Michel Boisset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boisset.
Michel Boisset
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Michel Boisset, né en à Thizy-les-Bourgs (Rhône), mort en , est un bibliothécaire français, précurseur de l'informatisation des bibliothèques et partisan de leur travail en réseau.

Diplôme[modifier | modifier le code]

Fonctions[modifier | modifier le code]

Rôle dans l'informatisation des bibliothèques[modifier | modifier le code]

Premières expériences[modifier | modifier le code]

Avec Jean Meyriat, Michel Boisset participe à la conception de GIBUS (Groupe Informatiste des Bibliothèques Universitaires et Spécialisées), un système entièrement automatisé avec un traitement en temps réel, permettant aussi - à partir d'une interface publique - de localiser les ouvrages. Une série de démonstrations est organisée à la fin de 1970. Aucune suite n'est donnée à ce prototype, même si le système de la Bibliothèque publique d'information (BPI) en découle[1].
En juin 1971, un Bureau pour l'automatisation des bibliothèques (B.A.B.) est créé auprès du Directeur des bibliothèques et de la lecture publique. Michel Boisset en est le directeur. Les objectifs de ce bureau sont doubles[2] :

  • Préparer un plan national pour l'automatisation des bibliothèques. Les axes en sont : participation au réseau bibliographique international, catalogage national centralisé, automatisation des catalogues collectifs nationaux, gestion automatisée des bibliothèques
  • Aider les initiatives des établissements déjà engagés dans l'automatisation : automatisation de la Bibliographie de la France (Bibliographie nationale française) à la Bibliothèque nationale, de la BPI, de la bibliothèque universitaire de Grenoble pour le catalogue, de la bibliothèque publique de Massy pour le prêt

Certains programmes sont développés en partenariat avec l'École nationale supérieure des mines de Paris. Le CAPAR, système de catalogue partagé, est issu de ces travaux, tout comme le Centre de traitement informatique des bibliothèques de L'Isle-d'Abeau (Isère), opérationnel en 1976. En 1975, les bibliothèques universitaires et celles de lecture publique divergent[3]. Le bureau pour l'automatisation des bibliothèques est dissous.

Conception d'un SIGB à Florence[modifier | modifier le code]

Michel Boisset est nommé directeur-adjoint (puis directeur) de la bibliothèque de l'institut universitaire européen de Florence. Là, il est à l'origine du développement d'un des premiers système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB), système informatique intégrant les différentes fonctions de gestion d'une bibliothèque (catalogage, prêt, gestion des acquisitions et des périodiques). Conscient que la force des bibliothèques est dans la coopération, il commence aussi à concevoir et promouvoir le projet de Service bibliothécaire national, en collaboration avec d'autres bibliothécaires (Angela Vinay, Corrado Pettenati, Luigi Crocetti, Susanna Peruginelli, Tommaso Giordano). Le projet est validé en 1982. Le but était de mettre sur pied un réseau distribué et non pas centralisé, pouvant en outre fonctionner sur différents matériels et systèmes d'exploitations, afin d'éviter le monopole d'un fournisseur.

Projet d'implanter en France le logiciel de Florence[modifier | modifier le code]

Le logiciel de Florence intéresse en France la Direction des bibliothèques, des musées et de l'information scientifique et technique (DBMIST). Elle le juge de conception moderne sur les plans bibliothéconomiques et informatiques ; il est complet, conversationnel, modulaire et évolutif[4]. Sous le nom de logiciel Médicis, la DBMIST en prévoit une implantation pilote en 1982 à la bibliothèque universitaire du campus scientifique d'Orsay puis progressivement dans différentes bibliothèques universitaires (Bibliothèque de Sciences Po, bibliothèque de La Villette). Mais les pouvoirs publics cessent ensuite leur soutien logistique au développement de logiciels de bibliothèques et laissent ce marché aux sociétés privées. La bibliothèque de Sciences Po abandonne le projet de mise en production de Medicis.

Autres expériences[modifier | modifier le code]

Michel Boisset change de poste pour travailler chez un éditeur de logiciel, la société Geac (Infor Global Solutions) ; comme directeur des opérations, il participe à l'informatisation de la bibliothèque municipale de Lyon. Entre 1988 et 1992, il est administrateur de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. Il envisage un réseau local strasbourgeois. Les conditions politiques et financières n'étant pas réunies, il impulse l'informatisation de la BNU, dans un premier temps pour la seule fonction de catalogage (adhésion au système de catalogage partagé d'OCLC - Online Computer Library Center).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Chevalier de l'Ordre du Mérite de la République italienne.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Roland Beyssac et Michel Boisset, « Une Expérience de bibliothèque automatisée : GIBUS », Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], no 5, 1971 [consulté le 04 février 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1971-05-0259-001>. ISSN 1292-8399.
  • Michel Boisset, « L'automatisation dans les bibliothèques », Bulletin des bibliothèques de France, no 7, 1973 [consulté le 04 février 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1973-07-0337-007>. ISSN 1292-8399.
  • Michel Boisset, « L'organisation automatisée de la Bibliothèque de l'Institut universitaire européen de Florence », Bulletin des bibliothèques de France, no 5, 1979 [consulté le 04 février 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1979-05-0231-002>. ISSN 1292-8399.
  • Michel Boisset, « L'automatisation à la Bibliothèque de l'Institut universitaire européen dans la perspective du service bibliothécaire national italien », Bulletin des bibliothèques de France, no 1, 1981 [consulté le 04 février 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1981-01-0011-002>. ISSN 1292-8399.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sandrine Berthier, « Le SIGB : pilier ou élément désormais mineur de l’informatique documentaire ? », mémoire d'ENSSIB, janvier 2012, p. 23-28
  2. Michel Boisset, « L'automatisation dans les bibliothèques », Bulletin des bibliothèques de France, no 7, 1973. [consulté le 04 février 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1973-07-0337-007>. ISSN 1292-8399.
  3. Une Direction du livre est créée au Ministère de la culture par décret no 75-1218 du 23 décembre 1975 portant création d'une direction du livre au secrétariat d'État à la Culture, JORF no 299 du 26 décembre 1975, p. 13358–13359, sur Légifrance.
  4. « Note sur les actions de la Direction des bibliothèques, des musées et de l'information scientifique et technique en matière d'informatisation des bibliothèques universitaires », Bulletin des bibliothèques de France, no 6, 1982. [consulté le 04 février 2014]. Disponible sur le Web : <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1982-06-0351-001>. ISSN 1292-8399.

Liens externes[modifier | modifier le code]