Michel Kelly-Gagnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Michel Kelly-Gagnon est un intellectuel public né en 1971. Il est actuellement président et directeur général de l’Institut économique de Montréal.

Michel Kelly-Gagnon, PDG de l'Institut économique de Montréal.
Michel Kelly-Gagnon, PDG de l'Institut économique de Montréal.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir exercé au cabinet d'avocats Colas & Associates, Michel Kelly-Gagnon devient associé de Formatrad, une société spécialisée dans la formation en entreprise[1].

En 1998, il prend la direction de l’Institut économique de Montréal (IEDM), un think tank d’éducation économique, considéré comme plusieurs comme étant une organisation de droite économique[2].

En 2006, il devient président du Conseil du patronat du Québec, organisme représentant les intérêts des employeurs du Québec[3].

De 2006 à 2009, il siège également au conseil d'administration de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) en tant que président du CPQ[4].

En 2009, il revient à l'IEDM comme président, alors que l'organisation connaît des difficultés financières[5].

Il est membre de la Société du Mont Pèlerin et ancien président de Civitas, deux organisations connues pour promouvoir des visions libérales (économiques), conservatrices et libertariennes de la société[6],[7],[8].

Il siège présentement au conseil d'administration de la John W. Dobson Foundation et de la Fondation canadienne pour l’innovation[9]. Il a siégé sur divers conseils d'administration et comités, dont celui de la Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs (FCJE, aujourd'hui Futurpreneur) et de la Fondation universitaire Pierre Arbour[10].

Modèle de gestion et idées[modifier | modifier le code]

Lors de son passage au Conseil du patronat du Québec, le déficit annuel de 110 196 dollars s’est transformé en un excédent de 205 804 dollars après sa première année à la direction de l'organisation[11]. À l’IEDM, le déficit en date du 31 décembre 2008 s’élevait à 269 342$[12]. Un an plus tard, l’organisme déclarait un excédent de 153 188$[13].

Comme le montrent plusieurs de ses textes d'opinion (voir plus bas), il défend les thèses d’économistes libéraux et le libre marché[14].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Michel Kelly-Gagnon a été l'un des six récipiendaires de la province de Québec du prix Top 40 Under 40 ™ en 2008[15].

Critiques[modifier | modifier le code]

Réjean Parent, ancien chef de la Centrale des syndicats du Québec, décrit l’IEDM comme suit : « […] l’Institut économique de Montréal (IEDM) réussit à répandre ses idées en étendant ses tentacules, comme le ferait une pieuvre, dans les médias traditionnels et dans les médias sociaux, en multipliant les plateformes diverses, et ce, avec la complicité de quelques individus seulement. Cette stratégie du réseautage n’est pas innocente et vise à créer l’impression qu’un courant d’opinion de plus en plus fort est en train de se créer autour des idées qu’on défend. »[16]

“Polémiste et orateur de talent, le président du Conseil du patronat du Québec, Michel Kelly-Gagnon, se révèle un leader politico-économique plus nuancé que le laissent entendre les grands médias.”7 – Revue Les Diplômés, Université de Montréal, Marie Lambert-Chan[17]

Plusieurs personnalités ont accusé l’IEDM d'être à la solde de l'élite économique, notamment Léo-Paul Lauzon, chroniqueur au Journal de Montréal et professeur à l'UQAM[18]. Selon Michel Kelly-Gagnon, cette accusation aurait ses bases dans une incompréhension du processus de financement de l'IEDM : « Il faut établir la bonne séquence des choses quand on discute du lien causal entre nos écrits et notre financement. Il est essentiel pour quiconque veut être de bonne foi dans ce dossier de comprendre cela. En clair : nous ne disons pas ce que nous disons parce que l'entreprise X ou Y nous donne de l'argent. L'entreprise X ou Y nous donne de l'argent parce que nous disons ce que nous disons. Mais nous le disons indépendamment de ce financement et, plus souvent qu'autrement, depuis bien avant qu’il survienne. »[19]

Publications[modifier | modifier le code]

Monographie
  • Chroniques économiques : Des idées pour démystifier les politiques publiques (Montréal: Varia, 2004).

Textes d'opinion

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Michel Kelly-Gagnon », sur iedm.org (consulté le 15 juin 2016)
  2. (en) « What can a little birdie (Twitter) tell us about think tank ideology? », sur policyoptions.irpp.org (consulté le 15 juin 2016)
  3. « Michel Kelly-Gagnon nommé président du CPQ », sur www.cpq.qc.ca (consulté le 15 juin 2016)
  4. « CSST : la permanence du CPQ obtient un deuxième siège au conseil d’administration », sur www.cpq.qc.ca (consulté le 15 juin 2016)
  5. « Kelly-Gagnon de retour à l'IEDM », sur ledevoir.com (consulté le 15 juin 2016)
  6. « Civitas : le laboratoire caché de la droite », sur http://ici.radio-canada.ca/ (consulté le 15 juin 2016)
  7. (en) « Harperism: It's Steve's world — we're just living in it », sur http://ipolitics.ca/ (consulté le 15 juin 2016)
  8. « Civitas et ses discrets penseurs de la droite », sur http://www.lactualite.com/ (consulté le 15 juin 2016)
  9. « Michel Kelly-Gagnon est nommé au conseil d'administration de la Fondation canadienne pour l'innovation », sur www.marketwired.com (consulté le 15 juin 2016)
  10. « Fondation universitaire Pierre Arbour », sur www.quebecentreprises.com (consulté le 15 juin 2016)
  11. « Rapport d'activité 2006-2007 », sur www.cpq.qc.ca (consulté le 15 juin 2016)
  12. « Rapport annuel 2008 », sur iedm.org (consulté le 15 juin 2016)
  13. « Rapport annuel 2009 », sur iedm.org (consulté le 15 juin 2016)
  14. « Michel Kelly-Gagnon », sur iedm.org (consulté le 15 juin 2016)
  15. « Six Québécois s'illustrent », sur http://www.lesaffaires.com/ (consulté le 15 juin 2016)
  16. « Dénigrement du modèle québécois jugé trop interventionniste », sur http://lautjournal.info/ (consulté le 15 juin 2016)
  17. « Michel Kelly-Gagnon, électron libre », sur www.diplomes.umontreal.ca (consulté le 15 juin 2016)
  18. « Le privé « libre » selon l’Institut économique de Montréal », sur http://www.journaldemontreal.com/,‎ (consulté le 27 juillet 2016)
  19. « Je n'en ai rien a cirer du pétrole! », sur www.journaldemontreal.com (consulté le 15 juin 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]