Moschophore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La statue exposée à Athènes.

Le Moschophore ou Moscophore (grec moderne : μοσχοφόρος porteur de veau), est une statue grecque archaïque, datée de -550/-570, conservée au musée de l'Acropole à Athènes.

Cette statue représente un fidèle portant sur ses épaules un jeune veau destiné au sacrifice.

Cette oeuvre se distingue du schéma habituel des "kouroi".

Découverte[modifier | modifier le code]

La statue et l'Éphèbe de Critios lors de leur découverte en 1863 sur l'Acropole d'Athènes.

La statue est découverte en 1863 lors des travaux de fondation de l'ancien musée de l'Acropole à Athènes, son nom signifie « porteur de veau ». La base est découverte ensuite en 1887. Elle est enfouie dans un niveau de gravats (le « Perserschutt ») qui correspond aux destructions lors de la seconde guerre médique et du pillage de l'Acropole en -480. Avec elle on retrouve de nombreux fragments et le célèbre Éphèbe de Critios.

Description[modifier | modifier le code]

La statue mesure environ 97 cm dans son état actuel, elle a été complétée en partie avec des fragments retrouvés. Elle est en marbre de l'Hymette sur une base en calcaire. Une estimation de son état originel lui donne environ 1,65 m. soit légèrement inférieure à une représentation en grandeur nature. C'est un homme qui porte sur ses épaules un veau destiné à un sacrifice. Ayant fonction d'ex-voto, elle devait être déposée dans le premier Parthénon. Le nom dédicatoire Rhombos est connu par une inscription gravée de droite à gauche sur la base : « (Ρ)ΟΜΒΟΣ ΑΝΕΘΕΚΕΝ ΠΑΛΟΥ ΥΙΟΣ » (Rhombos, fils de Palos, l'a dédié). Ce n'est pas un kouros, car il porte une barbe.

Étude stylistique[modifier | modifier le code]

La statue est un bon exemple de la fin de la période de l'art archaïque en Grèce. La pose frontale est traitée dans un hiératisme qui rappelle la sculpture égyptienne. La jambe gauche est légèrement avancée, le corps est recouvert d'un fin linge, une chlamyde, et le visage arbore le sourire archaïque caractéristique. La statue est à rapprocher du Cavalier Rampin et montre une grande maîtrise de l'artiste qui commence à insuffler une certaine humanité à sa sculpture, annonçant les débuts de l'art classique sévère.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :