Jean-Luc Raharimanana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Luc Raharimanana
Jean Luc Raharimanana.jpg
Jean-Luc Raharimanana lors du salon du livre Athéna, à St Pierre, La Réunion en 2017
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Jean-Luc Raharimanana, né à Tananarive le , est un écrivain malgache en langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Romancier, essayiste et poète malgache, Raharimanana est également auteur de pièces de théâtre, de contes musicaux et metteur en scène[1].

Né le 26 juin 1967 à Antananarivo, il reçoit à l’âge de 22 ans le Prix Tardivat International de la meilleure nouvelle de langue française (RFI, ACCT, Le Monde), quitte Madagascar et vient s’installer en France grâce à une bourse d’étude. L’année d’après, il décroche le prix Tchicaya U’Tamsi du théatre interafricain (RFI)[2].

Artiste engagé, refusant la haine, il se consacre à l’écriture, à la pensée et au théâtre. Il s’attaque aux mots, malaxe le sens jusqu’à ce que leur musicalité pénètre au plus profond du lecteur, ancre la mémoire dans le corps, et fait acte de beauté dans le dire et l’écrit[3].

Il est l’auteur de dix huit livres, recueils, nouvelles, récits, romans, et participe à l’écriture d’ouvrages collectifs. En 1998, il se voit décerner le Grand Prix Littéraire de Madagascar (ADELF), pour Rêves sous le linceul et en 2011, le Prix de la Poésie du Salon du Livre insulaire d’Ouessant, pour Les cauchemars du gecko.

Dans un style lyrique et poétique, malgré la traversée des violences et de l’histoire tourmentée, il entrevoit toute la beauté de notre monde[4].

Le théâtre occupe une place prépondérante dans sa carrière. Auteur de nombreuses pièces et de contes musicaux, il porte lui même ses textes à la scène et fonde en 2014, la compagnie SoaZara, regroupant dramaturges, musiciens, vidéastes et danseurs. Sa dernière création Parfois le vide, encensée par la critique, tourne partout en France[5].

En lien avec le réseau Afrique 37, Indre et Loire, il participe en 2002 à la création du Festival Plumes d’Afrique proposant spectacles, débats, tables rondes, conférences, expositions, concerts, projections, et projets scolaires autour des expressions littéraires et artistiques d’Afrique francophone[6].

En parallèle de ses publications et créations théâtrale, il est directeur de la collection Fragments aux éditions Vents d’Ailleurs. Conférencier et traducteur, il sillonne le monde pour parler écriture et littérature.

Il participe à de nombreuses manifestations culturelles, donne des cycles de conférence, mène des masterclass et tient des ateliers d’écriture avec les institutions et les théâtres autour de la question francophone.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Trois tresses, conte pour enfants, illustrations de Griotte, Dodo Vole, 2018.
  • Revenir, roman, Payot/Rivages, 2018.
  • Empreintes, poésie, Vents d'ailleurs 2015.
  • Enlacement(s), poésie (coffrets de trois livres), Vents d'ailleurs, 2012 ; rééd. séparée de chaque titre (Des ruines, Obscena, etIl n’y a plus de pays), 2013.
  • Portraits d’insurgés, beau-livre, photos de Pierrot Men, Vents d’ailleurs, 2010.
  • Les cauchemars du gecko, théâtre/poésie, Vents d’ailleurs, 2010.
  • Maiden Africa, beau-livre, photos de Pascal Grimaud, Trans photographique Press, 2009.
  • Tsiaron’ny nofo, tononkalo, poésie (en malgache), éditions K’A, 2008.
  • Za, roman, Philippe Rey, 2008.
  • Le prophète et le président, théâtre, Ndzé éditions, 2008
  • Madagascar 1947, essai, Vents d’ailleurs, 2007, rééd. bilingues, 2008, 2014.
  • L’arbre anthropophage, Joëlle Losfeld, 2004.
  • Le bateau ivre : Histoire en terre malgache, beau-livre, photos de Pascal Grimaud, Images en manœuvre, 2004.
  • Landisoa et les trois cailloux, album jeunesse, illustration de Jean Andrianaivo Ravelona, Edicet/Hachette, 2001.
  • Nour, 1947, roman, Le Serpent à plumes, 2001, réed. Vents d’ailleurs, 2017.
  • Rêves sous le linceul, nouvelles, Le Serpent à plumes, 1998, rééd. « Motifs », 2004.
  • Lucarne, Nouvelles, Le Serpent à plumes, 1996, rééd. « Motifs », 1999.

Direction d’ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Dernières nouvelles de la Françafrique (en collaboration avec Soeuf El Badawi), Vents d’ailleurs, 2003.
  • Dernières nouvelles de la Colonisation, Vents d’ailleurs, 2006.

Direction de livres critiques et universitaires[modifier | modifier le code]

  • La littérature malgache, Revue Interculturel Francophonies,188 pp,Lecce, Italie, 2001.
  • Identités, langues et imaginaires dans l’océan Indien, Revue Interculturel Francophonies, 303 pp, Lecce, Italie, 2003.
  • Jacques Rabemananjara, Revue Interculturel Francophonies,357 pp,Lecce, Italie, 2007.
  • Les Comores, une littérature en archipel, coordonné avec Magali Nirina Marson, Revue Interculturel Francophonies, 384 pp, Lecce, Italie, 2011.

Théâtre / Création[modifier | modifier le code]

  • Parfois le vide, texte, mise en scène et interprétation par l’auteur, musique de Tao Ravao & Jean-Christophe Feldhandler, voix et flûte traversière : Géraldine Keller. Compagnie SoaZara, Théâtre Antoine Vitez d’Ivry-sur-Seine, Le Tarmac, Les Francophonies en Limousin, avec le soutien de la Région Centre, de la DRAC centre, Festival Plumes d’Afrique, Région île-de-France, 2018.
  • Empreintes, duo avec le chorégraphe et danseur Miguel Nosibor. Théâtre d’Aubagne, Compagnie En Phase, CDNCD Chateauvallon, Théâtre Comoedia, La Distillerie d’Aubagne. 2015
  • Rano, rano, texte et mise en scène de Raharimanana, Compagnie SoaZara, Compagnie Notoire, Théâtre des bambous, St Benoît, La Réunion, 2014.
  • Des ruines ...mise en scène de Thierry Bedard. Création Athénor Scène nomade à Nantes, Le Forum de Blanc-Mesnil, notoire / de l’étranger(s). 2010. Maison de la Poésie à Paris. 2012.
  • Obscena, performance, de et avec Raharimanana, musique de Philippe Foch.Théâtre Athénor, Saint Nazaire / Nantes. En cours de création
  • Par la nuit, Lecture musicale / Ciné-performance. de et avec Raharimanana, musique deTao Ravao, Festival Contre-Courant, Ile de la Barthelasse, Festival d’Avignon et en ouverture du Festival du film de Rotterdam, Opéra de Rotterdam, Latérit-Production. 2009.
  • Les cauchemars du Gecko,mise en scène de Thierry Bedard. Création Festival dʼAvignon, notoire / de l’étranger(s). 2009.
  • 47, mise en scène de Thierry Bedard. Création Centre culturel Albert Camus, Tananarive Madagascar, notoire / de l’étranger(s). 2008.
  • Excuses et dires liminaires de Za, Concert, mise en voix de Thierry Bedard. Création Bonlieu, Scène nationale, Annecy, notoire / de l’étranger(s). 2008.

Prix et Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Prix Jean-Joseph Rabearivelo de poésie.
  • 1989 : Prix Tardivat International de la meilleure nouvelle de langue française (RFI, ACCT, Le Monde).
  • 1990 : Prix Tchicaya U’Tamsi du théâtre interafricain, 1990, théâtre.
  • 1998 : Grand Prix Littéraire de Madagascar (ADELF), pour Rêves sous le linceul.
  • 2011 : Prix de la Poésie, Salon du Livre insulaire d’Ouessant, pour Les cauchemars du gecko.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Danse des mots - «Revenir» de Jean-Luc Raharimanana et la puce à l'oreille de Lucie Bouteloup », RFI,‎ (lire en ligne)
  2. « Jean-Luc Raharimanana « Je regarde le monde à présent et je suis sidéré » », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  3. « L’abécédaire poétique de l’écrivain malgache Raharimanana », sur Le Monde.fr (consulté le 5 août 2018)
  4. Entretien de Anne Bocandé avec Jean-Luc Raharimanana, « "Revenir, c'est revenir vers Elle" | Africultures », Africultures,‎ (lire en ligne)
  5. Valérie Marin La Meslée, « Raharimanana : « Je portais jusqu'ici en moi la violence de mon pays » », Le Point Afrique,‎ (lire en ligne)
  6. « Littérature : « Revenir », l’histoire de Madagascar face aux crimes et aux révoltes de la colonisation – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]