National Congress of British West Africa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le National Congress of British West Africa (NCBWA), fondé en 1920, est l'une des plus anciennes organisations œuvrant à l'émancipation de l'Afrique[1]. Il était composé en grande partie d'une élite éduquée de la colonie britannique de la Côte-de-l'Or, qui pressentait une menace dans l'incorporation des « autorités traditionnelles » dans le système colonial[2].

Les co-fondateurs étaient Thomas Hutton-Mills, Sr., le premier président et J. E. Casely Hayford, le premier vice-président. Les autres fondateurs étaient Edward Francis Small, F. V. Nanka-Bruce, A. B. Quartey-Papafio, Henry van Hien, A. Sawyerr et Kobina Sekyi[2].

L'organisation milita notamment pour la création d'une cour d'appel pour l'Afrique de l'Ouest, où les juges auraient été africains.

Références[modifier | modifier le code]


  1. (en) G. I. C. Eluwa, « Background to the Emergence of the National Congress of British West Africa », African Studies Review, vol. 14, no 2,‎ , p. 205-218 (p. 213).
  2. a et b (en) Michael R. Doortmont, The Pen-Pictures of Modern Africans and African Celebrities by Charles Francis Hutchison: A Collective Biography of Elite Society in the Gold Coast Colony, Brill, , p. 29.