Mission Foureau-Lamy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La mission Foureau-Lamy est une exploration scientifique et militaire française réalisée entre 1898 et 1900 à travers le Sahara et en direction du Soudan français. Elle fait suite à la mission organisée par Paul Flatters et qui s'est terminée tragiquement en 1881 dans le sud algérien.

Mission Foureau-Lamy

But et organisation de la mission[modifier | modifier le code]

Elle est menée par le géographe et explorateur Fernand Foureau et le commandant François Joseph Amédée Lamy, tous deux grands connaisseurs du Sahara algérien. Elle verra la mort le 22 avril 1900 de François Joseph Amédée Lamy lors de la bataille de Kousseri, à proximité du lac Tchad.

En grande partie organisée par Fernand Foureau qui souhaitait poursuivre son exploration du Sahara jusqu'au lac Tchad, l'expédition fut montée en mars 1898 avec le soutien de l'État français afin notamment de ne pas laisser le Sahara sous emprise touareg et de laver l'honneur de Paul Flatters, tué à Bir el-Garama en 1881. La Mission Foureau-Lamy fait partie des trois missions conjointes organisées par les Français vers le lac Tchad au même moment et au départ des trois grands ports coloniaux français d'Afrique :

Plus de 350 personnes participèrent à cette expédition composée quasi entièrement de militaires, notamment tirailleurs algériens. Il était prévu que la mission Foureau-Lamy devait rejoindre dans les environs de Zinder (actuellement au Niger) la mission Voulet-Chanoine puis, au sud de l'actuel Tchad, Emile Gentil.

Déroulement de la mission[modifier | modifier le code]

Après avoir débarquée à Alger, l'expédition prit son véritable départ des faubourgs d'Ouargla, plus précisément de l'oasis de Sedrata, le 23 octobre 1898 et prit la route du sud en longeant le grand erg oriental. Après environ 600 km de route, la mission entama la traversée du massif du Tassili n'Ajjer, après ravitaillement au puits de Ain El Hadjadj. La traversée du Tassili n'Ajjer, excessivement difficile et périlleuse, notamment à cause des éboulements, forts dénivelés et grands froids, fut la première grande réussite de la mission car la zone était encore largement inconnue et mal cartographiée.

La route des explorateurs prend ensuite la direction du massif du Hoggar et à la fin du mois de janvier 1899 ils atteignent le puits de Bir el-Garama où fut tué en 1881 Paul Flatters. La suite du voyage en direction de ce qui est maintenant la frontière nigérienne et à travers le désert du Ténéré fut excessivement difficile de par le manque d'eau, la vitesse imposée par les militaires et la mort de la plus grande partie des chameaux.

Au puits de In Azaoua, ils construisirent le Fort Flatters puis prirent le chemin du massif de l'Aïr pour arriver à Iférouane dans un décor plus verdoyant, mais en bute à l'hostilité déclarée de la population locale. Début mars, alors que l'expédition reprend la route du sud, une attaque est repoussée sans grandes difficultés.

La traversée de l'Aïr se passa difficilement, sous la menace constante d'une attaque, et l'expédition atteignit Agadez en juillet 1899, ville qu'elle dut pacifier et occuper militairement. Après 3 mois de repos, l'expédition quitta définitivement le désert pour s'enfoncer dans le Sahel et arriva à Zinder le 3 novembre.

L'expédition devient alors strictement militaire et le commandant Lamy en prend la totale direction et se regroupe avec les restes de la mission Voulet-Chanoine, eux-mêmes ayant été tués dans des circonstances troubles à la suite de massacres perpétrés à l'encontre des populations locales.

Après avoir conquis la zone de Maradi, le commandant Lamy prend la route de l'Est en décembre 1899 et atteint le Lac Tchad après avoir fait jonction entre Maradi et N'guimi avec les troupes de la mission Joalland-Meynier, partie en reconnaissance à la suite du désastre de la mission Voulet-Chanoine.

Fin de la mission et fondation de Fort Lamy[modifier | modifier le code]

Le 22 avril 1900, alors que la mission Foureau-Lamy a fait sa jonction avec les troupes d'Émile Gentil venues du Congo et compte plus de 1 300 hommes, est livrée la bataille de Kousseri contre Rabah. La victoire française signe la fin du royaume Bornou mais le commandant Lamy est tué. En son honneur, Émile Gentil fonde sur la rive droite du Chari la ville de Fort Lamy qui deviendra la capitale du Tchad. La mission Foureau-Lamy se termine et Fernand Foureau regagne la France en octobre 1900. Émile Gentil devient commissaire du gouvernement et chef de ce qui deviendra l'Afrique-Équatoriale française.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Mission Foureau-Lamy et l'arrivée des Français au Tchad, 1898-1900 : carnets de route du lieutenant Gabriel Britsch
  • Gabriel Galland, Vingt mois au pays de la soif : la mission saharienne Foureau-Lamy, octobre 1898-mai 1900
  • Jean Dubief, L'Ajjer, Sahara Central