martiau, devint Gouverneur en remplacement de Harvey.

Martiau mourut à Yorktown en 1657 après avoir affranchi ses deux esclaves et leur avoir légué de quoi vivre.

Commémorations[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui on peut voir à Nuits-Saint-Georges les statues en bronze de Nicolas Martiau et de George Washington dues au sculpteur Désiré Bardot en hommage au Château du Clos de Vougeot, siège de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, ses statues inaugurées par l’ambassadeur des États-Unis en France[7],[8],[9]. Buste en bronze à La Flotte (Île de Ré).


Ouvrages[modifier | modifier le code]

Nicolas Martiau (Île-de-Ré, France, 1591, Yorktown, Virginie, 1657), ancêtre français de George Washington (en anglais, Nicolas Martiau (Île-de-Ré, France, 1591, Yorktown, Virginia, 1657), french ancestor of George Washington, de Wailly Philippe, 1999, vol. 72, no3, pp. 69-72, INIST-CNRS, Cote INIST : 815, 35400009778128.0080

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]