Maurice Benoit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benoit.
Maurice Benoit
Surnom(s) Moe[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance ,
Salaberry-de-Valleyfield (Canada)
Décès ,
Dayton (États-Unis)
Entraîneur chef décédé
A entraîné LIH
Knights d'Omaha
Blades de Toledo
Activité 1962-1964
Joueur décédé
Position Défenseur
Tirait de la gauche
A joué pour LHQ
Lions de Trois-Rivières
EPHL
Frontenacs de Kingston
LIH
Knights d'Omaha
Blades de Toledo
Gems de Dayton
Carrière pro. 1955-1970

Maurice Leo Benoit, dit Moe, (né le à Salaberry-de-Valleyfield, dans la province du Québec au Canada — mort le à Dayton, dans l'état de l'Ohio aux États-Unis) est un joueur canadien de hockey sur glace qui évoluait en position de défenseur. Avec l'équipe du Canada, il remporte le Championnat du monde 1959, une médaille d'argent olympique aux Jeux d'hiver de 1960. Il joue ensuite pendant 10 ans en Ligue internationale de hockey, gagnant trois Coupes Turner de champions de la ligue et un Trophée des gouverneurs du meilleur défenseur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un cours passage en 1948-1949 avec les Royaux de Montréal de la Ligue de hockey senior du Québec, Maurice Benoit rejoint en 1950 le Nationale de Montréal de la Ligue de hockey junior du Québec[2]. À l'issue de sa seconde saison, il est le joueur le plus pénalisé de la ligue avec 168 minutes de punitions en 46 parties jouées[3]. Il évolue ensuite dans différentes ligues amateurs avant de connaître une première expérience professionnelle avec les Lions de Trois-Rivières. En 1956, il intègre l'effectif des McFarlands de Belleville[2]. Deux ans plus tard, il aide son équipe à remporter la Coupe Allan contre les Packers de Kelowna. Gagnant ainsi le droit de représenter leur pays, les Macs se rendent en Tchécoslovaquie l'année suivante pour le Championnat du monde[4]. Avec Ike Hildebrand comme entraîneur-joueur et comptant entre autres Pete Conacher, Al Dewsbury et Gordon Berenson dans l'effectif, les Canadiens s'adjugent le titre, ne s'inclinant qu'une fois leur succès déjà acquis face à la sélection hôte lors de la dernière journée[5]. Pour sa part, Benoit inscrit trois buts en huit rencontres disputées durant le tournoi[3]. Un an plus tard, il est appelé pour renforcer les Dutchmen de Kitchener-Waterloo, choisis pour représenter le Canada aux Jeux olympiques de Squaw Valley. Bien que favoris, les Canadiens doivent se contenter de la médaille d'argent suivant leur revers lors du tour final contre les Américains, éventuels champions[6].

Se voyant offrir une place avec les Knights d'Omaha de la Ligue internationale de hockey (LIH), Benoit passe définitivement professionnel à partir de la saison 1960-1961[7]. À l'issue de sa deuxième année, il est nommé au sein de la seconde équipe d'étoiles de la ligue[8]. Au cours de la saison 1962-1963, il devient également l'entraîneur de l'équipe[1] puis gagne la première de trois nominations successives dans la première équipe d'étoiles[8]. En 1963, la franchise déménage dans l'Ohio pour devenir les Blades de Toledo. Benoit continue d'en être entraîneur-joueur et mène son équipe vers sa première Coupe Turner de champions de la LIH dès sa première année[4]. Après deux saisons supplémentaires avec Toledo, il est échangé aux Gems de Dayton avec lesquels il gagne sa quatrième mention dans la première équipe d'étoiles en 1966-1967[4],[8]. Deux ans plus tard, il aide son équipe à remporter La Coupe Turner[3] et reçoit le Trophée des gouverneurs du meilleur défenseur, un honneur qu'il partage avec son coéquipier Alain Beaulé[8]. Suivant une seconde Coupe Turner consécutive avec Dayton[2], Benoit se retire en 1970[4].

Benoit continue de vivre à Dayton où il travaille pour une compagnie d'assurance[4] et devient un membre temple de la renommée du hockey local[9]. Avec son épouse Sharon, il a sept enfants[4]. Il décède le 10 décembre 2013 à Dayton[7].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison[1],[10]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1948-1949 Royaux de Montréal LHSQ 1 0 0 0 0
1950-1951 Nationale de Montréal LHJQ
1951-1952 Nationale de Montréal LHJQ 46 168
1952-1953 Red Rockets de Matane LHBSL
1953-1954 Lumber Kings de Pembroke NOHA
1954-1955 Lumber Kings de Pembroke NOHA
1955-1956 Lions de Trois-Rivières LHQ 3 0 0 0 10
1956-1957 McFarlands de Belleville AHO-Sr. 8 29 37 118
1957-1958 McFarlands de Belleville AHO-Sr. 9 18 27 80
1958-1959 McFarlands de Belleville AHO-Sr.
1959-1960 McFarlands de Belleville AHO-Sr.
1959-1960 Frontenacs de Kingston EPHL 4 1 4 5 6
1960-1961 Knights d'Omaha LIH 70 12 35 47 75 8 2 2 4 6
1961-1962 Knights d'Omaha LIH 68 17 37 54 70 7 3 4 7 16
1962-1963 Knights d'Omaha LIH 68 20 38 58 68 7 2 2 4 10
1963-1964 Blades de Toledo LIH 68 10 31 41 54 13 3 3 6 4
1964-1965 Blades de Toledo LIH 63 17 44 61 42 4 1 3 4 2
1965-1966 Blades de Toledo LIH 56 15 33 48 62
1966-1967 Gems de Dayton LIH 69 6 38 44 71 4 1 0 1 0
1967-1968 Gems de Dayton LIH 30 4 19 23 22
1968-1969 Gems de Dayton LIH 66 12 37 49 22 9 2 7 9 4
1969-1970 Gems de Dayton LIH 21 2 9 11 22
Totaux LIH 579 115 321 436 508 52 14 21 35 42

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Statistiques par compétition[10]
Année Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultats
1959 Championnat du monde 8 3 Médaille d'or Champion
1960 Jeux olympiques 7 1 3 4 18 Médaille d'argent, Jeux olympiques Deuxième

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

  • 1957-1958 : Coupe Allan avec les McFarlands de Belleville
  • 1958-1959 : champion du monde avec l'équipe du Canada
  • 1959-1960 : médaille d'argent aux Jeux olympiques avec l'équipe du Canada
  • 1961-1962 : seconde équipes d'étoiles de la Ligue internationale de hockey
  • 1962-1963 : première équipe d'étoiles de la Ligue internationale de hockey
  • 1963-1964 :
  • 1964-1965 : première équipe d'étoiles de la Ligue internationale de hockey
  • 1966-1967 : première équipe d'étoiles de la Ligue internationale de hockey
  • 1968-1969 :
  • 1969-1970 : Coupe Turner avec les Gems de Dayton
  • Membre du Dayton Hockey Hall of Fame

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Maurice 'Moe' Benoit hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 15 décembre 2013)
  2. a b et c (en) Profil olympique de Moe Benoit sur sports-reference.com
  3. a b et c (en) Tom Hawthorn, « Moe Benoit », sur benchedathletes.wordpress.com, (consulté le 16 décembre 2013)
  4. a b c d e et f (en) Marc Katz, « Englewood's Benoit was a world champion in hockey », sur www.daytondailynews.com, (consulté le 16 décembre 2013)
  5. Marc Branchu, « Championnats du monde 1959 », sur www.passionhockey.com (consulté le 16 décembre 2013)
  6. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Squaw Valley 1960 », sur www.passionhockey.com (consulté le 16 décembre 2013)
  7. a et b (en) Andrew Podnieks, « Moe Benoit passes away », sur www.iihf.com, (consulté le 16 décembre 2013)
  8. a b c et d (en) « International Hockey League (1960-1969) », sur www.hockeyleaguehistory.com (consulté le 16 décembre 2013)
  9. (en) « The Dayton Hockey Hall of Fame », sur www.daytonareasportshistory.com (consulté le 16 décembre 2013)
  10. a et b (en) « Maurice Benoit », sur Eliteprospects.com (consulté le 15 décembre 2013)