Nicola Sornaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicola Sornaga
Nicola Sornaga sur le tournage du Dernier des immobiles.jpg

Nicola Sornaga sur le tournage du Dernier des immobiles.

Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Pensionnaire de la villa Médicis (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nicola Sornaga est un cinéaste italo-français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicola Sornaga passe son enfance à Rome puis à Paris où il réside aujourd'hui.

À l'âge de 4 ans il fait la rencontre du poète Matthieu Messagier qu'il retrouve vingt ans plus tard[1]. Il fonde à 17 ans une revue de poésie et écrit à 18 ans plusieurs poèmes en prose : Le Cinéma végétarien, Prisonnier des semblables, L'Oural au coin du départ[2]. Il est pensionnaire de la Villa Médicis en 2005-2006[2].

En 2004, à la sortie du film Le Dernier des immobiles, long métrage apprécié de Nanni Moretti, Philippe Garrel et André S. Labarthe (qui est allé jusqu'à le comparer au film surréaliste L'Âge d'or de Luis Buñuel[3]).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts et moyens métrages[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Les Dévolues, moyen-métrage.
  • 1998 : Un accent parfait, court-métrage. Prix du public festival de Belfort, Grand Prix du Festival de Trieste 1999, prix décerné par Nanni Moretti au Sacher Festival 1998.
  • 1997 : Quando piove e c'è sole, court-métrage. Sélectionné au Sacher Festival et au Festival du film de Turin 1997.
  • 1997 : Corvol, documentaire moyen-métrage.
  • 1997 : Matthieu Messagier au pays de Trêlles, documentaire.
  • 1996 : La Colline des sœurs Moreaux, court-métrage.
  • 1995 : La Petite C..., documentaire, film collectif.
  • 1995 : Jéricho déchaîné, court-métrage.
  • 1993 : Le Juste Prix, court-métrage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de Nicola Sornaga », sur Quinzaine des réalisateurs, (consulté le 11 août 2013)
  2. a et b (it)« Fiche de Nicola Sornaga », sur Villa Medici (consulté le 11 août 2013)
  3. Philippe Azoury, « Échappée poétique », Libération,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]