Nathuram Godse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Nathuram Godse
Nathuram godse.jpg

Nathuram Godse

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 39 ans)
AmbalaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Condamné pour

Nathuram Vinayak Godse (19 mai 1910 à Baramati, district de Pune15 novembre 1949, Ambala), est un nationaliste hindou, auteur de l'assassinat du Mahatma Gandhi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Godse appartient à une famille de brahmanes pauvres farouchement traditionalistes. Sa famille est imprégnée de l'idéologie nationaliste hindoue et tant Nathuram Godse que ses frères furent élevés dans au sein de la matrice idéologique hindoue que constitue le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS). C'est au milieu des années 1940 qu'il commença a travailler activement pour une autre organisation hindoue, la Hindu Mahasabha, sans pour autant rompre les liens avec le RSS[1]. [réf. nécessaire]. Sous l'influence de Vinayak Damodar Savarkar, un politicien, philosophe et nationaliste hindou (créateur du terme hindutva), il devient rédacteur en chef de l'hebdomadaire prohindou Mahasabha.

Assassinat de Gandhi[modifier | modifier le code]

À la suite de la partition de l'Inde et du Pakistan, en 1947, hindous et musulmans s'affrontent violemment. Gandhi tente de réconcilier les communautés. Le 1er septembre 1947, à Calcutta, de nouvelles émeutes éclatent. Gandhi loge alors dans le quartier musulman, ce qui exaspère les extrémistes hindous. Ils menacent Gandhi et lui demandent de quitter le quartier. Gandhi répond qu'il jeûnera jusqu'à ce que les violences cessent.

De nouveau, le 13 janvier 1948, à Delhi, cette fois, Gandhi entame un jeûne illimité « pour protéger la vie, les biens et la religion des musulmans ». Gandhi craint qu'une guerre civile éclate dans la nouvelle Inde indépendante, entre musulmans et hindous, et veut ainsi protéger les hindous restés au Pakistan qu'adoucir les musulmans vindicatifs dans l'Union indienne, population islamique qui demeure deux fois plus importantes qu'au Pakistan, et ce, malgré les migrations énormes de populations. De nouveau, il obtient gain de cause des leaders des communautés religieuses. Le 18 janvier, en présence de l'ambassadeur du Pakistan, le jeûne est rompu. Il a obtenu le paiement de 550 millions de roupies dues au Pakistan. Pour beaucoup d'hindous, c'en est trop : Gandhi est un traître.

Le , en chemin vers une réunion de prière, Gandhi est abattu par balles près de Birla House, à New Delhi par Godse. Godse tenait Gandhi pour responsable de la partition de l'Inde et par là de son affaiblissement[2].

Pendant le procès qui le conduit à la potence en 1949, Nathuram Godse revendiqua pleinement son acte. Godse et son complice Narayan Apte sont jugés et condamnés à mort, puis exécutés le 15 novembre 1949.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The BJP and Nathuram Godse », sur Frontline (consulté le 2 décembre 2015)
  2. (en) R. Gandhi, Patel: A Life, p. 472

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Khosla, G.D., Murder of the Mahatma and Other Cases from a Judge's Notebook, Jaico Publishing House, 1968. (ISBN 0-88253-051-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]