Nassur Attoumani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nassur Attoumani
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(64 ans)
Moroni (Comores)
Nationalité
Activité

Nassur Attoumani est un dramaturge, écrivain et musicien mahorais né le à Moroni, aux Comores[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nassur Attoumani est né le 5 mars 1954 à Moroni (Grande Comore) de parents originaires de Mayotte. Il étudie à Moroni, puis à Mayotte au collège de Dzaoudzi jusqu'en troisième. Il part ensuite au Lycée Saïd Mohamed Cheikh de Moroni.

Alors que les Comores déclarent leur indépendance en 1975, les lycéens mahorais sont envoyés à La Réunion. Nassur Attoumani se retrouve ainsi au Tampon où il termine un baccalauréat littéraire au lycée Roland Garros. En 1977, il décide de poursuivre des études d'anglais à l'U.E.R d'Orléans.

Son diplôme en poche, il retourne à Mayotte en 1983 pour être professeur d'anglais et de français au collège. À partir de 2002, il organise des échanges entre les services culturels de Moroni et sa région Sada, où il est Directeur de la Maison des jeunes et des cultures.

Il découvre et développe la plupart de ses vocations musicales et littéraires à partir des années 1980. La perte d'un ami, membre de son groupe de musique, dans un accident de voiture lui inspire son premier sketch dans lequel il cherche à dénoncer les travers de la société mahoraise. En amoureux des arts, il continue à se produire sur la scène mahoraise au moyen de pièces de théâtre qui allient humour et satire sur fond de musique.

En 1989, il ose son premier manuscrit de théâtre en langue française avec La Fille du polygame. Ses œuvres, toujours engagées, abordent des sujets controversés tels que la polygamie, le viol ou encore l'inceste[1],[2].

Distinctions littéraires[modifier | modifier le code]

En 1999, Interview d'un macchabée a reçu la mention spéciale du jury, au Grand Prix Littéraire de l'Océan Indien organisé par le Conseil Général de La Réunion.

En 2004, Mon mari est plus qu'un fou: c'est un homme a été récompensé au Grand Prix Littéraire de l'Océan Indien.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

  • Le calvaire des baobabs. Paris: L'Harmattan, 2000. Lettres de L'océan Indien. (ISBN 2-7384-9878-7)
  • Nerf de bœuf. Préface de Henri Brouard. Paris: L'Harmattan, 2000. Lettres de L'océan Indien. (ISBN 2-7384-9877-9)
  • Mon mari est plus qu'un fou: c'est un homme. Paris: Naïve, 2006. (ISBN 2350210219)
  • Tonton! Rends-moi ma virginité... . Orphie G.doyens, 2015. Différences. (ISBN 2877639630)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • La fille du polygame:théâtre mahorais. Paris: L'Harmattan, 1992. Encres Noires. (ISBN 2-7384-1608-X)
  • Le turban et la capote, Paris, L'harmattan - réédition (1re édition : Grand océan, La Réunion, 1997), Collection Théâtre des cinq continents 2009, (ISBN 978-2-296-10660-4)
  • Interview d'un macchabée. Préface de Ali Saïd Attoumani. Paris: L'Harmattan, 1999. (ISBN 2-7475-0006-3)
  • Entre les mailles du diable. Paris: L'Harmattan, 2006. (ISBN 2-296-00087-8)
  • Autopsie d'un macchabée. Préface de Ali Saïd Attoumani. Paris: L'Harmattan, 2009. (ISBN 978-2-296-10661-1)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Les aventures d'un adolescent mahorais. Paris:L'Harmattan, 2006. Lettres de L'océan Indien. (ISBN 2-296-01085-7)
  • Les anachroniques de Mayotte. Bertoua: Ndze, 2012. (ISBN 2911464583)

Essais[modifier | modifier le code]

Bande-dessinée[modifier | modifier le code]

  • Le turban et la capote. Illustrations de Luke RAZAKA. La Réunion: Grand Océan, 1997. Réed. Paris: Harmattan BD, 2013. (ISBN 978-2-343-01222-3)

Livre d'images[modifier | modifier le code]

  • Mayotte, l'île hippocampe. Illustrations de Franck Hick, dirigé par Gérart Forat. Le Tampon: Jacaranda, 1993. (ISBN 978-2-904470-11-0)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Requiem pour un Nègre. Éditions Ngo, Libreville Gabon, 2016. (ngo.afridis.eu) (ISBN 978-2-9114647-1-3)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Ika Yilala. Mayotte: Choungui Éditions, 2005

Film[modifier | modifier le code]

  • Le turban et la capote. Mise en scène de Frédéric Mary, réalisation de Sophie Fueyo. DVD, 2011. Disponible sur harmattantv.com[3]

Sur l'auteur[modifier | modifier le code]

La réception critique autour de l'œuvre de Nassur Attoumani s'accorde sur l'écriture unique et effilée de celui-ci. Nassur Attoumani ne fait pas dans la demi-mesure qu'il s'agisse de critiquer le passé colonialiste de Mayotte et des Comores, ou de lever le voile sur les tabous de la société actuelle.

Paroles d'hommes et de femmes salut la générosité de l'auteur, son "humour teinté de provocation"[4] et l'engagement qui se lit dans chacune de ses œuvres.

  • TOIHIRI, Mohamed. «Nassur Attoumani: le violeur de tabous». Revue Notre Librairie no 158[5]

L'écrivain franco-comorien Toihiri Mohamed lance un hommage à son écriture derrière le fard de la métaphore filée. Son style "est d'une truculence rabelaisienne avec des images très originales et un humour constant, à fleur de peau[5]". Cet auteur "joue à l'aube du XXIè, le rôle joué par les Encyclopédistes au XVIIIè siècle: il s'attaque à tous les tabous, à tous les harams, bref à tous les interdits de coutume, de religion et de politique"[5].

Avec sa dernière œuvre, Cultures outre-mer souligne la richesse de l'œuvre de Nassur Attoumani. Sa dénonciation revêt de multiples facettes et de l'humour au cynisme, il n'y a qu'un pas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nassur Attoumani sur le site île en île
  2. ATTOUMANI Nassur, Le Calvaire des baobabs, Paris, Editions L'Harmattan, (ISBN 2-7384-9878-7)
  3. « VOD, DVD du film le turban et la capote », sur harmattantv.com (consulté le 6 novembre 2015)
  4. a et b « L'écrivain au casque colonial », sur Paroles d'homme et de femmes, (consulté le 6 novembre 2015)
  5. a, b et c Toihiri Mohamed, « Nassur Attoumani: le violeur de tabous », Revue Notre Librairie,‎ (lire en ligne)
  6. « Nassur Attoumani "Tonton! Rends moi ma virginité" », sur Cultures outre-mer, (consulté le 6 novembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]