Morton Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Morton Smith en 1989.

Morton Smith, né le 29 mai 1915 et décédé le 11 juillet 1991, est un helléniste, philologue et professeur d'histoire de l'Antiquité à l'université Columbia.

Il est principalement connu pour sa découverte d'une copie controversée écrite dans les pages de garde finales de l'édition de 1646[1] par Isaac Vossius des œuvres d'Ignace d'Antioche, de ce qu'on a appelé la lettre de Mar Saba, attribuée par lui à Clément d'Alexandrie, et contenant des extraits d'un supposé "Évangile secret de Marc".

Morton Smith, alors âgé de vingt-six ans, affirme l'avoir vue et photographiée lors d'une visite de la bibliothèque du monastère de Mar Saba en 1958. La photographie existe toujours, mais le livre dans les pages de garde duquel le texte était écrit a depuis lors disparu de la bibliothèque de ce monastère et fut transféré en 1977 dans la Bibliothèque Patriarcale Grecque-Orthodoxe de Jérusalem où il ne fut plus retrouvé[2].

Les auteurs donnent à ce fragment de lettre divers noms : "la lettre de Mar Saba", "l'Évangile secret", le "fragment de Mar Saba" ou le "Theodoros".

Biographie[modifier | modifier le code]

Le monastère de Mar Saba fondé au Ve siècle.

Morton Smith naquit à Philadelphie le 29 mai 1915. Il obtint son baccalauréat auprès du Harvard College et la "Divinity School" de Harvard ainsi qu'un doctorat en philosophie (Ph.D.) de l'Université Hébraïque de Jérusalem et un doctorat en théologie (Th.D) de la "Divinity School" de Harvard. Il commença à enseigner à la "Brown University" et à la "Drew University" et fut ensuite enseignant à l'Université Columbia de New-York à partir de 1957. Il obtint son éméritat en 1985 et poursuivit néanmoins ses cours en tant que lecteur de religion jusqu'en 1990. Il mourut d'une défaillance cardiaque le 11 juillet 1991 à New-York.

L'Évangile secret de Marc[modifier | modifier le code]

L'on dit qu'à côté des ses nombreuses autres contributions philologiques, il a consacré quinze ans de recherche pour étudier sa trouvaille concernant ce qu'on a appelé l'"Évangile secret de Marc" dont un passage est cité dans cette lettre attribuée à Clément d'Alexandrie qui y critique la déformation de quelques mots du texte par les Carpocratiens. Le titre même d'un de ses livres Jésus le Magicien : Charlatan ou Fils de Dieu provoquant la polémique.

La découverte de Smith déclencha de nombreuses accusations de supercherie[3] ou de falsification allant du faux médiéval à la création de la lettre par Smith lui-même. Certains ont même fait le rapprochement avec la nouvelle de James H. Hunter publiée en 1940 The Mystery of Mar Saba[4], roman à suspens axé sur la découverte d'un faux manuscrit niant la résurrection et trouvé dans le monastère de Mar Saba.

Selon une révélation récente datant de 2003, un groupe de quatre chercheurs, les Professeurs David Flusser et Shlomo Pines, tous deux de l'Université hébraïque de Jérusalem, l'Archimandrite Meliton du Patriarcat et G.A.G. Stroumsa, qui était encore à l'époque un étudiant gradué de Harvard, ont visité en 1976 Mar Saba et vu le manuscrit. C'est G.A.G. Stroumsa qui a publié en 2003 une relation de cette visite[5] qui eut lieu un an avant le transfert de la lettre au Patriarcat.

Malgré les nombreuses accusations de falsification concernant cette découverte, Morton Smith n'en était pas moins considéré comme un chercheur universitaire de qualité et dès 1980, la lettre de Mar Saba fut inclue dans l'édition critique standard des œuvres de Clément d'Alexandrie par Otto Stählin et Ursula Treu[6].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Tannaitic Parallels to the Gospels (1951)
  • The Ancient Greeks (1960)
  • Heroes and Gods: Spiritual Biographies in Antiquity (en collaboration avec Moses Hadas) (1965)
  • Palestinian Parties and Politics That Shaped the Old Testament (1971)
  • Clement of Alexandria and a Secret Gospel of Mark (1973)
  • The Secret Gospel (1973)
  • The Ancient History of Western Civilization (en collaboration avec Elias Bickerman) (1976)
  • Jesus the Magician: Charlatan or Son of God? (1978)
  • Hope and History (1980)
  • Studies in the Cult of Yahweh. Vol. 1. Historical Method, Ancient Israel, Ancient Judaism. Vol. 2. New Testament, Early Christianity, and Magic (édité par Shaye J. D. Cohen) (1996)
  • What the Bible Really Says (en collaboration avec R. Joseph Hoffmann) (1992)).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Daniel Kaestli, Évangile secret de Marc, dans : Écrits apocryphes chrétiens, t. I, 1997, Gallimard, collection "La Pléiade", pp. 57-59, avec texte traduit du grec : pp. 63-69.
  • Stephen C. Carlson, The Gospel Hoax, Baylor University Press, 2005.
  • Scott G. Brown, Mark's Other Gospel, Wilfrid Laurier, 2005.
  • Scott G. Brown, Factualizing the Folklore: Stephen Carlson's case against Morton Smith, Harvard Theological Review, July 1, 2006.
  • Peter Jeffery, The Secret Gospel of Mark Unveiled, Yale University Press, 2006.
  • Charles W. Hedrick et Nikolaos Olympiou, Secret Mark, in The Fourth R 13:5 (2000): 3–11, 14–16. Avec des photos en couleur du manuscrit.
  • Gedaliahu A. G. Stroumsa,Comments on Charles Hedrick’s Article: A Testimony, Journal of Early Christian Studies 11:2 (2003): 147–53. L'auteur y révèle que quatre universitaires ont été vérifier ensemble l'existence du manuscrit et l'ont vu dans la bibliothèque de Mar Saba.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Epistolae Genuinae S. Ignatii Martyris ... Adduntur S. Ignatii epistolae quales vulgo circumferuntur. Ad haec S. Barnabae epistola. Accessit universis translatio vetus, edidit Isaac Vossius, Amstelodami : Apud I. Blaeu, 1646, in-4°.
  2. What happened to the copy of Clement's letter?
  3. Stephen C. Carlson, The Gospel Hoax: Morton Smith's Invention of Secret Mark.
  4. Hypotyposeis: The Mystery of Mar Saba
  5. Gedaliahu A. G. Stroumsa, "Comments on Charles Hedrick's article: a testimony", Journal of Early Christian Studies 11.2 (Summer 2003), pp 147-53.
  6. Otto Stählin et Ursula Treu, Clemens Alexandrinus, vol. 4.1: Register, 2d éd. (Berlin:Akademie-Verlag, 1980), XVII–XVIII.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]