Modalisateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Modalisateurs)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En linguistique, un modalisateur est un moyen par lequel le locuteur manifeste la manière dont il envisage son propre énoncé[1].

Au sens large, le modalisateur peut être tout moyen morphologique, lexical, syntaxique ou intonatif par lequel se manifeste l’attitude du locuteur au sujet de ce qu’il dit[2].

Au sens restreint, le modalisateur est un mot ou un groupe de mots, adverbe ou locution adverbiale à l’origine, c’est-à-dire pouvant remplir une fonction syntaxique spécifique à l’adverbe, mais qui dans certains cas ne remplit pas une telle fonction. Dans ces cas, par contre, il exprime la subjectivité du locuteur, son attitude, son rapport cognitif, affectif, volitif à ce qu’il dit. Ainsi, le modatlisateur peut exprimer la certitude, l’incertitude, l’atténuation, la probabilité, le renforcement de l’énoncé, la satisfaction, le soulagement, etc.

Délimitation du modalisateur au sens restreint[modifier | modifier le code]

Modalisateur et adverbe[modifier | modifier le code]

Dans les grammaires traditionnelles déjà, on a constaté que les adverbes étaient une classe lexico-grammaticale hétérogène[3],[4].

À partir des années 1960, quand la linguistique s’est de plus en plus orientée vers une approche pragmatique[5], dans des grammaires de diverses langues, on a délimité, dans le cadre des adverbes, une sous-classe de ceux dont le rôle est de modifier le sens de la phrase dont ils font partie en exprimant un jugement subjectif du locuteur au sujet de son propre énoncé : certitude, doute, satisfaction, étonnement, etc. L’appellation de cette sous-classe n’est pas unitaire.

Dans des ouvrages en français, on trouve des termes comme :

  • adverbe de phrase ou adverbe modal : Heureusement, il n’a pas plu à la cérémonie[6] ;
  • adverbe d’énonciation : Sincèrement, je suis content[7] ;
  • adverbe modalisateur ou adverbe de modalité : Bien sûr, cela n’a rien de nouveau[8] ;
  • modalisateur : peut-être, sans doute (appelés adverbes), à ce que je crois, selon moi (appelés incidents)[1].

En anglais aussi on utilise plusieurs termes pour dénommer cette espèce d’adverbe :

  • sentence-modifying adverb « adverbe modificateur de phrase » : I certainly think so « Je le pense, bien sûr »[9] ;
  • sentence-modifying adverbial « adverbe modificateur de phrase » : Perhaps he will come « Il viendra peut-être »[10] ;
  • sentence adverb « adverbe de phrase » : Frankly, I don't care about your problems « Sincèrement, tes problèmes, je m’en fous »[11] ;
  • sentence adverbial « adverbe de phrase » ou adsentential : He’s probably been sick for a long time « Il a sans doute été malade pendant longtemps »[12] ;
  • disjunct (adverb) « adverbe disjoint »: Hopefully the rain will end soon « Espérons que la pluie va cesser bientôt »[13] ;
  • modal adverb « adverbe modal » : That surely would improve with time « Ça va sûrement s’améliorer avec le temps »[14] ;
  • sentence modifier adverb « adverbe modificateur de phrase » ou sentence connector adverb « adverbe connecteur de phrase » : Actually… I think she was right « En fait, je pense qu’elle avait raison »[3].

Dans des grammaires de l’allemand, un tel adverbe est appelé Satzadverb « adverbe de phrase » : Ich kann leider nicht kommen « Malheureusement, je ne peux pas venir »[15].

Dans des grammaires d’autres langues, par exemple du hongrois, de tels mots sont nettement délimités des adverbes, le modalisateur étant considéré comme une partie du discours à part. La délimitation a été faite par l’analyse du comportement de mots considérés traditionnellement comme adverbes, dans deux situations différentes : lorsqu’ils répondent à la question comment ?, ayant par conséquent la fonction de complément circonstanciel de manière, et quand ils ne peuvent répondre à cette question, n’étant donc pas des compléments de manière ni un autre terme de la phrase. Par exemple, dans la phrase (hu) Géza biztosan talált be a belső körbe « Géza a atteint avec assurance le cercle intérieur de la cible », biztosan est un adverbe complément de manière, mais dans Géza biztosan betalált a belső körbe « Géza a sûrement atteint le cercle intérieur de la cible », c’est un modalisateur, mot sans fonction syntaxique mais avec une fonction modale, celle d’exprimer la certitude du locuteur au sujet de ce qu’il affirme[16].

Modalisateur et particule[modifier | modifier le code]

Dans certaines grammaires d’autres langues, par exemple celles du diasystème slave du centre-sud, on considère la particule comme une partie du discours à part, et le modalisateur y est inclus d’une façon ou d’une autre. Parfois il apparaît comme une sous-classe des particules, par exemple dans Čirgić 2010, avec l’appellation de particule modale ou de modifikator[17], ou dans Moldovan 1996, nommé particule modale. Exemple : Ceo dan učiš, sigurno si umoran « Tu étudies toute la journée, tu es sûrement fatigué »[18]. Ailleurs, le modalisateur est inclus parmi les particules sans appellation à part, mais seulement avec la description de sa fonction : On to, naravno, nije ni mogao znati « Naturellement, il ne pouvait même pas le savoir »[19]. Toutefois, Klajn 2005, par exemple, n’inclut pas le modalisateur parmi les particules, mais les traite comme des adverbes de phrase au chapitre sur l’adverbe : Ukratko, cilj je postignut « Bref, le but a été atteint »[20].

Dans des grammaires du hongrois, jusqu’aux années 1990, c’est le modalisateur qui a inclus les particules[21]. Par la suite, certains linguistes ont délimité le modalisateur de la particule, considérant celle-ci comme une partie du discours à part. Kugler 2001 distingue ces deux classes par leur degré d’autonomie différent. Son argument est que le modalisateur peut non seulement être inclus dans une phrase proprement-dite [(hu) Géza biztosan eltalálta a célt « Géza a sûrement atteint la cible »], mais aussi constituer un mot-phrase qui répond à une question totale, comme le font oui ou non : – Géza eltalálta a célt? – Biztosan. « – Est-ce que Géza a atteint la cible ? – Sûrement. » Par contre, la particule ne peut fonctionner ainsi, mais seulement incluse dans une phrase toujours sans fonction syntaxique (à comparer avec donc, dans la phrase Taisez-vous donc à la fin ![22]).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dubois 2002, p. 305.
  2. Dubois 1969, p. 105, cité par TLFi, article modalisation, dér. 1.
  3. a et b Crystal 2008, p. 14.
  4. Bussmann 1998, p. 22.
  5. Möllering 2001, p. 130.
  6. Molinier 2000, p. 48.
  7. Anscombre 1990, p. 30.
  8. Dumont 2009, p. 4.
  9. Sweet 1927, p. 125, cité par Guimier 1988, p. 235.
  10. Jacobson 1964, p. 28, cité par Guimier 1988, p. 238.
  11. The Internet Grammar of English.
  12. Bussmann 1998, p. 1060.
  13. Merriam-Webster Dictionary, article hopefully.
  14. Simon-Vandenbergen 2007, p. 138.
  15. canoonet, page Das Satzadverb « L’adverbe de phrase ».
  16. Kugler 2001, p. 233.
  17. Čirgić 2010, p. 229 (grammaire monténégrine)
  18. Moldovan 1996, p. 130 (grammarie serbe).
  19. Barić 1997, p. 282 (grammaire croate).
  20. Klajn 2005, p. 153 (grammaire serbe).
  21. Cf. Balogh 1971, p. 180-181, Nagy 1980, p. 87.
  22. Fónagy 2006, p. 183, qui voit donc comme une particule modale.

Sources bibligraphiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]