Monnaies liégeoises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les monnaies liégeoises étaient les monnaies utilisées de 980 à 1785 dans la principauté de Liège.

Historique[modifier | modifier le code]

Au commencement du Xe siècle, l'empereur Louis IV donna aux évêques de Liège le droit de frapper monnaie ou plutôt les émoluments de l'atelier monétaire jus telonei et monetae, à Maastricht in Trajecto. En 985, Otton ajouta à cette libéralité la permission d'avoir une monnaierie in loco fossis nuncupato. Postérieurement les ateliers monétaires des évêques de Liège se multiplièrent à Huy, à Thuin, à Duisbourg, à Tongres et à Hasselt. Dans une foule de localités il y a donc une monnaie épiscopale qui à dater de 900 environ est frappée au type impérial. À la fin du même siècle l'évêque Notger met le premier sa propre effigie sur son numéraire. À dater de cette époque les monnaies liégeoises ont une grande variété de types, les prélats représentés d'abord de face et la tête nue sont ensuite mitrés et de profil. Les revers font voir la cathédrale, elle-même une crosse entre deux étoiles posée sur des degrés un aigle un cheval attaché à un arbre deux oiseaux becquetant, une grappe de raisin, un lion, un perron accosté de deux lis, un évêque debout le nom de l'empereur régnant figure quelquefois dans l'une des légendes[1].

Dans le pays de Liège, on peut par la suite compter trois espèces différentes de monnaies, celle des évêques, celle des communes et celle des feudataires. C'est un fait hors de doute que les petits feudataires liégeois comme les puissants battaient monnaie dans leurs seigneuries mais elle n'avait souvent cours que dans l'étendue de leur juridiction[2].

Monnaie liégeoise d'Ernest de Bavière
Patagon(?) liégeois de Maximilien-Henri de Bavière. 1663

Le Saint Empire avait un droit général d'inspection sur le système monétaire ainsi que l'avait statué en 1570 la diète de Spire. Le pays de Liège ressortissant du cercle de Westphalie, c'était à Cologne que deux fois l'an, le 1er mai et le 1er octobre, on procédait à l'examen des monnaies des feudataires c'est-à-dire qu'on y vérifiait jusqu'à quel point l'exercice du droit de battre monnaie leur était permis. En 1582, Ernest de Bavière députa à Cologne près de la commission impériale, l'un de ses conseillers qui démontra l'étendue des privilèges de son souverain[3].

Les monnaies d'or consistaient en ducats et en florins ou ducatons d'or.

Le patagon des Pays-Bas espagnols, dont une version sera frappée à Liège par Maximilien-Henri de Bavière[4] est inspiré du thaler du Saint-Empire romain germanique et reproduit un format de monnaie en argent qui se propagera partout dans le monde.

C’est sous le règne d'Maximilien-Henri de Bavière, en 1622, qu'est introduit à Liège le balancier pour frapper monnaie. Il y avait aussi en 1681 dans la manufacture de Liège, un moulin pour la fabrication des flans monétaire[réf. nécessaire].

Types de monnaie[modifier | modifier le code]

  • Blanmûse (« plaquette » ou « demi-escalin », du néerlandais blammuyser) : cinq sous, un quart de florin

Monnaies en cuivre[modifier | modifier le code]

  • Broûlé : par exemple de 12 sous, de 16 sous...
  • Çans (« cent ») : cent (centième du florin hollandais) ; après 1830, pièces de 1 et 2 centimes de franc
  • Êdant (« liard ») : valeur d'un quart de sou (le liard est une monnaie de cuivre qui est en vigueur en France, dans les Pays-Bas espagnols (la future Belgique) et dans la principauté de Liège)
  • Patår (« patard ») : sou liégeois (un dixième d'escalin, 4 liards)

Monnaies en argent[modifier | modifier le code]

  • Cårlus (« carolus » ou « double escalin ») : valeur de deux escalins (20 sous de Liège) ; un florin Brabant-Liège (le carolus est une pièce frappée à l'effigie de Charles Quint; le sol ou sou est une monnaie qui est restée longtemps en usage, en dernier lieu, elle représentait la vingtième partie d'un franc; en Belgique, une pièce de cinq francs était appelée "cent sous").
  • Ducaton liégeois (pièces d'argent)
  • Patacon (« patagon ») : écu liégeois (8 escalins) voir aussi patacón ;
  • Skèlin (« escalin », de l'ancien anglais skilling) : valeur de dix sous (le mot d'ancien anglais "skilling" est l'ancêtre du mot "shilling")

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anatole de Barthélémy, Nouveau manuel complet de numismatique du Moyen Âge et moderne, Librairie Encyclopédique de Roret, , 464 p. (lire en ligne)
  • Jean-Luc Dengis, Les monnaies de la principauté de Liège, Wetteren, Collection Moneta, 2006-2007
  • Hubert Frère, « Le droit de monnaie de l'évêque de Liège », Revue numismatique, vol. 6, no 8,‎ , p. 70-88 (lire en ligne)
  • Jean Haust, Dictionnaire Liégeois, Liège, Vaillant-Carmanne, , 733 p., 25 cm (OCLC 2513183) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ferdinand Henaux, Essai sur l'histoire monétaire du pays de Liège, J. Desoer, , 56 p. (lire en ligne)
  • André Mignolet, Les monnaies de la principauté de Liège : Description commentée des monnaies gravées dans l’ouvrage du baron de Chestret de Haneffe, Van der Dussen, , 126 p.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]