Minoxidil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Minoxidil
Structure chimique en 2 dimensions et structure moléculaire en 3 dimensions du Minoxidil
Structure chimique en 2 dimensions et structure moléculaire en 3 dimensions du Minoxidil
Structure chimique en 2 dimensions et structure moléculaire en 3 dimensions du Minoxidil
Identification
Nom UICPA 6-(1-pipéridinyl)pyrimidine-2,4-diamine 3-oxyde
Synonymes

6-(1-pipéridinyl)-2,4-pyrimidinediamine 3-oxyde

No CAS 38304-91-5
No EINECS 253-874-2
No RTECS UV8200000
Code ATC C02DC01, D11AX01
DrugBank DB00350
PubChem 4201
ChEBI 6942
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C9H15N5O  [Isomères]
Masse molaire[2] 209,2483 ± 0,0096 g/mol
C 51,66 %, H 7,23 %, N 33,47 %, O 7,65 %,
pKa 4,61[1]
Propriétés physiques
fusion 248 °C[1]
262−280 °C (dec.)[3]
272−274 °C (dec.)[4]
Solubilité eau : 2,200 g/L[1]
Précautions
SGH[3],[4]
SGH06 : Toxique
H302, H311, H315, H319, H330, H335, P260, P261, P310, P320, P338, P361, P405, P501,
Directive 67/548/EEC[3],[4]
Toxique
T



Données pharmacocinétiques
Métabolisme Métabolisé à 85 % par le foie (glycuronides)
Demi-vie d’élim. 4 heures
Excrétion

Voie rénale : 15 % sous forme inchangée et 85 % sous forme de métabolites (glycuronides)

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le minoxidil est un médicament antihypertenseur et vasodilatateur périphérique puissant à action directe[5],[6], indiqué dans le traitement de l'hypertension artérielle sévère[5], en dernier recours après échec des autres antihypertenseurs. Il est également prescrit en application locale pour certaines formes d'alopécie androgénique, sous réserve d'absence d'antécédents médicaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Fin des années 1950 à 1965 : découverte du minoxidil[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950, l'entreprise pharmaceutique Américaine the Upjohn Company[7] située au Michigan (devenu plus tard une partie de Monsanto et Pfizer [8],[9],[10]), fait des essais en laboratoires pour traiter les ulcères[11],[12]. L'entreprise porte son intérêt sur un composé chimique de synthèse dérivé d'acide barbituriques[13],[14],[15], lui-même dérivé de la pyrimidine[16],[10]. Dans les premiers essais utilisant des chiens, le composé chimique ne guérit pas les ulcères, mais s'avère être un puissant vasodilatateur[11],[12],[10].

L'entreprise synthétise plus de 200 variations dérivées de ce composé chimique, y compris celui qu'elle développera entre 1963 et 1965, qu'elle nommera minoxidil[10],[11],[12].

De 1967 à 1979 : tests cliniques et nouvelle application[modifier | modifier le code]

En 1967, la FDA (Food and Drug Administration) autorise l'entreprise Upjohn à faire des tests cliniques sur les êtres humains[11],[12],[10]. L'entreprise engage le Docteur Charles Chidsey, Professeur agrégé de médecine à l'Université du Colorado School of Medicine de Denver, afin de mener deux études cliniques sur des patients atteints de troubles cardio-vasculaires.

A la fin de l'année 1967 / 1968, le Docteur Chidsey débute sa première étude[10],[17],[11],[12].

Entre 1970 et 1971, durant la deuxième étude, le Docteur constate que certains patients sous minoxidil présentent comme effet secondaire, un développement pileux sur l'ensemble du corps et un recul d'alopécie androgénétique. Il consulte plusieurs collègues endocrinologues et dermatologues, afin de déterminer son origine. L'origine hormonale étant écartée, il consulte le Docteur Guinter Kahn, qui est dermatologue travaillant dans le même établissement, sur une possible utilisation du minoxidil pour un traitement de l'alopécie androgénétique[10],[18],[11],[12].

Le Docteur Chidsey obtient de l'entreprise Upjohn, une autorisation de délivrer du minoxidil pure au Docteur Kahn afin d'étudier cet effet secondaire, avec comme condition de mener ces recherches sous le contrôle du Docteur Chidsey[10].

En 1973, après de nombreuses expériences, le Docteur Kahn aidé de son collègue le Docteur Grant, obtiennent des résultats satisfaisants sur un patient présentant une alopécie, en utilisant une solution de 1 % de minoxidil dissout dans de l'alcool puis appliquée quotidiennement sur le cuir chevelu du patient. Cependant ils n'informent pas le Docteur Chidsey de ces résultats[10],[11],[12].

En 1974, le Docteur Kahn et le Docteur Grant essayent de breveter discrètement leurs travaux, mais ils constatent que l'entreprise Upjohn a breveté le même médicament en utilisant la majorité de leur recherches, et seul le nom du Docteur Chidsey est inscrit sur le brevet[10],[11],[12].

De 1979 à 1986 : lancement de Loniten[modifier | modifier le code]

En 1979, pendant que le Docteur kahn bloque le brevet depuis 5 ans, l'entreprise Upjohn obtient une autorisation de mise sur le marché du médicament Loniten, destiné aux malades souffrant d'une hypertension artérielle sévère[19],[10],[11],[12].

Le médicament se présente sous forme comprimés sécables (en tablettes de 2,5mg et 10mg) à administrer par voie orale. Il est composé de minoxidil et d’excipients tel que: cellulose microcristaline, amidon de maïs, lactose, stéarate de magnésium, dioxyde de silicium[19].

De 1986 à 1995 : lancement de Rogaine[modifier | modifier le code]

En 1986, la longue bataille administrative qui a duré plusieurs années opposant le Docteur Kahn à l'entreprise Upjohn prend fin. Le docteur obtient un accord lui permettant de faire inscrire son nom sur le brevet (US # 4,596,812 Charles A Chidsey, III et Guinter Kahn). Il obtient également de l'entreprise un pourcentage sur les chiffres d'affaires[10],[11],[12]. Le brevet appartenant désormais à l'entreprise Upjohn[10].

Le 18 août 1988, une autorisation de mise sur le marché est accordée au médicament Rogaine à 2 % de minoxidil, indiqué dans le traitement de l'alopécie androgénétique chez les hommes[20] ,[21] (il sera distribué en Europe sous le nom de Regaine et en France sous les noms de Alostil et Regaine). Le médicament se présente sous forme liquide en flacon de 60 ml et muni d'une pipette graduée. Il est composé de minoxidil, propylène glycol, alcool, eau purifiée.

En 1991, les ventes du médicament Rogaine restent au plus bas depuis 3 ans, les patients ne s'y intéressent pas[22]. L'image de l'entreprise Upjohn est ternie par une affaire sur un autre médicament, pour lequel plus d'une centaine de poursuites sont engagées contre l'entreprise[23],[22]. Elle entreprend ensuite pour Rogaine la troisième campagne publicitaire la plus chère du monde pour un médicament, à 50 millions de dollars[22]. L'entreprise fait également du démarchage auprès des médecins pour promouvoir son médicament Rogaine, mais la FDA désapprouve ces méthodes[22]. Elle réussit également à obtenir une autorisation pour rendre son médicament Rogaine disponible aux femmes souffrant d'une alopécie androgénétique [21],[24]. Puis la campagne publicitaire fonctionne et les ventes augmentent de 30 %[22], mais les prix du médicament Rogaine restent élevés[24].

De 1995 à 2005 : fusions consécutives[modifier | modifier le code]

En 1995, l'entreprise Upjohn fusionne avec l'entreprise pharmaceutique Pharmacia AB et deviennent un grand groupe pharmaceutique mondial. Dans plusieurs domaines parmi lesquels, les médicaments destinés aux êtres humains et aussi ceux destinés aux animaux. Le nouveau groupe prend le nom de Pharmacia & Upjohn[8].

Le 12 février 1996, les droits de brevet du médicament Rogaine détenus par l'entreprise Pharmacia & Upjohn ayant expirés, la FDA autorise la mise sur le marché de médicaments génériques de Rogaine[20]. L'entreprise Pharmacia & Upjohn verse plus de 33 millions de dollars au Docteur Kahn, sur un chiffre d'affaires de plus de 700 millions de dollars de bénéfices sur ses ventes du médicament Rogaine[10].

En 1997, l'entreprise Pharmacia & Upjohn réagit a cette perte de brevet en diminuant de moitié les prix de ses médicaments, et parvient à obtenir une autorisation de mise sur le marché du médicament Rogaine à 5 % de minoxidil[20],[12],[21].

En avril 2000, l'entreprise Pharmacia & Upjohn fusionne avec le géant des produits chimiques Monsanto et devient un leader mondial en produits chimiques et pharmaceutiques. Le nouveau groupe prend le nom de Pharmacia[8].

Le 16 avril 2003, l'entreprise Pharmacia fusionne avec le géant des produits pharmaceutiques Pfizer Inc, pour ainsi devenir le plus grand groupe pharmaceutique et de produits chimiques du monde. Le nouveau groupe prend le nom de Pfizer[8].

Le 30 juin 2005, la vente du médicament Loniten est arrêtée sous la marque Pharmacia & Upjohn[19], et continue sous la marque Pfizer[25],[26] ,[27](il sera distribué dans d'autres pays dont la France sous le nom de Lonoten par Pfizer[28]). Durant sa période de mise sur le marché de 1979 à 2005, plus de 150 patients sont décédés de causes diverses suite à l'absorption du médicament Loniten. Les autopsies des patients ont révélés des lésions des muscles papillaires du cœur et des nécroses sous-endocardiques (signes d'infarctus du myocarde)[19].

De 2007 à de nos jours : Johnson & Johnson achète Rogaine[modifier | modifier le code]

En 2007, l'entreprise pharmaceutique Américaine Johnson & Johnson acquière le médicament Rogaine (elle acquière également Regaine et Alostil), lors d'un achat d'une partie des médicaments de Pfizer pour 17 milliards de dollars[29],[30].

En 2008, mise sur le marché du médicament Rogaine en version mousse indiqué chez les hommes[31].

En 2014, mise sur le marché du médicament Rogaine en version mousse indiqué chez les femmes[31].

En France[modifier | modifier le code]

De 1983 à 1987 : entrée du minoxidil sur le territoire national[modifier | modifier le code]

Le 10 janvier 1983, une autorisation de mise sur le marché français est accordée au médicament lonoten[5].

Le 8 février 1983, le minoxidil sous toutes ses formes ainsi que ses dérivés, est inscrit sur la liste du tableau A des substances vénéneuses de la médecine humaine par l'arrêté du 8 février 1983[32].

Le 24 décembre 1986, une autorisation de mise sur le marché est accordée au médicament Regaine à 2 % de minoxidil pour application locale en flacon de 60 ml (sa commercialisation en France sera arrêtée le 27 mars 2009)[33], ainsi qu'une autorisation de mise sur le marché du médicament Alostil à 2 % de minoxidil pour application locale en flacon de 60 ml[34].

Le 13 janvier 1987, le minoxidil sous forme topique ainsi que ses dérivés, sont inscrits sur la liste du tableau C des substances vénéneuses de la médecine humaine par l'arrêté du 13 janvier 1987[32].

Le 14 décembre 1987, 4 autorisations de mise sur le marché sont accordées le même jour pour:

  • Le médicament "Minoxidil Cooper" à 2 % de minoxidil, pour application locale en flacon de 60 ml et distribué par l'entreprise Coopération Pharmaceutique Française[35].
  • Le médicament "Minoxidil Sinclair" à 2 % de minoxidil, pour application locale en flacon de 60 ml et distribué par l'entreprise pharmaceutique Sinclair Pharma France[36].
  • Le médicament "Minoxidil RPG" à 2 % de minoxidil, pour application locale en 30 ampoules de 1 ml chacune et distribué par l'entreprise pharmaceutique Ranbaxy Pharmacie Génériques[37].
  • Le médicament "Minoxidil CS" à 2 % de minoxidil, pour application locale en 30 ampoules de 1 ml chacune et distribué par l'entreprise pharmaceutique CS[38].

De 1990 à 2001 : nouvelles législations et interdiction cosmétique[modifier | modifier le code]

Le 22 février 1990, une modification des arrêtés du 8 février 1983 et du 13 janvier 1987 est faite par l'arrêté du 22 février 1990[39] toujours en vigueur, qui simplifie les classements des substances vénéneuses en deux listes: la liste I et la liste II, qui comprend les substances classées dangereuses nécessitant une surveillance médicale, et les substances susceptibles de présenter directement ou indirectement un danger sur la santé. Le minoxidil est classé sur les deux listes.

Le 6 février 2001, le minoxidil sous toutes ses formes ainsi que ses dérivés, est inscrit sur la liste des substances interdites en France entrant dans la composition des produits cosmétiques, par l'arrêté du 6 février 2001[40].

De 2005 à 2009 : entrée du minoxidil pour application locale dosé à 5 %[modifier | modifier le code]

Le 12 janvier 2005, une autorisation de mise sur le marché est accordée au médicament "Minoxidil Sandoz Conseil" à 5 % de minoxidil, pour application locale en flacon de 60 ml et distribué par l'entreprise pharmaceutique Sandoz[41].

Le 21 juin 2005, une autorisation de mise sur le marché est accordée au médicament "Minoxidil Bailleul" à 5 % de minoxidil, pour application locale en flacon de 60 ml et distribué par l'entreprise pharmaceutique Laboratoires Bailleul[42].

Les autres groupes pharmaceutiques possédant déjà des médicaments à applications locales dosés à 2 % de minoxidil, obtiendront également après cette date une AMM pour des traitements dosés à 5 % de minoxidil.

De 2009 à 2012 : interdiction cosmétique Européenne[modifier | modifier le code]

Le 30 novembre 2009, le minoxidil sous toutes ses formes ainsi que ses dérivés, sont inscrits sur la liste des substances interdites dans l'Union Européenne entrant dans la composition des produits cosmétiques par l'article du règlement (CE) N°1223/2009 du parlement européen et du conseil du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques[43].

De 2012 à nos jours : législations complémentaires[modifier | modifier le code]

le 25 janvier 2012, une autorisation partielle est accordée au minoxidil sous sa forme topique à la prescription sans ordonnance[44], mais il demeure inscrit sur la liste des substances vénéneuses[39].

Le médicament Lonoten est remboursé par la sécurité sociale à hauteur de 65 %[5],[45]et ne dispose d'aucun médicament générique[45]. Son prix ne peut pas être modifié par les pharmaciens[46], puisqu'il est inscrit sur la liste des médicaments remboursables[5].

Le médicament pour application locale n'est pas remboursé par la sécurité sociale[47]. Il est disponible sous différentes versions génériques depuis que l'entreprise Pharmacia & Upjohn a perdu les droits de brevet en 1996[10]. Les pharmaciens sont libres de fixer son prix[47].

Le minoxidil, qu'il soit sous forme topique à application locale, ou sous forme comprimée par voie orale, est un médicament potentiellement dangereux pour la santé[3]. En tant que médicament, sa vente en France est strictement réservée aux pharmacies françaises[48],[49],[50] inscrites sur la liste de l'Ordre national des pharmaciens[49],[50], et interdite aux moins de 18 ans[44].

Mécanisme d'action sur le follicule pileux[modifier | modifier le code]

Le mécanisme d'action complet du minoxidil demeure inconnu sur le corps humain[51].

Le minoxidil active l'ouverture du canal potassique, provoquant une hyperpolarisation de la membrane cellulaire. Cela peut provoquer la perte des follicules dans la phase télogène, qui sont ensuite remplacés par de nouveaux follicules dans la phase anagène . Le minoxidil est converti par sulfatation via sulfotransférase enzyme SULT1A1 à sa forme active, le sulfate de minoxidil. Plusieurs études ont démontré que l'activité de la sulfotransférase dans les follicules pileux anticipe la réponse du minoxidil dans le traitement de l'alopécie androgénétique[52],[53],[54],[55].

Le minoxidil est moins efficace lorsqu'il y a une grande zone de perte de cheveux. En outre, son efficacité a été largement démontrée chez les hommes dont la perte de cheveux à débutée depuis moins de 5 ans. Deux études cliniques sont menées aux États-Unis, pour concevoir un dispositif médical qui pourrait permettre aux patients, de déterminer s'ils sont susceptibles d'échouer au traitement de minoxidil avant de le commencer[56].

Propriétés pharmacodynamiques[modifier | modifier le code]

  • Le mécanisme précis d'action n'est pas connu[57].

Propriétés pharmacocinétiques[modifier | modifier le code]

Le minoxidil, lorsqu'il est appliqué par voie topique, n'est que faiblement absorbé: une quantité moyenne de 1,4 % (pour des valeurs allant de 0,3 à 4,5 %) de la dose appliquée parvient à la circulation générale. Ainsi pour une dose de 1 ml de solution à 2 % (soit une application sur la peau de 20 mg de minoxidil), la quantité de minoxidil absorbée correspond à environ 0,28 mg. A titre de comparaison, lorsqu'il est administré par voie orale dans le traitement de certaines hypertension, le minoxidil est pratiquement complètement absorbé à partir du tractus gastro-intestinal. Il a été montré par ailleurs que la plus petite dose de minoxidil administrée par voie I.V. induisant des effets hémodynamiques cliniquement significatifs chez des patients ayant une hypertension légère à modérée est de 6,86 mg.[57].

Traitement de la chute de cheveux[modifier | modifier le code]

Appliqué sur le cuir chevelu, le minoxidil stimule la croissance des kératinocytes in vitro et in vivo, ainsi que la pousse des cheveux chez certains patients présentant une alopécie androgénétique. Les résultats varient en fonction des patients.

Le minoxidil est capable de ralentir la chute des cheveux chez l'homme et la femme, et dans certains cas, obtenir une légère repousse. Pour les chutes de cheveux plus importantes, ces résultats seraient renforcés par un traitement associé au finastéride (Propecia).

Le minoxidil est appliqué a raison de deux fois par jours, matin et soir, sur un cuir chevelu sain, cheveux propre et sec.

En début de traitement, le minoxidil va accélérer le processus naturel de la chute des cheveux. Le patient constate une accélération de la chute des cheveux qui s'étend au delà de sa calvitie d'origine. Les cheveux qui auraient dû tomber naturellement sous plusieurs mois sont perdus en quelques semaines.

Puis en continuant le traitement quotidiennement entre 3 et 6 mois[52],[53], de nouveaux cheveux très fins apparaissent sur la zone traitée.

Le patient doit continuer le traitement à vie pour garder sa chevelure.

Mises en garde spéciales et précautions d'emploi[modifier | modifier le code]

Ce médicament, ne doit pas être appliqué ailleurs que sur le cuir chevelu.

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

  • lésions du cuir chevelu ;
  • chez les sujets de moins de 18 ans ou de plus de 65 ans ;
  • en cas de maladie cardiaque, même ancienne ;
  • en cas de chutes de cheveux brutales, consécutives à une maladie ou à un traitement médicamenteux ;
  • en cas d'affection dermatologique du cuir chevelu.

Il est contre-indiqué chez la femme enceinte ou qui allaite.

En cas d'application accidentelle sur les yeux, les muqueuses ou la peau, rincez avec de l'eau froide..

Il est important de ne pas dépasser 1 ml par application et d’espacer les prises de 12 heures.

Un surdosage accroit les effets secondaires.

L'application de minoxidil peut provoquer une hypertrichose, qui se traduit par une augmentation de la pilosité. A noter que les personnes ayant une pilosité et des cheveux de couleurs bruns ou noirs sont plus fortement exposées à ces symptômes.

Il est conseillé de se protéger du soleil après l'application du minoxidil.

Il est conseillé de tenir les médicaments contenant du minoxidil hors de la portée des enfants.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Comme tous les médicaments, le minoxidil pour application locale est susceptible d'avoir des effets indésirables, bien que tout le monde n'y soit pas sujet :

  • il est possible que survienne une irritation locale, démangeaisons, érythème, peau sèche, sensation de brûlure et hypertrichose (développement anormal du système pileux à distance) ou plus rarement des réactions allergiques. Il faut avertir votre médecin ;
  • dans quelques cas rares, il est possible que survienne une baisse de la tension artérielle, une accélération du pouls, une chute des cheveux, des cheveux irréguliers, une douleur thoracique, une hépatite ou des calculs rénaux : il faut arrêter le traitement et avertir votre médecin ;
  • plus rarement d'autres réactions ont pu être rapportées, à type d'allergie (rhinite, éruptions cutanées, rougeur généralisée, gonflement du visage), de vertiges, picotement, maux de tête, faiblesse, œdèmes, altération du goût, infection de l'oreille, troubles de la vision, irritation oculaire, névrite ;
  • il faut cependant noter que ces effets, en particulier ceux qui ont été le plus rarement rapportés, l'ont été sans que l'on puisse formellement établir qu'ils aient été provoqués par le traitement ;
  • en raison de la présence de propylène glycol, risque d'eczéma.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Minoxidil » sur ChemIDplus.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a, b, c et d (en) British Pharmacopoeia Commission Office, « Safety data sheet according to 1907/2006/EC, Article 31, Minoxidil, Identification of the substance », British Pharmacopoeia Commission Office,‎ (lire en ligne)
  4. a, b et c Fiche Sigma-Aldrich du composé Minoxidil≥99%, consultée le 10/4/2011., [PDF] Fiche MSDS
  5. a, b, c, d et e HAS - Direction de l'Evaluation Médicale, Economique et de Santé Publique, COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 11 juin 2014, (lire en ligne)
  6. « Minoxidil », sur chu-rouen.fr, (consulté le 5 septembre 2016)
  7. (en) « Upjohn », Wikipedia, the free encyclopedia,‎ (lire en ligne)
  8. a, b, c et d « Pharmacia Merger | Pfizer: One of the world's premier biopharmaceutical companies », sur www.pfizer.com (consulté le 30 août 2016)
  9. Pharmacia
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) Norman M. Goldfarb, "Can You Handle the Truth" Journal of Clinical Research Best Practices, Vol. 2, No. 3, March 2006, , 3 p. (lire en ligne)
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Douglas Martin, « Guinter Kahn, Inventor of Baldness Remedy, Dies at 80 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Minoxidil », Wikipedia, the free encyclopedia,‎ (lire en ligne)
  13. (de) Axel Kleemann, Jürgen Engel, Bernd Kutscher et Dietmar Reichert, Pharmaceutical Substances, 4. Auflage (2000), Thieme-Verlag Stuttgart, (ISBN 978-1-58890-031-9)
  14. (de) « Minoxidil », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  15. « Minoxidil – Chemie-Schule », sur www.chemie-schule.de (consulté le 30 août 2016)
  16. René Milcent et François Chau, Chimie organique hétérocyclique (Structures fondamentales), EDP Sciences, , 846 p. (ISBN 9782759801749, lire en ligne), p. 634
  17. Gilmore, E, Weil, J, and Chidsey CA. Treatment of Essential Hypertension with a New Vasodilator in Combination with Beta Adrenergic Blockade, NEJM 282: 521-527, 1970
  18. Gottlieb, TB, Katz, FH, Chidsey, CA Combined Therapy with Vasodilator Drugs and Beta Adrenergic Blockade, Circulation XLV, 571, 1972
  19. a, b, c et d (Archives médicales nationale Américaines) « Loniten® minoxidil tablets, USP », sur dailymed.nlm.nih.gov (consulté le 1er juillet 2016)
  20. a, b et c (en) Peter Conrad, The Medicalization of Society: On the Transformation of Human Conditions into Treatable Disorders, JHU Press, (ISBN 0801892341, lire en ligne), p. 37
  21. a, b et c (en) Will Lester, « Hair-rasing tale: no fame for men who discovered Rogaine », The Daily Gazette,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  22. a, b, c, d et e « History of The Upjohn Company – FundingUniverse », sur www.fundinguniverse.com (consulté le 7 septembre 2016)
  23. Paula Kepos, International Directory of Company Histories, Vol. 8, St. James Press,
  24. a et b (en) Harry Wesselt, Orlando Sentinel, « Rogaine: Bald Truth », Chicago Tribune,‎ (lire en ligne)
  25. « LONITEN® | Pfizer: One of the world's premier biopharmaceutical companies », sur www.pfizer.com (consulté le 1er septembre 2016)
  26. « LONITEN (comprimés de minoxidil, USP) | Pfizer Canada », sur Pfizer Canada (consulté le 1er septembre 2016)
  27. « ODDB.org: Open Drug Database | Médicaments | Information destinée au patient », sur oekk.oddb.org (consulté le 1er septembre 2016)
  28. « Résumé des caractéristiques du produit - LONOTEN 10 mg, comprimé sécable - Base de données publique des médicaments », sur base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr (consulté le 5 septembre 2016)
  29. V.C., « Johnson & Johnson cherche à céder son usine d'Orléans », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  30. « Mens rogaine Unscented Formula (Johnson & Johnson Healthcare Products, Division of McNEIL-PPC, Inc.) Minoxidil 50mg in 1g aerosol, foam », sur www.drugs.com (consulté le 2 septembre 2016)
  31. a et b Dr Pascal Reygagne, Finasteride et minoxidil en 2014, Paris, , 48 p. (lire en ligne), p. 3
  32. a et b Journal Officiel de la République Française, Modification de l'arrêté du 8 février 1983 modifiant l'arrêté du 21 janvier 1957, (lire en ligne), p. 1886
  33. « Autorisation REGAINE 2 POUR CENT, solution pour application cutanée », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 16 novembre 2016)
  34. « Autorisation ALOSTIL 2 POUR CENT, solution pour application cutanée », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 16 novembre 2016)
  35. « Autorisation MINOXIDIL COOPER 2 %, solution pour application cutanée en flacon », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 21 septembre 2016)
  36. « Autorisation MINOXIDIL SINCLAIR 2 POUR CENT, solution pour application cutanée en flacon », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 21 septembre 2016)
  37. « Autorisation MINOXIDIL RPG 2 POUR CENT, solution pour application locale en ampoule », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 21 septembre 2016)
  38. « Autorisation MINOXIDIL CS 2 POUR CENT, solution pour application cutanée en ampoule », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 21 septembre 2016)
  39. a et b Journal Officiel de la République Française, Arrêté du 22 février 1990 portant exonération à la réglementation des substances vénéneuses destinées à la médecine humaine, version consolidée au 02 septembre 2016 (lire en ligne)
  40. Journal Officiel de la République Française, Arrêté du 6 février 2001 fixant la liste des substances qui ne peuvent entrer dans la composition des produits cosmétiques, version consolidée au 02 septembre 2016 (lire en ligne)
  41. « Autorisation MINOXIDIL SANDOZ CONSEIL 5 %, solution pour application cutanée », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 21 septembre 2016)
  42. « Autorisation MINOXIDIL BAILLEUL 5 %, solution pour application cutanée », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 21 septembre 2016)
  43. Journal officiel de l’Union européenne, RÈGLEMENT (CE) N°1223/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques, (lire en ligne)
  44. a et b JORF, 25 janvier 2012 (lire en ligne)
  45. a et b « Fiche info - LONOTEN 10 mg, comprimé sécable - Base de données publique des médicaments », sur base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr (consulté le 5 septembre 2016)
  46. « Le Pharmacien - Le référentiel des prix », sur www.lepharmacien.fr (consulté le 18 septembre 2016)
  47. a et b Pôle documentation de l’Irdes: Marie-Odile Safon, Véronique Suhard, relecture: Sylvain Pichetti, « Historique de la politique du médicament en France », institut de recherche et de documentation en économie de la santé - irdes.fr,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  48. « La lutte contre l'exercice illégal de la pharmacie - Nos missions - Ordre National des Pharmaciens », sur www.ordre.pharmacien.fr (consulté le 18 septembre 2016)
  49. a et b « Vente de médicaments sur Internet en France », sur Conseil national de l'ordre des pharmaciens, (consulté le 18 septembre 2016)
  50. a et b « Rechercher un site autorisé pour la vente en ligne de médicaments Ordre National des Pharmaciens », sur www.ordre.pharmacien.fr (consulté le 18 septembre 2016)
  51. (en) Rossi A, Cantisani C, Melis L, Iorio A, Scali E, Calvieri S, « Minoxidil use in dermatology, side effects and recent patents », PubMed,‎ (lire en ligne)
  52. a et b (en) Andy Goren, Jerry Shapiro, Janet Roberts et John McCoy, « Clinical utility and validity of minoxidil response testing in androgenetic alopecia », Dermatologic Therapy, vol. 28,‎ , p. 13–16 (ISSN 1529-8019, DOI 10.1111/dth.12164, lire en ligne)
  53. a et b Andy Goren, Jerry Shapiro, Janet Roberts et John McCoy, « Clinical utility and validity of minoxidil response testing in androgenetic alopecia », Dermatologic Therapy, vol. 28,‎ , p. 13–16 (ISSN 1529-8019, PMID 25112173, DOI 10.1111/dth.12164, lire en ligne)
  54. (en) Janet Roberts, Nisha Desai, John McCoy et Andy Goren, « Sulfotransferase activity in plucked hair follicles predicts response to topical minoxidil in the treatment of female androgenetic alopecia », Dermatologic Therapy, vol. 27,‎ , p. 252–254 (ISSN 1529-8019, DOI 10.1111/dth.12130, lire en ligne)
  55. (en) Andy Goren, Juan Antonio Castano, John McCoy et Fernando Bermudez, « Novel enzymatic assay predicts minoxidil response in the treatment of androgenetic alopecia », Dermatologic Therapy, vol. 27,‎ , p. 171–173 (ISSN 1529-8019, DOI 10.1111/dth.12111, lire en ligne)
  56. « Minoxidil Response Testing in Males With Androgenetic Alopecia - Full Text View - ClinicalTrials.gov », sur clinicaltrials.gov (consulté le 5 septembre 2016)
  57. a et b « Résumé des Caractéristiques du Produit », sur agence-prd.ansm.sante.fr (consulté le 23 janvier 2017)