Michel Crespin (metteur en scène)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel Crespin et Crespin.
Michel Crespin
Michel Crespin.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Nationalité
Activité

Michel Crespin est un concepteur, metteur en scène et scénographe urbain français, né le à Paris et mort le [1].

Il est le fondateur de Lieux publics (centre national de création des arts de la rue à Marseille) en 1982, du festival d'Aurillac en 1986 et l'initiateur de la FAIAR (Formation avancée et itinérante des Arts de la Rue).

Il était chevalier dans l'Ordre du Mérite.

Biographie[modifier | modifier le code]

La « foranité »[modifier | modifier le code]

Dans le Cahier Forain des Magnifiques de mai 2010, Michel Crespin évoque la « foranité[2] » comme étant cette nouvelle forme d’urbanité, une manière de vivre et d’envisager la ville comme champ poétique et politique de l’interdisciplinarité.

L’espace public, de par sa nature est mouvant : il ne peut contenir qu’une seule représentation et qu’une seule lecture. C’est le temps social qui dicte le rapport que nous avons avec cet espace et qui fait qu’il s’anime ou se ferme de temps à autre. Depuis les années 1960, le libre usage de l’espace a évolué. Il est devenu plus contrôlé, touchant ainsi aux enjeux de la création mais néanmoins, depuis les premiers essais situationnistes et militants, les arts de la rue ne cessent d’émouvoir et de toucher car l’œuvre est souvent pensée par et pour le lieu.

En 30 ans, l’espace public, de forme d’espace revendicatif d’opposition au pouvoir est devenu une forme d’espace d’expression du champ pluridisciplinaire, où artistes et acteurs divers œuvrent pour la cité (urbanistes, sociologues, etc.). Dans ses multiples aspects, Michel Crespin parle de cette « foranité », de cet espace qui se doit d’être remis sans cesse en question, de sorte à pouvoir y inscrire de nouvelles pratiques d’usages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Disparition de Michel Crespin, père des arts de la rue » (consulté le 8 septembre 2014)
  2. Michel Crespin, in Alix de Morant, Cahier Forain des Magnifiques, Lansman éditeur, , 37-42 p.