Max Zorn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Max Zorn
Image dans Infobox.
Max August Zorn à Iéna en 1930
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
BloomingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Max August ZornVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Maître
Directeur de thèse

Max Zorn ( à Krefeld, Province de Rhénanie - à Bloomington, Indiana, États-Unis) est un mathématicien américain né en Empire allemand. Ses travaux portent sur l'algèbre, la théorie des groupes et l'analyse numérique. Il est surtout connu pour le lemme de Zorn, qui est équivalent à l'axiome du choix modulo les axiomes de la théorie des ensembles de Zermelo-Fraenkel et qui trouve des applications dans des domaines très variés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zorn suit ses études à l'université de Hambourg. Il reçoit son Ph.D en avril 1930 après une thèse sur les algèbres alternatives. Il est nommé assistant à l'Université de Halle mais n'a pas la chance d'y travailler longtemps puisqu'en 1933, la politique menée par le régime nazi le contraint à quitter l'Allemagne. Il n'était cependant pas juif. Il émigre alors aux États-Unis et est embauché à l'Université Yale. Il rejoint ensuite l'Université de Californie à Los Angeles où il reste jusqu'en 1946, pour ensuite travailler à l'université de l'Indiana à Bloomington jusqu'à sa retraite en 1971.

Max Zorn meurt en d'une insuffisance cardiaque congestive.

Lemme de Zorn[modifier | modifier le code]

Le lemme de Zorn a été énoncé par de nombreux mathématiciens dès le début du vingtième siècle, démontré pour la première fois par Kazimierz Kuratowski en 1922, puis retrouvé de façon indépendante par Zorn en 1935. Si c'est finalement Zorn qui lui a donné son nom, c'est parce qu'il a été le premier à utiliser ce résultat pour simplifier de nombreuses preuves d'algèbre déjà existantes. Max Zorn lui-même n'en revendiquait pas la paternalité[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Hauchecorne et Daniel Suratteau, Des mathématicens de A à Z, ellipses, (ISBN 9782340-030565)