Maurice Rapin (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurice Rapin.
Rapin L'école du sourire
Maurice Rapin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance

110 rue de Reuilly, 75012 Paris
Décès
Nationalité
Activités
Autres activités
Biologiste, Mathématicien, Fondateur du salon Figuration critique, Fondateur du Mouvement Surréaliste Populaire
Mouvement
Œuvres principales
Silence on tourne, Le Culte des Ancêtres

Maurice Rapin est un artiste peintre français du XXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 30 Juin 1927 au 110 rue de Reuilly à Paris (il a une sœur, Monique)[2], Maurice Rapin étudie les mathématiques et la biologie[1],[3]. Peintre surréaliste[3], admirateur passionné de Magritte[4] avec qui il entretient une correspondance au long cours, il est proche d'André Breton (avec qui il finira par prendre ses distances). Son amitié avec Clovis Trouille se traduit par une relation épistolaire suivie.

Rapin est un membre fondateur du groupe surréaliste de la Place Blanche, du Mouvement Surréaliste Populaire et du Salon Figuration Critique. Il y côtoie entre autres Yak Rivais, André Chabot, Sami Ben Ameur, Jean-Pierre Duprey et Mirabelle Dors, qui deviendra sont épouse[1].

Mort le à Paris, il est inhumé au cimetière de Bercy[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ses œuvres des années 1950 inaugurent son concept de "trompe-l'œil provoqué" : réalisées généralement sur des panneaux de bois ou d'isorel, de larges bandes étalent des formes anthropomorphes qui se détachent de fonds en dégradés, formes qui deviendront plus allusives et plus texturées dans les années 1970. À partir de 1980, la figure devient centrale dans son étude du mouvement et du relief : des personnages aux traits génériques ou empruntés à des personnalités médiatiques occupent un espace pictural donnant une illusion de diorama.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Salon de la Figuration critique, Paris[3]
  • 1983 : FIAC
  • 1993 : Riedel, Paris[3]
  • Étoile Scellée[1]
  • 1992 : Musée des Beaux arts de Mons (commissaire : Xavier Cannone)
  • 2017 : Galerie Detais / Sabine Bayasli

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « RAPIN, Maurice - Painter », sur oxfordindex.oup.com (consulté le 23 juillet 2015).
  2. « Maurice RAPIN (1924-2000) », sur catalogue.gazette-drouot.com (consulté le 23 juillet 2015).
  3. a b c d et e « RAPIN, Maurice », sur ledelarge.fr (consulté le 23 juillet 2015).
  4. Documentaire Pour illustrer Magritte, diffusé 24/09/2016 par la chaîne La Trois (1974)

Bibliographie[modifier | modifier le code]