Mikhaïl Ostrogradski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mikhaïl Ostrogradski
Ostrogradski.jpeg

M. V. Ostrogradsky.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Pashinevka (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
PoltavaVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Ouiezd de Kobelyaky (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Михайло Васильович Остроградський et Михаил Васильевич ОстроградскийVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Nicholas Academy of Engineering (d), Académie du génie Nicolas, université d’État des transports de Saint-Pétersbourg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaines
Membre de
Directeur de thèse
Élèves
Nikolai Brashman (en), Dimitri Jouravski, Q4360830, Daniel Delaru (d), Viktor BouniakovskiVoir et modifier les données sur Wikidata

Mikhaïl Vassilievitch Ostrogradsky (en russe : Михаил Васильевич Остроградский, en ukrainien : Михайло Васильович Остроградський) est un physicien et mathématicien ukrainien, né le 24 septembre 1801 à Pachenna (dans l'actuel oblast de Poltava) et mort le 1er janvier 1862 à Poltava.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commença ses études de mathématiques à l'université de Kharkov, et les continua ensuite à Paris où il fut en contact étroit et se lia d'amitié et d'estime avec les célèbres mathématiciens français Cauchy, Binet, Fourier et Poisson[1]. De retour dans sa patrie, il enseigna à l'école des cadets de la Marine, à l'Académie du génie Nicolas et à l'école d'Artillerie de Saint-Pétersbourg.

Il est célèbre en particulier pour avoir établi, de même que (indépendamment) Gauss et Green, le théorème de flux-divergence, qui permet d'exprimer l'intégrale sur un volume (ou intégrale triple) de la divergence d'un champ vectoriel comme l'intégrale de surface (intégrale double étendue à la superficie qui entoure ce volume) du flux défini par ce champ.

Il fut élu à l'Académie américaine des arts et des sciences en 1834, à l'Académie des sciences de Turin en 1841, et à l'Académie des sciences de Rome en 1853. Enfin il fut élu membre correspondant de l'Académie des sciences de Paris en 1856. Les travaux scientifiques d'Ostrogradski sont dans le droit fil des principes professés à cette époque à l'École polytechnique dans les domaines de l'analyse, et des mathématiques appliquées. Il s'intéressa en particulier au calcul des variations de Lagrange[2]. En physique mathématique, il imagina une synthèse grandiose qui embrasserait l'hydromécanique, la théorie de l'élasticité[3], la théorie de la chaleur, et la théorie de l'électricité dans le cadre d'une seule méthode homogène. La réalisation de ce plan était au-dessus des possibilités d'un seul homme, et au-dessus des ressources du XIXe siècle et reste à compléter aujourd'hui.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après Timoshenko, History of strength of materials, McGraw-Hill Book Co., (réimpr. 1983, éd. Dover), 452 p., « Strength of Materials between 1833 and 1867 », p. 142, note.
  2. Todhunter lui consacre un chapitre entier dans son History of the Calculus of Variations (1861).
  3. En ce domaine, ses recherches sur la propagation des ondes dans un milieu élastique sont examinées en détail dans Isaac Todhunter et Karl Pearson, The History of the Theory of Elasticity, vol. I : Galilei to Saint-Venant, Cambridge University Press, .

Liens externes[modifier | modifier le code]